Depuis son arrivée en France, Saïda n’a qu’un seul rêve, celui de devenir enfin citoyenne du pays dans lequel elle se sent chez elle depuis sa première arrivée sur le territoire en 1981, à l’âge de neuf ans. Cette mère de famille d’origine algérienne, qui vit aujourd’hui à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), raconte avoir subi un mariage forcé dans son pays d’origine, lors d’un retour estival, alors qu’elle n’avait que 14 ans.

Devenue mère de famille, Saïda explique n’avoir qu’une seule envie en tête : rentrer en France, quoi qu’il en coûte, pour elle mais aussi pour ses cinq enfants. En 2004, après l’obtention d’un visa touristique pour la France, elle raconte avoir décidé de quitter l’Algérie définitivement avec ses enfants.

Une fois arrivée, en région parisienne, Saïda explique devoir faire face seule aux difficultés pour élever ses enfants, et subvenir à leurs besoins. « Personne ne m’a aidée, ni mes frères, ni ma famille, personne ». Elle enchaîne alors les travaux de ménage, et les horaires à rallonges qui les accompagnent.

En 2018, Saïda réalise une première demande de naturalisation, mais sa requête n’aboutit pas à cause d’un certificat manquant. Deux ans plus tard, et avec « un bon dossier et complet », la Bagnoletaise retente sa chance. Après quelques entretiens préliminaires, le verdict tombe le 23 novembre 2020 dans un courrier envoyé la Préfecture de la Seine-Saint-Denis : la demande est « ajournée à deux ans ».

Autrement dit, pas de nationalité pour la femme de ménage qui cumule deux emplois pour faire vivre sa famille, payer son loyer et les charges qui vont avec. C’est précisément pour cette raison que la Préfecture de Seine-Saint-Denis n’accorde pas la nationalité à Saïda : avec plus de 210 heures de travail par mois, elle se retrouve en infraction par rapport au temps de travail réglementé par la législation française.

Un motif qui anéantit la mère de famille, qui malgré la déception, confirme le fait qu’elle va continuer à se battre pour devenir française : « je ne lâcherai pas », conclue Saïda qui déposera un recours gracieux à la Préfecture de Seine-Saint-Denis.

L’intégralité de l’entretien est à retrouver en vidéo. 

Sylsphée Bertili

Articles liés

  • Des enfants burkinabés placés en centre de rétention à 6 et 8 ans

    Entre le 9 et le 11 février, une famille burkinabé passe 48 heures au Centre de rétention administrative du Mesnil Amelot. Deux enfants, Aicha 8 ans et son frère Chaka 6 ans, accompagnés de leur mère Mariam, ont été enfermés deux jours. Après leur libération, l’émoi au sein de l’école demeure, face à une histoire loin d’être isolée.

    Par Céline Beaury
    Le 17/02/2021
  • Quitter la France, pour mieux se retrouver : les nouveaux expatriés

    Partir de l'hexagone pour ne plus avoir affaire à l'actualité obsédée par la religion, à la gestion du Covid-19, ou pour se sentir plus utile à ses terres d'origines : de nombreuses raisons poussent de plus en plus de Français à s'expatrier. Samira Goual s'est entretenue avec ces compatriotes qui ont quitté le territoire, pour connaître les nouvelles raisons de ces départs. Témoignages.

    Par Samira Goual
    Le 03/02/2021
  • Ils s’appelaient Artin, Armin et Anita

    Le 27 octobre 2020, une embarcation chavire en plein milieu de la Manche. À son bord, 22 exilés qui viennent de quitter les côtes françaises, déterminés à rejoindre la Grande Bretagne avec l’espoir de meilleurs lendemains. Cinq d’entre eux ne seront pas repêchés à temps. Les quatre membres d’une même famille kurde iranienne, et un disparu, le dernier de la fratrie, un enfant de 15 mois. Une histoire de famille aussi funeste que le silence qui l’accompagne.

    Par Céline Beaury
    Le 18/01/2021