« On reviendra la prochaine fois. Et à l’intérieur. On sera minimum 200 », clame Assa Traoré au micro, à l’issue d’un rassemblement de protestation organisé devant le Tribunal de grande instance de Pontoise mardi. Une trentaine de personnes venues braver le froid ont fait le déplacement pour apporter leur soutien à la famille Traoré, exposée à la justice et aux forces de l’ordre depuis la mort d’Adama Traoré, le 19 juillet 2016, lors de son interpellation par les gendarmes.

Assa Traoré devant le tribunal de Pontoise.

Ce qui a déclenché ce rendez-vous est la mise en examen de Bagui et Youssouf Traoré, frères du défunt, pour une affaire de trafic de stupéfiants dans le quartier de Boyenval, à Beaumont-sur-Oise, la ville où habite la famille Traoré. Bagui est incarcéré depuis plus d’un an à Fleury-Mérogis, condamné pour violences, outrages et menaces de mort sur huit policiers et deux gendarmes, après des heurts en novembre 2016. Quant à Youssouf, il a été placé en détention à la maison d’arrêt de Villepinte.

« Exterminer la famille Traoré »

Famille et soutiens reprochent à la justice, à l’appareil d’État et aux forces de l’ordre de dénigrer les Traoré. « On essaye de faire passer la famille Traoré pour une mafia », s’indigne J-White, un ami d’enfance d’Adama, membre du collectif Justice pour Adama et rappeur. En avril 2017, le Bondy Blog lui consacrait un papier à lui et à d’autres amis d’enfance d’Adama Traoré.

« Tous les moyens de la justice et de l’État français sont mis à disposition pour trouver la moindre chose qu’on puisse mettre sur la famille », estime Mathieu T., un militant anarchiste venu apporter son soutien.

Au micro, la voix d’Assa Traoré fait résonner une profonde colère, une grande gravité dans le ton et une certaine détermination. Plusieurs interventions de celle qui est devenue la figure du combat ont ponctué le rassemblement. « Nous sommes de bons coupables pour le tribunal de Pontoise », lance-t-elle, avant de lancer des piques contre un TGI qui appliquerait une « dictature assumée » visant à « exterminer la famille Traoré », une justice sélective « où les Noirs et les Arabes sont automatiquement coupables ». La jeune femme réitère deux exigences : déplacer l’affaire Traoré hors de la juridiction de Pontoise et organiser un procès à la Cour de Versailles ; et mettre en examen les trois gendarmes ayant interpellé Adama Traoré, le jour de son décès.

Atmosphère tendue

Le rassemblement est interrompu par l’arrivée des forces de l’ordre. Une dizaine de policiers ont bloqué l’accès au Palais de justice à la trentaine de soutiens dont Hadama Traoré, militant associatif d’Aulnay-sous-Bois. Quelques minutes auparavant, une journaliste du Parisien 95 a été chassée du rassemblement par la foule, preuve de la tension palpable. En cause, les récents articles sur la mise en examen de Bagui et Youssouf et plus globalement le traitement « tendancieux » de l’affaire Adama Traoré dixit le collectif qui va, selon lui, dans le sens des autorités judiciaires et policières. Ici, le quotidien est appelé « la Voix de la Gendarmerie ».

La police a bloqué l’entrée du Palais de Justice de Pontoise aux soutiens de la famille Traoré.

Le rassemblement se termine par une intervention d’Assa, plus déterminée que jamais. Ici, tous savent que le combat pour rendre justice à Adama Traoré s’inscrit dans une trajectoire de long terme.

Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • « Ils l’ont arraché à nous, mais on se battra jusqu’au bout »

    Depuis la fin du mois d’octobre, les réseaux sociaux sont le terrain d’une nouvelle lutte, celle pour Olivio Gomes, ce jeune homme noir de 28 ans, tué de trois balles par un policier de la BAC à Poissy. Si l’agent est aujourd’hui mis en examen pour homicide volontaire, la famille Gomes se bat, en ligne, pour rétablir la vérité, raconter le jeune père de famille qu'était Olivio mais aussi pour tous les autres, morts lors d’interventions des forces de l’ordre.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 27/11/2020
  • Mort de Godefroy Djinekou : la famille réclame la réouverture du dossier

    Le 22 Septembre 2016, Godefroy Kouami Djinekou décédait des suites d’une intervention de police à Béziers. La victime était au moment des faits sujet à une crise de panique. Après plus de trois ans d’instruction, le procureur de la république à requis un classement sans suite. La famille dénonce des manquements dans l’enquête et demande une réouverture du dossier. Retour sur cette affaire.

    Par Céline Beaury
    Le 24/11/2020
  • “Il y a une responsabilité politique dans la façon dont les manifestations dégénèrent”

    4 décès, 2 448 blessés, 12 000 interpellations, 3 100 condamnations. Depuis plus d’un an en France, la répression en marge des manifestations connaît une ampleur inédite. Dans plusieurs villes en France, des citoyens ont décidé de créer des Observatoires des libertés publiques pour documenter les pratiques policières, sur le terrain, minute par minute, dans les cortèges. Deux membres de l’Observatoire parisien, Lucas Lévy Lajeunesse, professeur de philosophie et Nassim Harket, avocat, pointent des stratégies de maintien de l’ordre dangereuses pour les libertés fondamentales. Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 19/11/2020