Ce matin 13 mars, à Grigny (91), dans le quartier de la Grande-Borne, Kouider Oukbi, 27 ans, membre de la liste citoyenne Prendre le parti des Grignois (PDG), étudiant en 4e année d’informatique, a retrouvé sa voiture trouée d’un coup de fusil dans la portière avant droite. Le véhicule a été tagué de la mention  « PDG  0% ». Cette liste est arrivée deuxième au premier tour des municipales dimanche dernier, avec 20,56% des voix, derrière l’union PC-PS (48%), mais devant l’UMP et le MoDem. Le maire sortant Claude Vasquez, qui se représente, conduit la liste PC-PS.

Ce coup de fusil est une méthode d’intimidation qui en rappelle d’autres. En 2001, des personnes cagoulées avaient malmené Claire Robillard, suppléante du député PS de la circonscription de Grigny, Julien Dray. Daniel Mourgeon, de l’UMP, avait aussi été visé par un coup de feu, heureusement sans conséquences graves.

Le tir contre la voiture de Kouider Oukbi est une pression exercée contre une personne populaire de Grigny et contre la liste PDG, qui, après son succès relatif au premier tour, gêne apparemment beaucoup. Par ailleurs, cet incident pourrait exciter les jeunes du quartier et déclencher une émeute, notamment après le concert qui sera organisé à la Grande-Borne vendredi. La liste étant relativement proche des jeunes, toute violence demain soir pourrait lui être nuisible en termes électoraux.

Un coup de feu contre une voiture : c’est ça, la démocratie ?

Omar Dawson

Note de la rédaction: Omar Dawson n’est pas membre de la liste PDG, néanmoins il en est un sympathisant.

Omar Dawson

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021