Non, ne vous méprenez pas : ceci n’est pas un jouet. Vous pourriez très bien être, dans des jours prochains, la malheureuse cible de cet engin nouvelle technologie. Il s’agit de la nouvelle future arme des forces de l’ordre, pas vraiment future puisque les BAC de Paris et de Lyon sont déjà équipées du pistolet à impulsion magnétique Taser, c’est ainsi qu’il se nomme. Un laser pour cibler, deux broches métalliques, deux petits hameçons pour accrocher le vêtement, 175 grammes, 50 000 volts pour foudroyer.

Aujourd’hui une cinquantaine de policiers seulement ont l’autorisation d’utiliser l’arme suprême. Ces derniers ont dû suivre une formation de deux journées (oui, 24 heures seulement) durant laquelle, apprend-on, ils ont pu savourer le plaisir de ressentir les effets du Taser : effectivement, pour être apte à manier l’arme, les agents de police doivent e soumettre à l’obligation de subir eux-mêmes les effets du Taser avant de pouvoir à leur tour les infliger à autrui : rupture électro-musculaire provoquée par une information envoyée au cerveau, information non reconnue par le système nerveux et qui paralyse l’individu. Le Taser a déjà pu produire ses effets sur quelques 130 prévenus en 2005 en France.

Alors, quels sont les avantages et les inconvénients de son utilisation régulière par les forces de l’ordre ?

Actuellement, le gouvernement ne communique pas vraiment sur le sujet et, dans les médias, on n’en a pas beaucoup entendu parler. En juin 2006, le ministre de l’Intérieur a fait la promotion du pistolet nouvelle génération. Il a notamment souligné la nécessité d’en équiper la police nationale ainsi que la gendarmerie nationale.

D’après l’entreprise qui fabrique l’objet, Taser International, l’utilisation du pistolet sauve des vies tous les jours. Il est vrai que par substitution aux armes à feu, le Taser peut s’avérer en pratique bénéfique car il épargnerait la vie des individus ciblés. Mais quand la même firme ajoute que « l’arme est sans danger sur les personnes en bonne santé » et qu’en outre elle est efficace tant que la tête et le larynx ne sont pas visés, on pense vite que c’est une blague de mauvais goût. De l’autre côté de l’Atlantique, il est déjà inscrit dans les mœurs…et fait un peu plus de 150 victimes aux Etats-Unis depuis 2004.

Par Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021