Non, ne vous méprenez pas : ceci n’est pas un jouet. Vous pourriez très bien être, dans des jours prochains, la malheureuse cible de cet engin nouvelle technologie. Il s’agit de la nouvelle future arme des forces de l’ordre, pas vraiment future puisque les BAC de Paris et de Lyon sont déjà équipées du pistolet à impulsion magnétique Taser, c’est ainsi qu’il se nomme. Un laser pour cibler, deux broches métalliques, deux petits hameçons pour accrocher le vêtement, 175 grammes, 50 000 volts pour foudroyer.

Aujourd’hui une cinquantaine de policiers seulement ont l’autorisation d’utiliser l’arme suprême. Ces derniers ont dû suivre une formation de deux journées (oui, 24 heures seulement) durant laquelle, apprend-on, ils ont pu savourer le plaisir de ressentir les effets du Taser : effectivement, pour être apte à manier l’arme, les agents de police doivent e soumettre à l’obligation de subir eux-mêmes les effets du Taser avant de pouvoir à leur tour les infliger à autrui : rupture électro-musculaire provoquée par une information envoyée au cerveau, information non reconnue par le système nerveux et qui paralyse l’individu. Le Taser a déjà pu produire ses effets sur quelques 130 prévenus en 2005 en France.

Alors, quels sont les avantages et les inconvénients de son utilisation régulière par les forces de l’ordre ?

Actuellement, le gouvernement ne communique pas vraiment sur le sujet et, dans les médias, on n’en a pas beaucoup entendu parler. En juin 2006, le ministre de l’Intérieur a fait la promotion du pistolet nouvelle génération. Il a notamment souligné la nécessité d’en équiper la police nationale ainsi que la gendarmerie nationale.

D’après l’entreprise qui fabrique l’objet, Taser International, l’utilisation du pistolet sauve des vies tous les jours. Il est vrai que par substitution aux armes à feu, le Taser peut s’avérer en pratique bénéfique car il épargnerait la vie des individus ciblés. Mais quand la même firme ajoute que « l’arme est sans danger sur les personnes en bonne santé » et qu’en outre elle est efficace tant que la tête et le larynx ne sont pas visés, on pense vite que c’est une blague de mauvais goût. De l’autre côté de l’Atlantique, il est déjà inscrit dans les mœurs…et fait un peu plus de 150 victimes aux Etats-Unis depuis 2004.

Par Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022