[INFO BONDY BLOG] Des échauffourées ont éclaté mercredi 23 novembre au soir, quelques heures après la mise en détention provisoire de Bagui et Youssouf Traoré, deux frères d’Adama Traoré, 24 ans, mort après avoir été interpellé par les gendarmes. Leur sœur, Assa Traoré et leurs avocats réagissent. Ils annoncent au Bondy Blog avoir déposé un appel de leur détention provisoire.

« Après l’acharnement policier, l’acharnement politique, voici que notre famille est victime d’acharnement judiciaire ». Ces mots sont ceux d’Assa Traoré, sœur d’Adama Traoré, au Bondy Blog, au lendemain de la mise en détention provisoire de ses deux frères, Youssouf et Bagui Traoré. « Il y a quelques jours, nous avons demandé la mise en examen des gendarmes impliqués dans la mort de mon frère Adama. Voici aujourd’hui la réponse des autorités ».

Youssouf et Bagui Traoré, âgés respectivement de 22 et 25 ans, sont accusés d’outrage, rébellion et violences contre des agents des forces de l’ordre à la suite des heurts qui ont eu lieu en marge de la tenue d’un conseil municipal, finalement annulé, à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), jeudi 17 novembre. Leur procès se tiendra le 14 décembre prochain, leurs avocats ayant demandé le renvoi de l’affaire pour pouvoir préparer leur défense.

Bagui Traoré, 25 ans, est soupçonné d’avoir bousculé ce 17 novembre au soir un gendarme et menacé de mort un policier municipal. Il est également accusé d’avoir porté un coup de poing à une policière municipale, craché sur un autre agent et outragé plusieurs gendarmes et policiers municipaux. Son frère Youssouf, 22 ans, est lui poursuivi pour outrage sur policiers municipaux et menaces de mort. Tous deux, par la voix de leurs avocats, nient les faits.

Le 22 novembre, Assa Traoré, lors d’une conférence de presse à Beaumont-sur-Oise avait donné sa version des événements de jeudi dernier. “Nathalie Groux, la maire, avait réuni le conseil municipal le 17 novembre, car elle voulait la prise en charge d’une dizaine de milliers d’euros de frais de justice aux habitants de Beaumont-sur-Oise pour m’attaquer pour diffamation. Nous avons été accueillis par un cortège de gendarmes et de policiers ». Le ton serait monté quand des Beaumontois ont compris qu’ils ne pouvaient pas participer au conseil municipal pourtant ouvert au public. “Nous avons été gazés. J’ai veillé à ce que tout le monde quitte les lieux dans le calme. Une fois que nous sommes tous partis, les gendarmes sont arrivés dans le quartier de Boyenval pour une expédition punitive”.

Les avocats contestent les accusations de violence

Selon son avocate, Bagui Traoré a, ce jour-ci, lui aussi été victime de gaz lacrymogène. « D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’il a très vite quitté le rassemblement devant la mairie ». Noémie Saïdi-Cottier a par ailleurs visionné une des vidéos filmées de ce rassemblement devant la mairie. « Elle dure entre 40 et 50 minutes et on n’y voit ni Bagui ni Youssouf. On voit bien des personnes porter des coups aux forces de l’ordre mais il ne s’agit en aucun cas d’eux ». L’avocate se dit sereine quant aux chances de son client d’éviter la condamnation. « Nous contestons donc les accusations de violences, menaces et outrages. Nous sommes confiants ». La défense des deux frères d’Adama Traoré prendra le temps, jusqu’à la tenue du procès le 14 décembre,  d’examiner l’ensemble des photos et vidéos prises ce jeudi 17 novembre.

Avec la mise en détention provisoire de Bagui et Youssouf Traoré, le tribunal de Pontoise a suivi les réquisitions du procureur « pour éviter qu’ils n’exercent des pressions sur les témoins appelés à être cités à l’audience ». Des propos qui interrogent Noémie Saïdi-Cottier. « Les motivations du parquet pour demander la détention provisoire me laisse perplexe.  Ces interpellations ont eu lieu plusieurs jours après les faits. Mon client aurait donc eu tout le temps d’exercer des pressions s’il l’avait réellement voulu le faire, ce qui n’est bien évidemment pas le cas ».

Les avocats font appel de la mise en détention provisoire

Pour Yassine Bouzrou, avocat de Youssouf Traoré, l’argument quant au risque qui pèse sur les témoins n’est pas valable. « Ces faits remontent à plusieurs jours, les témoins n’ont pas été entendus. Les lacunes de l’enquête ne doivent pas avoir d’impact sur les décisions de justice« . Pour lui, cette détention provisoire est « injustifiée et extrêmement sévère compte tenu de son casier judiciaire qui ne comporte qu’une seule mention ». « De plus, ajoute l’avocat, il travaille et est parfaitement inséré. Nous avons même proposé au tribunal que Youssouf Traoré soit logé en dehors de Beaumont-sur-Oise pour qu’il soit justement éloigné des témoins. Cette demande a été refusée ». L’avocat annonce au Bondy Blog avoir fait appel de la décision de mise en détention provisoire auprès de la Cour d’appel de Versailles qui se prononcera dans les trois jours. Noémie Saïdi-Cottier a également déposé un référé-liberté pour Bagui Traoré.

« Est-ce que le tribunal de Pontoise est apte à juger cette affaire sereinement ? », s’interroge Yassine Bouzrou qui rappelle que la cour de Cassation a accepté en octobre dernier la demande de la famille d’Adama Traoré d’un dépaysement de l’enquête sur la mort du jeune homme. Ceci faisait suite à la communication du procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier, muté depuis, qui a toujours omis d’indiquer que la victime était décédée des suites d’un « syndrome asphyxie« , selon deux rapports officiels d’autopsie.

Avec cette détention provisoire, Bagui Traoré voit ressurgir une autre affaire. En 2013, il a été condamné à six mois de prison pour des faits de violence similaires à ceux qui lui sont reprochés aujourd’hui. La peine n’a jamais été appliquée. « Pourquoi ressort-on cette condamnation à ce moment précis ? », se demande l’avocate du prévenu. « Et puis, ajoute-t-elle, cette peine est parfaitement aménageable. C’est d’ailleurs ce qui se fait généralement. Mon client est père de famille, a un travail, il se lève tous les matins pour aller au chantier ».

Tensions à Beaumont

Hier, mercredi 23 novembre, quelques heures après le placement en détention provisoire des deux frères, « un bus a été incendié, ainsi que six autres véhicules » dans le quartier de Boyenval où vit la famille Traoré, a précisé à la presse la préfecture du Val-d’Oise. Un climat qui inquiète l’avocate Noémie Saïdi-Cottier. « Dans ce contexte explosif, la famille Traoré, en deuil, et qui demande la lumière sur la mort d’Adama, fait tout pour appeler au calme. Un bon exemple à suivre. Je pense que dans cette affaire, il est dans l’intérêt général que tout le monde agisse avec des pincettes ».

Le Bondy Blog a tenté toute cette journée de joindre le procureur de la République. Le parquet nous indique qu’il est injoignable jusqu’à vendredi et qu’il est le seul à communiquer sur ce dossier. La mairie de Beaumont-sur-Oise, elle, n’a pas répondu à nos différents appels.

Idir HOCINI et Nassira EL MOADDEM

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021