Bondy Blog : Quelle est votre réaction après ce verdict ?
Emmanuel Tordjman : Un immense sentiment de déception, et un vrai sentiment d’injustice, dix ans après cette bataille judiciaire qui nous a mené à la suite de l’appel du procureur de la République sur un renvoi ordonné par trois juges d’instruction après une enquête de police particulièrement exemplaire. De l’incompréhension, aussi face à cette décision qui aujourd’hui sonne comme un coup de tonnerre alors que les débats avaient montré qu’une faute pouvait être reprochée aux deux policiers.
Ce verdict vous a donc surpris ?
Emmanuel Tordjman : Oui, on ne s’attendait pas à une telle décision qui s’éloigne de beaucoup du dossier et prend pour argent comptant les déclarations des policiers à l’audience notamment.
Concernant les familles, un tel verdict n’a-t-il pas effacé dix années d’attentes et d’espoir dans la justice Française ?
Emmanuel Tordjman : Non, pour l’instant les familles continuent dans cette nouvelle épreuve, avec cette même dignité qu’elles ont déjà exprimée pendant ces dix années, en faisant confiance à la justice. La décision de faire appel sera sans doute confirmée, mais leur état d’esprit était de ne pas s’arrêter à ce verdict qui s’éloigne vraiment trop du dossier tel qu’il a été établi par les juges d’instruction. Elles sont néanmoins abasourdies car les débats semblaient montrer qu’une faute avait été commise.
Quelle va être la suite de ce procès ?
Emmanuel Tordjman : Un appel, devant la cour d’appel de Rennes.
Pensez vous qu’il existe une forme d’impunité policière en banlieue ?
Emmanuel Tordjman : Une impunité policière non, mais c’est vrai que cela nous fait penser avec Jean Pierre Mignard à une forme d’apartheid judiciaire parce qu’il aura fallu dix ans déjà pour qu’on puisse arriver devant un tribunal. A l’issue de ces dix années, avec un procès qui s’est déroulé dans des conditions parfaites avec des débats très sereins, les familles ont été jugées irrecevables à se constituer partie civile.
Comment réconcilier les habitants des quartiers avec la justice après une telle décision ?
Emmanuel Tordjman : Précisément, il faut sortir ce débat des quartiers. Un mouvement doit pouvoir se lancer avec des gens de tous horizons et de toutes origines sociales pour demander que la justice soit la même pour tous et soit rendue dans les mêmes conditions et de la même manière pour tout les habitants de la République. Il va falloir aussi beaucoup de pédagogie.
Propos recueillis par Mathieu Blard

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022