Bondy Blog : Quelle est votre réaction après ce verdict ?
Emmanuel Tordjman : Un immense sentiment de déception, et un vrai sentiment d’injustice, dix ans après cette bataille judiciaire qui nous a mené à la suite de l’appel du procureur de la République sur un renvoi ordonné par trois juges d’instruction après une enquête de police particulièrement exemplaire. De l’incompréhension, aussi face à cette décision qui aujourd’hui sonne comme un coup de tonnerre alors que les débats avaient montré qu’une faute pouvait être reprochée aux deux policiers.
Ce verdict vous a donc surpris ?
Emmanuel Tordjman : Oui, on ne s’attendait pas à une telle décision qui s’éloigne de beaucoup du dossier et prend pour argent comptant les déclarations des policiers à l’audience notamment.
Concernant les familles, un tel verdict n’a-t-il pas effacé dix années d’attentes et d’espoir dans la justice Française ?
Emmanuel Tordjman : Non, pour l’instant les familles continuent dans cette nouvelle épreuve, avec cette même dignité qu’elles ont déjà exprimée pendant ces dix années, en faisant confiance à la justice. La décision de faire appel sera sans doute confirmée, mais leur état d’esprit était de ne pas s’arrêter à ce verdict qui s’éloigne vraiment trop du dossier tel qu’il a été établi par les juges d’instruction. Elles sont néanmoins abasourdies car les débats semblaient montrer qu’une faute avait été commise.
Quelle va être la suite de ce procès ?
Emmanuel Tordjman : Un appel, devant la cour d’appel de Rennes.
Pensez vous qu’il existe une forme d’impunité policière en banlieue ?
Emmanuel Tordjman : Une impunité policière non, mais c’est vrai que cela nous fait penser avec Jean Pierre Mignard à une forme d’apartheid judiciaire parce qu’il aura fallu dix ans déjà pour qu’on puisse arriver devant un tribunal. A l’issue de ces dix années, avec un procès qui s’est déroulé dans des conditions parfaites avec des débats très sereins, les familles ont été jugées irrecevables à se constituer partie civile.
Comment réconcilier les habitants des quartiers avec la justice après une telle décision ?
Emmanuel Tordjman : Précisément, il faut sortir ce débat des quartiers. Un mouvement doit pouvoir se lancer avec des gens de tous horizons et de toutes origines sociales pour demander que la justice soit la même pour tous et soit rendue dans les mêmes conditions et de la même manière pour tout les habitants de la République. Il va falloir aussi beaucoup de pédagogie.
Propos recueillis par Mathieu Blard

Articles liés

  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021
  • Yasemin, mère de quatre enfants, tuée par son ex-conjoint : sa famille privée de deuil

    Le 23 décembre 2020, les proches de Yasemin Cetindag tentent de la contacter. Les nombreux appels et sms laissés à la jeune femme de 25 ans, resteront sans réponse. Cinq jours plus tard, elle est retrouvée enterrée dans la forêt de Vendenheim, à 10 kilomètres de Strasbourg. Son ex-conjoint a avoué le meurtre. 4 mois après le drame sa famille tente de se reconstruire.

    Par Camille Bluteau
    Le 25/05/2021