Il est 18h. Reda m’appelle. « Regardez dans le Parisien. Les flics, ils ont fait comme à mon frère. C’est exactement la même brigade ». Le jornal rapporte que des gendarmes de la brigade de Seine-et-Marne surveillaient une entreprise récemment victimes de plusieurs vols. Ils sont intervenus lorsque trois véhicules, chacun avec une personne à bord, quittaient les lieux avec plusieurs kilos de déchets métalliques. Les conducteurs auraient refusé de s’arrêter. L’un deux, âgé de 34 ans, a été abattu par un gendarme. En autre a été mortellement blessé au torse, heurté par une voiture de police et le troisième a été appréhendé à son domicile. On comprend l’état d’esprit de Reda lorsqu’il faisait encore ses affaires. « Nous, c’était la tolérance zéro avec la police. On s’était dit: « La première voiture qui vient, on lui tire dessus ».

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Affaire de Stains : une reconstitution d’Index remet en cause la version policière

    Le 11 octobre s’ouvre le procès en appel de Nordine. Le conducteur et sa compagne avaient, dans la nuit du 15 au 16 août 2021, essuyé les tirs de policiers de la Bac de Stains. Condamné en première instance, il reste poursuivi pour tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique. La vidéo de reconstitution de nos confrères d’Index affaiblit encore la version policière.

    Par Bondy Blog
    Le 04/10/2022
  • Homicides policiers : « On est sur une année particulièrement problématique »

    En moins de 24 heures, deux personnes sont mortes sous les balles de la police. Pour Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, l’augmentation du nombre d’homicides policiers ne peut s’expliquer par la simple hausse des refus d’obtempérer, contrairement à ce qu'affirment les syndicats de policiers. Interview.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 10/09/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022