Il est 18h. Reda m’appelle. « Regardez dans le Parisien. Les flics, ils ont fait comme à mon frère. C’est exactement la même brigade ». Le jornal rapporte que des gendarmes de la brigade de Seine-et-Marne surveillaient une entreprise récemment victimes de plusieurs vols. Ils sont intervenus lorsque trois véhicules, chacun avec une personne à bord, quittaient les lieux avec plusieurs kilos de déchets métalliques. Les conducteurs auraient refusé de s’arrêter. L’un deux, âgé de 34 ans, a été abattu par un gendarme. En autre a été mortellement blessé au torse, heurté par une voiture de police et le troisième a été appréhendé à son domicile. On comprend l’état d’esprit de Reda lorsqu’il faisait encore ses affaires. « Nous, c’était la tolérance zéro avec la police. On s’était dit: « La première voiture qui vient, on lui tire dessus ».

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022