Le 1 janvier 2011, vers  4h30 du matin, Claudy Elisor, dit « Dj Midimix » fut gratuitement lynché à mort devant ses proches par près d’une dizaine de personnes. Ils venaient d’une cité voisine du lieu où officiait le DJ, au Blanc-Mesnil. Certains participants présumés du lynchage seraient toujours libres.

Après avoir arrêté de travailler, passé près d’un an à essayer de se reconstruire et chercher des contacts pour l’aider dans sa quête de justice, la femme du Dj tué, Fabienne Elisor, s’est confiée sur cette tragédie.

Le couple n’avait jamais eu de soucis. Depuis des années, ils avaient pris l’habitude de louer une salle près de la citée 212, au Blanc-Mesnil pour faire la fête. Ce 31 décembre 2010, comme de coutume, ils passaient donc en famille la soirée du nouvel an, en compagnie d’une centaine de convives.

La soirée se déroula dans la bonne humeur. Vers 4h00 du matin il ne restait plus qu’une trentaine de personnes. Ils attendaient les premiers transports pour rentrer et quelques courageux aidaient à ranger les lieux. Vers 4h30, un individu apparut à l’entrée : « Il s’est présenté au vigile en disant : « C’est ma salle, c’est ma soirée », raconte madame Elisor. Le vigile est venu me voir pour savoir si je le connaissais. J’ai parlé avec cette personne en lui expliquant que c’était une soirée familiale. Mais il insistait toujours en disant que c’était sa salle et sa soirée. Sur le coup, j’ai pensé qu’il n’était pas très net ».

D’après madame Elisor, son mari, qui était juste à côté, décida d’intervenir. Il lui répéta les mêmes mots et l’invita poliment à partir. « C’était très discret tout ça, les invités n’avaient même pas remarqué cette petite scène » précise t-elle.

Toujours selon la femme du DJ, l’importun ne supporta pas le refus. Il aurait menacé de revenir précisant, d’après les confidences de Fabienne, « qu’ils avaient intérêt à appeler la police ». L’incident dissipé fût vite oublié, raconte la femme du DJ, et à peine commenté. Un peu plus tard, elle était dans la cuisine quand : « J’entendis un grand boom. Le temps que je sorte, tout le monde était en panique. Ils couraient à droite, à gauche, c’était la confusion totale. Puis quelqu’un a dit : « Il y a un homme par terre ».

 

Très émue elle poursuit son récit : «  En avançant  je vois mon mari entouré d’une mare de sang. J’ai ensuite vu un type bloquer la sortie avec son pitbull, prêt à le lâcher. On était bloqué. Il était sûrement là pour nous retenir le temps que ses complices partent. Je n’avais vu que lui. Ils étaient rentrés et avaient tout retournés».

Absente lors du crime, on lui raconta que les agresseurs s’étaient directement jetés sur son mari, croyant que c’était lui le « responsable » qui venait de recaler leur ami. « C’était tellement rapide que mon mari n’a rien pu faire. Ils avaient blessé deux autres invités qui s’étaient interposés et maintenu le vigile à distance à l’extérieur». Claudy décède quatre jours plus tard, à l’âge de 33 ans, des blessures reçues lors de ce tragique réveillon.

Quelques jours plus tard, un suspect se rend de lui-même. Sa propre mère l’aurait persuadé de se dénoncer. « Il avouera au bout du troisième interrogatoire être celui qui a été recalé, raconte Fabienne. Il avouera ensuite avoir appelé ses amis. Il ne veut rien dire de plus, alors qu’il connaît sûrement tous les agresseurs. Il doit avoir peur des représailles, surtout qu’il sait que tout est de sa faute ».

A fleur de peau, Fabienne confie : « Dans le quartier où ils vivent, d’autres jeunes doivent savoir qui sont ceux qui ont tué mon mari. Ça m’énerve. Ils ont dû s’en vanter entre eux ». Le cousin du suspect principal qui, selon Fabienne, ferait partie de l’expédition punitive, a été relâché par le premier juge : «Il l’a juste classé comme témoin assisté car il était présent. »

Le premier juge fut « désisté » : «C’est rare de changer de juge » tient-elle à préciser. Le deuxième magistrat, face aux arguments de l’avocat de la victime, décida de lancer un mandat d’arrêt : «  Quand les policiers ont voulu arrêter le suspect, il avait déjà fui. Il est au Sénégal d’après ce que l’on m’a dit ».

Fabienne tient à parler de son mari : « Un homme qui mettait la bonne ambiance. Il était simple, joyeux et chérissant ». La jeune veuve de 32 ans revoit l’année qu’ils ont passée avant le drame : « C’était l’année du changement pour notre famille. On avait acheté une nouvelle voiture et une maison, Claudy était très content de voir la neige tomber dans le jardin. Ensuite, on est parti en famille en Guadeloupe, c’était magnifique ! Surtout qu’on n’avait pas passé des vacances comme celles là depuis des années. On avait aussi fêté son anniversaire le 26 février, où il y avait 150 invités. Il avait tellement aimé qu’il voulait recommencer çà pour son prochain anniversaire. Mais il y a eu le meurtre… »

Prosith Kong

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022