Nous nous étions vus tout un après-midi dans un café à Sevran et ils m’avaient retourné le cerveau avec leur histoire. Pour résumer, le fils d’Abou Omar est mort dans un incendie dû à une faille électrique (constat des pompiers). Une première expertise en présence des intéressés confirmera la version des pompiers, ce qui laisse augurer des réparations pour la famille de l’enfant décédé. Mais un an plus tard, un rapport ne corrobore pas du tout la première thèse. Une nouvelle expertise est à nouveau demandée, seulement, le propriétaire a entre-temps brisé les scellés et changé le système électrique… (l’histoire plus en détails).

Un dossier bien complexe, qui n’a toujours pas trouvé d’issue. Même Rachida Dati ne semble pas pouvoir résoudre ce cas. Je revois donc à nouveau Olivier et Fathi (Abou Omar), qui se battent depuis sept ans et ont dépensé plus de 35 000 euros pour obtenir justice. Ce n’est plus à Sevran, mais devant le palais de l’Elysée qu’ils me donnent rendez vous, à l’occasion du conseil des ministres du 16 avril. Olivier espère interpeller un ministre à la sortie pour l’informer de son affaire et, par ricochet, sensibiliser le gouvernement. Je tente de filmer la scène. Malheureusement, c’est mission impossible. Je donne quand même la parole à Olivier en vidéo.


L’appel à Sarkozy pour l’affaire Abou Omar
envoyé par Bondy_Blog

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021