Nous nous étions vus tout un après-midi dans un café à Sevran et ils m’avaient retourné le cerveau avec leur histoire. Pour résumer, le fils d’Abou Omar est mort dans un incendie dû à une faille électrique (constat des pompiers). Une première expertise en présence des intéressés confirmera la version des pompiers, ce qui laisse augurer des réparations pour la famille de l’enfant décédé. Mais un an plus tard, un rapport ne corrobore pas du tout la première thèse. Une nouvelle expertise est à nouveau demandée, seulement, le propriétaire a entre-temps brisé les scellés et changé le système électrique… (l’histoire plus en détails).

Un dossier bien complexe, qui n’a toujours pas trouvé d’issue. Même Rachida Dati ne semble pas pouvoir résoudre ce cas. Je revois donc à nouveau Olivier et Fathi (Abou Omar), qui se battent depuis sept ans et ont dépensé plus de 35 000 euros pour obtenir justice. Ce n’est plus à Sevran, mais devant le palais de l’Elysée qu’ils me donnent rendez vous, à l’occasion du conseil des ministres du 16 avril. Olivier espère interpeller un ministre à la sortie pour l’informer de son affaire et, par ricochet, sensibiliser le gouvernement. Je tente de filmer la scène. Malheureusement, c’est mission impossible. Je donne quand même la parole à Olivier en vidéo.


L’appel à Sarkozy pour l’affaire Abou Omar
envoyé par Bondy_Blog

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Othmane, 7 ans, mort dans un ascenseur : sa mère demande justice

    Le 10 octobre 2015 Othmane Esshaymi, 7 ans, meurt asphyxié dans l’ascenseur de son immeuble du quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie. 6 ans après le drame, sa famille continue son combat judiciaire pour faire condamner l’ascensoriste et le bailleur. Reconnu coupable d’homicide involontaire, Otis a réussi à casser le dernier jugement sur un vice de procédure, imposant un nouveau procès à la famille.

    Par Céline Beaury
    Le 11/01/2022
  • Tirs policiers à Stains : « Je me suis vu mourir »

    #BESTOFBB Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 23/12/2021
  • La quête de vérité de la famille de Souheil, tué par la police à Marseille

    Souheil El Khalfaoui, 19 ans, est mort début août d’un tir dans le thorax lors d’un contrôle de police. En dépit des nombreux témoignages d’habitants, la famille du jeune homme craint que la plainte soit classée au titre de la légitime défense. Réclamant la nomination d’un juge d’instruction, elle organise à partir de demain trois “Journées pour la vérité” à Marseille.

    Par Clara Lalanne
    Le 11/11/2021