Personne n’a oublié: à Bondy, la mort de Mokhtar Bakli est commémorée chaque année par un tournoi de football, organisé par le Racing Club de Blanqui. Parce que le jeune homme aimait ce sport, parce que sa famille et les grands frères de l’association ont tout fait pour calmer le jeu et détourner la colère en train de monter. Comment, sinon, expliquer que la banlieue n’ait pas pris feu, ce jour de septembre 2003?

Nous avons déjà tenté de retracer ce drame: deux jeunes gens qui volent une Porsche Cayenne, les gendarmes en embuscade, des coups de feu qui partent, puis une course poursuite. Le corps de Mokhtar retrouvé mort dans un champ, une balle dans la nuque… Une bavure, de toute évidence, qui vaut à deux gendarmes d’être mis en examen.

Le petit Gitan, le comparse de Mokhtar, lui, est arrêté pour le meurtre d’un boulanger, quelque temps plus tard.

Mais où en est cette affaire aujourd’hui? Je me rends chez l’avocat de la famille de Mokhtar, Me Michel Konitz, rue du Louvre, à Paris. En quelques phrases, il me résume l’histoire, parle d’une reconstitution qui n’a pas donné beaucoup de résultats. A vrai dire, il ne sait pas exactement où en est l’instruction, lui qui représente la partie civile. Il faudra qu’il se renseigne, dit-il.

 » Il ne se passe plus grand-chose. Ce genre de cas, des flics qui tuent un jeune, ça met en général 4 à 5 ans avant d’arriver au tribunal. Plus qu’autrefois, les bavures sont l’objet de poursuites. Mais molles… »

Sent-il venir le non-lieu?  » Si c’est le cas, je ferai appel… »

Me Michel Konitz m’a reçu rapidement. Il part le jour même pour la Tanzanie, où il s’occupe d’une affaire en cours devant le Tribunal pénal international de Haruscha. Il me conseille de prendre contact avec une ancienne collaboratrice, qui s’est longtemps occupé de la famille Bakli, avant de se mettre à son compte. « Elle connaît bien le cas. Elle pourra peut-être vous aider. »

Par Alain Jeannet

Alain Jeannet

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Bondy Blog
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022