[INFO BONDY BLOG] La cour d’appel de Versailles a tranché : Youssouf et Bagui Traoré, les deux frères d’Adama Traoré resteront en détention provisoire jusqu’à leur procès le 14 décembre. Leur demande de libération a été rejetée par la cour d’appel de Versailles. Ils sont poursuivis pour outrage, rébellion et violences contre des agents des forces de l’ordre à la suite des heurts qui ont eu lieu le jeudi 17 novembre devant la mairie de Beaumont-sur-Oise. Réaction de l’avocate de Bagui Traoré, Me Noémie Saïdi-Cottier.

Le Bondy Blog : Comment avez-vous accueilli cette décision?

Me Noémie Saïdi-Cottier : Nous sommes évidemment très déçus. Cette décision est incompréhensible et inadmissible !

Le Bondy Blog : Pourquoi ? Comment le tribunal motive-t-il sa décision?

Me Noémie Saïdi-Cottier : Les juges estiment qu’il y a un risque de réitération et qu’il n’y a pas suffisamment de garantie de représentation. En clair, ils craignent que Bagui et Youssouf Traoré ne se présentent pas à leur procès. Mais ils ont un domicile, une vie familiale, un travail ! Pour des dossiers de personnes qui ne sont pas insérées, qui n’ont pas de domicile, qui n’auraient rien à perdre à fuir, je le comprendrais mais là, il s’agit de personnes qui travaillent, qui ont des vies de famille. Des garanties, ils en ont beaucoup et nous les avons toutes produites : attestations d’hébergement, livret de famille, contrats… Il ne s’agit pas de multirécidivistes, les faits sont contestés et ils souhaitent se défendre ! On ne s’attendait pas à cette motivation-là !

Le Bondy Blog : Comment Bagui et Youssouf Traoré ont accueilli cette décision?

Me Noémie Saïdi-Cottier : Ils étaient déçus mais je crois surtout qu’ils commencent à être blasés. Après la décision, ils sont restés calmes, non pas qu’ils acceptent la situation car ils contestent les faits. Ils vivent cette détention comme une injustice. Les juges se sont sûrement dits qu’il ne restait que quelques jours avant leur audience mais cette décision manque de courage.

Le Bondy Blog : La prochaine échéance désormais c’est l’audience du 14 décembre au tribunal de Pontoise ?

Me Noémie Saïdi-Cottier : Tout à fait. Nous nous concentrons désormais sur le procès. Ce qui est clair c’est qu’ils nient clairement les faits qui leur sont reprochés. De toutes les images visionnées jusqu’à présent, aucune ne montre ni l’un ni l’autre frapper qui que ce soit.

Propos recueillis par Nassira EL MOADDEM

Articles liés

  • Homicides policiers : « On est sur une année particulièrement problématique »

    En moins de 24 heures, deux personnes sont mortes sous les balles de la police. Pour Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, l’augmentation du nombre d’homicides policiers ne peut s’expliquer par la simple hausse des refus d’obtempérer, contrairement à ce qu'affirment les syndicats de policiers. Interview.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 10/09/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022