« Les keufs, on les caillasse ». Chacun selon ses mots, les Bondynois expriment une méfiance commune. Accusée de ne jamais être là quand il faut, de contrôler au faciès, de privilégier l’intervention à l’investigation, de déserter la périphérie, la Police n’a pas la cote. Interlocutrice incontournable, au front de la crise des banlieue, je voulais connaître son avis.

Première étape, faire la queue au commissariat de Bondy. L’agent d’accueil demande l’avis du supérieur hiérarchique qui me conseille de me rendre au « DPC de Bobigny ». J’argumente. « Expérience inédite, à long terme, de proximité, pas de scandale, droit de relecture… » Non! Têtu, je refais la queue. Cette fois, l’agent prend l’autre porte, mais revient avec la même réponse négative.

Bien. J’enfourche ma bicyclette direction Bobigny. De l’Hôtel de Police, on m’envoie dans la seconde Zone administrative, tout au sud. Le réceptionniste ne semble pas savoir que faire de ma demande. Au premier étage, on m’explique qu’il faut faxer une demande d’interview au Directeur du Département de la Sécurité Publique et attendre la réponse, « mais sachez que ces derniers temps, on ne délivre presque plus de laisser passer ».

Trois jours plus  tard, après avoir passé dans les mains de trois instances départementales et de la  Préfecture de Bobigny, ma demande est rejetée.

 

 

La Police aurait-elle quelque chose à se reprocher ?

 

Par Blaise Hofmann

 

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022