« Les keufs, on les caillasse ». Chacun selon ses mots, les Bondynois expriment une méfiance commune. Accusée de ne jamais être là quand il faut, de contrôler au faciès, de privilégier l’intervention à l’investigation, de déserter la périphérie, la Police n’a pas la cote. Interlocutrice incontournable, au front de la crise des banlieue, je voulais connaître son avis.

Première étape, faire la queue au commissariat de Bondy. L’agent d’accueil demande l’avis du supérieur hiérarchique qui me conseille de me rendre au « DPC de Bobigny ». J’argumente. « Expérience inédite, à long terme, de proximité, pas de scandale, droit de relecture… » Non! Têtu, je refais la queue. Cette fois, l’agent prend l’autre porte, mais revient avec la même réponse négative.

Bien. J’enfourche ma bicyclette direction Bobigny. De l’Hôtel de Police, on m’envoie dans la seconde Zone administrative, tout au sud. Le réceptionniste ne semble pas savoir que faire de ma demande. Au premier étage, on m’explique qu’il faut faxer une demande d’interview au Directeur du Département de la Sécurité Publique et attendre la réponse, « mais sachez que ces derniers temps, on ne délivre presque plus de laisser passer ».

Trois jours plus  tard, après avoir passé dans les mains de trois instances départementales et de la  Préfecture de Bobigny, ma demande est rejetée.

 

 

La Police aurait-elle quelque chose à se reprocher ?

 

Par Blaise Hofmann

 

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021