« Les keufs, on les caillasse ». Chacun selon ses mots, les Bondynois expriment une méfiance commune. Accusée de ne jamais être là quand il faut, de contrôler au faciès, de privilégier l’intervention à l’investigation, de déserter la périphérie, la Police n’a pas la cote. Interlocutrice incontournable, au front de la crise des banlieue, je voulais connaître son avis.

Première étape, faire la queue au commissariat de Bondy. L’agent d’accueil demande l’avis du supérieur hiérarchique qui me conseille de me rendre au « DPC de Bobigny ». J’argumente. « Expérience inédite, à long terme, de proximité, pas de scandale, droit de relecture… » Non! Têtu, je refais la queue. Cette fois, l’agent prend l’autre porte, mais revient avec la même réponse négative.

Bien. J’enfourche ma bicyclette direction Bobigny. De l’Hôtel de Police, on m’envoie dans la seconde Zone administrative, tout au sud. Le réceptionniste ne semble pas savoir que faire de ma demande. Au premier étage, on m’explique qu’il faut faxer une demande d’interview au Directeur du Département de la Sécurité Publique et attendre la réponse, « mais sachez que ces derniers temps, on ne délivre presque plus de laisser passer ».

Trois jours plus  tard, après avoir passé dans les mains de trois instances départementales et de la  Préfecture de Bobigny, ma demande est rejetée.

 

 

La Police aurait-elle quelque chose à se reprocher ?

 

Par Blaise Hofmann

 

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Affaire de Stains : une reconstitution d’Index remet en cause la version policière

    Le 11 octobre s’ouvre le procès en appel de Nordine. Le conducteur et sa compagne avaient, dans la nuit du 15 au 16 août 2021, essuyé les tirs de policiers de la Bac de Stains. Condamné en première instance, il reste poursuivi pour tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique. La vidéo de reconstitution de nos confrères d’Index affaiblit encore la version policière.

    Par Bondy Blog
    Le 04/10/2022
  • Homicides policiers : « On est sur une année particulièrement problématique »

    En moins de 24 heures, deux personnes sont mortes sous les balles de la police. Pour Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, l’augmentation du nombre d’homicides policiers ne peut s’expliquer par la simple hausse des refus d’obtempérer, contrairement à ce qu'affirment les syndicats de policiers. Interview.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 10/09/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022