Hier, on apprenait que Jean Sarkozy était relaxé pour les poursuites engagées par un automobiliste qui avait été victime du tamponnage d’un scooter place de la Concorde. Après avoir déposé plainte et signalé la plaque du scooter incriminé, M’Hamed Bellouti a eu la (mauvaise) surprise de découvrir que le numéro d’immatriculation correspondait au scooter de Jean Sarkozy, conseiller général  et chef de file de l’UMP dans les Hauts-de-Seine.
 
Le plaignant, bien décidé à récupérer les 260 € déboursés pour la réparation de son pare-choc abîmé dans l’accident, ne s’est donc pas démonté devant le pédigrée du responsable présumé. Il a décidé de poursuivre le propriétaire du scooter devant les tribunaux. Grande erreur, il est condamné aujourd’hui à payer 2000 € d’amende pour procédure abusive, sans compter bien sûr les frais d’avocat générés par cette mauvaise affaire. Ce qui paraît choquant ici  n’est pas la relaxe de Jean Sarkozy, aucune preuve n’a pu être retenue contre lui. Il indique qu’il était en classe au moment des faits.

Ce qui paraît  plus grave est la condamnation de M’Hamed Bellouti pour procédure abusive. En quoi une plainte, puis une poursuite contre le titulaire du véhicule soupçonné de délit de fuite suite à un accident constitue-t-il  une poursuite abusive ? Jean Sarkozy, fils d’un célèbre avocat et lui-même étudiant en droit pourra éventuellement réfléchir  à cette question.

Mohamed Bourokba a eu, lui, moins de chance devant les tribunaux. Plus connu sous le nom de Hamé, le chanteur du groupe La Rumeur n’a pas eu le droit aux mêmes égards face à la justice. Depuis qu’il a reçu une assignation signée de la main de Nicolas Sarkozy en 2002, suite à un pamphlet  où il dénonçait les bavures policières, il n’a cessé de faire valoir son droit à la liberté d’expression. Après six années de procédure  qui l’ont vu relaxé en première et deuxième instances, puis condamné en cassation, il se croyait enfin arrivé au bout du chemin lorsque  la Cour d’appel  de Versailles lui signifiait mercredi 24 septembre dernier qu’il était relaxé pour la troisième fois. L’arrêt de la Cour d’appel de Versailles paraissait clair, argumenté, définitif. Pourtant, chose rarissime dans ce type d’affaire, le ministère de la justice s’est à nouveau pourvu devant la Cour de cassation qui devra trancher en plénière sur cette affaire. On est subjugué devant un tel acharnement judiciaire.

Une question se pose alors. Est-il prudent, compte tenu du prénom de l’auteur, de publier cet article sans le faire relire préalablement par un avocat ?

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022