Bondy Blog : C’est la première fois que la communauté asiatique se réunit pour battre le pavé à Paris.

Jacques Hua : Effectivement. Cette manifestation est une grande première. Elle est organisée par de nombreuses associations asiatiques, 64 associations au total, principalement d’Île-de-France, sous un seul étendard : « sécurité pour tous ». Les résidents asiatiques et d’origine asiatique se réunissent dans des groupes en fonction de leur région d’origine et de leurs passions, affinités, secteurs professionnels (kung-fu, association de commerçants dans l’agro-alimentaire …). Cela n’a pas été difficile de mobiliser tout le monde car il y a une cause commune : des actes d’agression et l’insécurité. Un homme est mort. Cela parle à tous.

Bondy Blog : Des rassemblements ont déjà eu lieu en Seine-Saint-Denis.

Jacques Hua : Oui, deux événements ont été organisés dans le département les 14 et 21 août. Le premier a réuni près de 2 000 personnes, le deuxième environ 5 000. Pour la manifestation de Paris, ce dimanche, on espère entre 20 000 et 40 000 personnes. Les rassemblements dans le 93, c’était pour montrer à la ville et au département qu’il y a de l’insécurité aussi en Seine-Saint-Denis mais il s’agit d’un problème général en Île-de-France : les 13e, 19e , 4e et 20e arrondissements, le quartier de Belleville et les quartiers favorisés de Paris (8e , les Champs-Elysées, …). Les agresseurs ciblent les Asiatiques sans distinction, qu’ils vivent ici, qu’ils soient touristes. Les violences et les agressions ont également lieu dans le 94 : Ivry-sur-Seine et Vitry-sur-Seine, principalement. Généralement, les agresseurs s’en prennent aux femmes ou aux personnes âgées dans des villes avec une forte concentration de personnes asiatiques.

Bondy Blog : Quel est l’objectif de la manifestation de dimanche ?

Jacques Hua : Faire entendre notre voix et demander à l’exécutif de mettre en œuvre ses promesses. On a réclamé plus de présence policière dans ces quartiers. Mais la baisse des effectifs policiers partout en France se répercute aussi dans le 93, ce qui peut expliquer l’augmentation du nombre d’agressions. On demande également aux pouvoirs publics, c’est-à-dire à la mairie, au département, à la région Île-de-France, au gouvernement, une augmentation des caméras de vidéo-surveillance. Les trois agresseurs de Chaolin Zhang ont été arrêtés grâce à une caméra de ce type qui se trouvait sur leur trajet. Aujourd’hui, il y a des caméras près des métros mais pas dans la rue, ni dans les quartiers concernés.

Bondy Blog : Qu’attendez-vous de cette manifestation ?

Jacques Hua : On souhaiterait sensibiliser l’opinion publique. Les Asiatiques sont des Français d’origine asiatique avant tout. Ces agressions ne peuvent plus passer inaperçues ou être sous-estimées. La diffusion de l’information via les médias a pris du temps pour informer la population de l’insécurité des Asiatiques en Île-de-France. La manifestation a pour origine le désespoir de la communauté d’avoir alerté les pouvoirs publics de cette montée de l’insécurité sans actes concrets. La seule réponse de ces mêmes pouvoirs publics a été le silence.

Bondy Blog : Pourquoi le silence selon vous ?

Jacques Hua : (Silence) Je ne me l’explique pas.

Bondy Blog :  Comment avez-vous préparé cette grande première manifestation ?

Jacques Hua : En étant solidaires. Nous nous sommes partagés les tâches entre les différents groupes. Comme c’est une première, on est dans l’euphorie et en même temps stressé à l’idée que le rassemblement puisse mal se passer. La préfecture nous soutient dans cette démarche. CRS et pompiers seront présents. Nous avons également organisé un service de sécurité sur la base du volontariat. 200 à 300 personnes seront chargées de contenir le cortège face à d’éventuels débordements. Mais ils ne sont pas là pour faire le travail de la police. Nous n’avons pas eu besoin de beaucoup d’arguments pour convaincre les volontaires, grâce à l’énorme élan de solidarité qui s’est produit à l’égard de la famille de Chaolin Zhang et du comité de soutien. Nous avons également fait faire 15 000 t-shirts et 5 000 flyers pour l’événement.

Bondy Blog : Les agressions dont est victime la communauté asiatique en Île-de-France sont-elles d’origine raciste ?

Jacques Hua : Il existe un sentiment de racisme envers les Asiatiques basé sur des préjugés racistes et des clichés, comme celui selon lequel ils seraient discrets, tolérants, faibles, et exerceraient le métier de commerçant. Au fil des années, ce cliché s’est banalisé et désormais, il y a de la haine envers les Asiatiques. On souhaiterait que soit mené de la part du gouvernement des actions afin de promouvoir l’échange interculturel, d’engager un travail pédagogique et de partage pour éviter d’en arriver à des luttes inter-communautaires. Désormais, je vis à Paris. Mais quotidiennement, mes amis me racontent le stress qu’ils subissent à l’idée de rentrer chez eux ou d’aller au travail en banlieue. La tension est palpable. Une personne est morte pour quelques euros et des friandises. Aux yeux de la presse internationale, et surtout asiatique, l’image de la France depuis quelques mois est assez catastrophique. Rien n’a été fait pour les touristes et les résidents asiatiques en France.

Bondy Blog : Depuis combien de temps durent ces agressions selon vous?

Jacques Hua : Les vols à l’arraché ont débuté il y a une dizaine d’années. Avec le temps, ils se transformés en vols avec agressions en bande organisée. Tout ça pour de maigres butins. Mais pour les victimes, c’est un traumatisme physique et moral. Depuis le mois de janvier de cette année, 105 vols avec agression ont été recensés, selon les chiffres officiels de la préfecture. Sans compter toutes les agressions qui ne sont pas signalées.

Bondy Blog : Pour quelles raisons ?

Jacques Hua : Je pense que déposer une plainte au commissariat est une démarche compliquée. D’une part, il y a la barrière de la langue. D’autre part, souvent l’accueil au commissariat vous propose de faire une main courante. Pour cela, il faut faire la queue et attendre, pour finalement vous entendre dire : »on ferme, revenez demain ». Les victimes sont fatiguées et elles doivent retourner travailler.

Bondy Blog : Avez-vous mis en place des actions pour assurer votre sécurité ?

Jacques Hua : Des groupes de bénévoles ont été créés pour accompagner les femmes et les enfants du bus à leur domicile, dans des créneaux horaires précis : 6h et minuit.

Bondy Blog : Avez-vous reçu des soutiens de la part de personnalités politiques et publiques ?

Jacques Hua : Nous sommes soutenus par l’ensemble des associations antiracistes, les maires et les préfets du département, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Des personnalités publiques, comme l’acteur Frédéric Chau et des rappeurs ont répondu à l’appel du rassemblement de dimanche et seront présents.

Bondy Blog : Ne craignez-vous pas une récupération politique ?

Jacques Hua : Nous sommes très heureux que ces personnalités viennent. On serait encore plus heureux si elles traduisaient leurs promesses par des actions avant la fin de l’année : davantage de policiers, de caméras. Et promouvoir le vivre-ensemble pour éviter la stigmatisation.

Propos recueillis par Kozi PASTAKIA et Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021