Les derniers journalistes quittent vendredi le Palais de justice de Pontoise à l’issue de la conférence de presse de la procureure de la République. Elle vient d’annoncer le succès de l’opération qui a débuté lundi 18 février à 6 heures du matin. Sur une trentaine de gardés à vue, seize on été mis en examen, pour la plupart écroués, et les autres on été libérés sans aucune charge retenue contre eux pour le moment.

Au même moment, Djibril sort également du Palais de justice pour regagner Villiers-le-Bel, abattu et traumatisé par le sort réservé à ses deux frères, Abou et Adama, âgés d’une trentaine d’années. Ils ont été mis en examen, respectivement écroués à la prison de Fleury-Mérogis et de Villepinte, pour des délits, ou plus, qu’ils auraient commis lors des émeutes de novembre 2007 contre les forces de l’ordre. Le père, infirmier à la retraite, est actuellement en vacances en Afrique et n’a pas encore été informé de la situation de ses deux fils.

Toutes les personnes rencontrées dans la cité de la ZAC sont très sceptiques sur les charges accablant les deux frères, en particulier sur celles retenues contre Adama. Ce dernier est une figure de Villiers-le-Bel, il a été le suppléant d’un candidat lors des élections législatives de 2007 sur la 8e circonscription du Val-d’Oise, et juste avant son arrestation, il participait activement à la campagne municipale de la candidate Sylvie Noachovitch, qui se présente à Villiers-le-Bel, soutenue par l’UMP.

Il était très présent dans le quartier, incitant les jeunes à se responsabiliser et à se prendre en main. Lors des émeutes de novembre, certains habitants nous ont affirmé qu’il a été parmi les premiers à appeler les jeunes à ne pas commettre d’actes délictueux. Selon l’avocat d’Adama et Abou, qui a demandé un contrôle judiciaire au regard de la situation familiale et professionnelle de ses deux clients, refusé par les juges, il semblerait que les seuls éléments retenus contre par la police aient été fournis par des témoignages anonymes.

Les jeunes du quartier de Presmane, où vivaient Adama et Abou lorsqu’ils étaient adolescents, sont sous le choc, ils n’admettent pas leur incarcération, ils sont persuadés que leur passé judiciaire a joué en leur défaveur.

Malgré tout, la plupart d’entre eux veulent l’apaisement et souhaitent que l’enquête sur la mort de Laramy et Moshin avance. Ils n’excluent pas une action pacifique pour protester contre la mise sous les verrous d’Adama et Abou.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021