Souvent, j’entends que la police française est raciste. Ou encore, que gardien de la paix est un métier de « Blanc ». Or depuis quelques années, j’ai remarqué que des Asiatiques, mais surtout, des personnes d’origine africaine, intégraient les forces de l’ordre, notamment sur les secteurs de Châtelet et de Gare du Nord. Une fois, j’ai même croisé une patrouille de quatre individus composée exclusivement de personnes « noires » et « arabes ». Sur le coup, c’était assez intriguant pour moi, car je n’avais jamais vu cela auparavant. Ça casse un peu les clichés sectaires qu’on entend sur la police, surtout en banlieue (mais aussi ailleurs). J’ai interrogé des jeunes parmi mes connaissances sur leur perception de ce nouveau profil de policier.

Zakaria : « Moi personnellement, je m’en fous un peu. Mais c’est clair qu’il y en a qui font trop les malins, plus que les autres. J’ai l’impression que ces policiers veulent prouver qu’ils son eux aussi efficaces. » Ramy : « Tu en as qui font genre qu’ils te comprennent, qu’ils sont déjà passés par là (les contrôles), mais qui au final, te prendront plus la tête que les autres (flics) ». Christophe, d’origine antillaise : « Ceux-là, ce sont les pires. Même s’ils m’ont rien fait et que je me fais rarement contrôler, je trouve que les renois et rebeus font plus les malins que leurs collègues blancs. » « On a l’impression qu’ils ont un problème d’égo », dit Mohamed.

Ces jeunes que j’ai interrogés ont loin d’avoir le « profil » de ceux qui se font contrôler tous les jours. Et ils ne reprochent pas à la police tous les maux de leur existence. Ils habitent tous dans des pavillons, sont majoritairement bons élèves à l’école et n’ont jamais de soucis avec quiconque, du moins pas à ma connaissance. Alors pourquoi ces avis si tranchés ?

Mohamed : « Je n’ai rien contre eux, ni contre la police en général. C’est juste qu’au lieu de faire leur métier normalement, ils vont vouloir en faire plus. Ils vont en rajouter. Je trouve ça hypocrite. Par exemple, une fois dans le train, il y avait un policier d’origine tunisienne qui m’a pris la tête. Ses collègues blancs s’en foutaient complètement de moi. Mais lui, il ne voulait pas me lâcher. Il me parlait même en arabe pour faire genre ! » Ramy : « En général, dans un groupe de policiers, celui qui te cassera le plus les couilles, sera toujours arabe ou noir. »

Christophe : « Ce n’est pas l’institution policière qui est mauvaise en elle-même. Ce qui est mauvais, ce sont les personnes qui travaillent pour cette institution. Il y en a qui ne savent pas faire leur métier, c’est tout.» « Sans la police, c’est vrai, ça serait l’anarchie », reconnaît toutefois Mohamed.

Dernières question : est-ce qu’ils vous arrivent de les voir parfois comme des « traites » ? Zakaria : « Non pas du tout. Faut savoir qu’il y en a qui voulaient faire ça depuis tout petit. Et là, ils réalisent leurs rêves. Après ce n’est pas tous les policiers rebeus et renois qui sont comme ça. Mais y’en a certains qui le sont, c’est tout. »

Prosith Kong

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022