Le 7 août 2016, Chaolin Zhang, couturier et père de famille de 49 ans, est victime d’une agression mortelle. Alors qu’il marche dans la rue avec un ami, lui aussi d’origine chinoise, les deux hommes sont attaqués par trois adolescents. Deux d’entre eux tentent alors d’arracher une sacoche portée en bandoulière par Chaolin Zhang, le troisième complice s’en prend physiquement à lui en lui assénant un violent coup de pied qui le projette au sol.

Dans la chute, la tête de Chaolin Zhang percute un muret. Le père de famille ne se relève pas. Il décédera cinq jours plus tard à l’hôpital, le 12 août 2017, des suites d’un traumatisme crânien.

Agression commise en raison de « l’appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une nation »

Le plus jeune des agresseurs, âgé de 15 ans au moment des faits, a été jugé pour « vol avec violences ayant entraîné la mort » ce vendredi 10 novembre devant le tribunal pour enfants de Bobigny. Il a été condamné à cinq années de prison dont trois avec sursis avec mise à l’épreuve. « C’est un jeune d’Aubervilliers avec un petit passé de délinquant, déscolarisé avec une situation familiale complexe. L’audience est largement revenue sur son profil », rapporte Calvin Job, l’un des avocats de la famille.

Lors de l’audience, qui se tenait sous le régime de la publicité restreinte en raison du jugement de mineurs, la cour a retenu la circonstance aggravante d’une agression commise en raison de « l’appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une nation ». « Nous avons eu un long débat sur ces questions, explique Calvin Job. Les associations comme la Licra, le Mrap et SOS Racisme étaient présentes et se sont constituées partie civile. Elles ont intelligemment plaidé sur les questions de racisme ».

Audiences prochaines pour les deux autres jeunes accusés

Les deux autres jeunes accusés, âgés de 17 et 19 ans lors des faits, seront jugés prochainement par la cour d’assises des mineurs. « Sous réserve de confirmation, les audiences des deux autres agresseurs auront lieu les 15, 18 et 19 juin prochains. Nous n’avons pas encore reçu de convocation officielle« , précise l’avocat de la famille des victimes.

Les trois adolescents avaient avoué leur acte en juillet 2017. Confondus par la vidéosurveillance, l’un des jeunes avait reconnu, devant les enquêteurs, avoir ciblé leurs victimes. « Les personnes asiatiques ont plus d’argent ». Dans la sacoche volée, les agresseurs n’ont pourtant trouvé qu’une paire de lunettes, une batterie externe, un paquet de bonbons. Aucune trace de l’argent espéré.

Une condamnation à deux ans de prison ferme : « une grande déception » chez la famille

Une peine loin de suffire aux yeux des proches de Chaolin Zhang. « Ce n’est pas suffisant. La famille ne comprend pas pourquoi elle a perdu l’un des siens, que cette personne soit morte à la suite d’une agression et que l’un des auteurs ne prenne que cinq ans de prison, réagit Calvin Job. Sur ce plan là, il y a une grande déception chez la famille. Mais nous espérons tout le moins que par la suite, pour les audiences à venir ce sera au moins à la hauteur des faits qu’ils leur sont reprochés », poursuit l’avocat.

Plusieurs manifestations, que le Bondy Blog a couvert, avaient eu lieu quelques semaines après les faits dans le centre de Paris et ces dernières mois à Paris et à Aubervilliers. Objectif des organisateurs : rendre hommage à la mémoire de Chaolin Zhang et rappeler que le racisme continue à tuer en France.

Plus de 10 000 personnes, originaires de Chine, travaillent quotidiennement dans le domaine du textile en Ile-de-France, première plateforme d’import-export textile d’Europe.

À Aubervilliers, une plaque commémorative dédiée à Chaolin Zhang a été installée depuis le 27 octobre 2016 sur les lieux du drame par la municipalité PCF d’Aubervilliers. On peut y lire les mots suivants : « Chaolin Zhang ciblé en raison de son origine chinoise ».

Nassira EL MOADDEM avec Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022