Manifestement, le reportage de M6 « Un été dans la cité » met tout le monde dans l’embarras. La chaîne, le maire de Sarcelles, quelques associations, et bien sûr les journalistes producteurs de l’objet du scandale. Le débat public de lundi soir à Sarcelles fut un rendez-vous manqué pour établir la vérité sur cette affaire. 

Les journalistes ont-ils payé les jeunes pour recueillir des témoignages et pour travailler dans de bonnes conditions ? « C’est totalement faux », répondent les deux réalisateurs de ce reportage. Par contre, suite au vol du matériel et des affaires personnelles d’un membre de l’équipe de tournage dans un quartier de la ville, il y a bien eu une transaction financière à hauteur de 700€  en faveur d’un jeune qui devait récupérer au moins le sac et la caméra. Après avoir pris conscience que ce n’était pas la meilleure méthode, le journaliste se ravise : « Nous avons porté plainte, François Pupponi (le maire, ndlr) était au courant, la BAC aussi. Nous avons été abusés, nous pensions avoir la confiance des gens. » 

Début septembre, au lendemain de la diffusion de ce reportage, une délégation composée de représentants associatifs était reçue par la rédaction de M6, la présentatrice de l’émission et Frédéric Boisset. Chacun a défendu ses arguments, sans hostilité notoire. Ensuite, l’idée était de créer les conditions d’une relation entre les associations et la rédaction pour identifier des sujets potentiels à produire. 

Mais alors, comment expliquer la naissance de cette polémique et l’installation d’un dialogue de sourd entre M6 et la mairie de Sarcelles ? : « Le maire omet de parler aux gens du contexte de cette affaire, il conteste notre ton. C’est vrai, il y a des élections dans pas longtemps (élections cantonales, le 12 octobre). Il défend l’image de sa ville, certes, mais il ne le fait pas d’une manière honnête », poursuit Frédéric Boisset.

J’ai rencontré Frédéric Boisset, journaliste et réalisateur de ce reportage, pour confronter sa version des faits avec ce qui a été dit en début de semaine lors de la rencontre avec les habitants de Sarcelles. Il évoque la genèse de ce reportage, les raisons du choix de cette ville, la manière dont se sont passés les repérages, les contacts avec les habitants, les réactions après la diffusion et la naissance de la polémique autour des transactions financières :   

Ecouter l’interview (12’) : boisset.mp3

Nordine Nabili

Frédéric Boisset participera à la séance de l’Ecole du blog à Bondy, le samedi 08 novembre, pour poursuivre la réflexion sur le traitement médiatique des banlieues. 

Nordine Nabili

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022