La police a mauvaise presse, à Bondy, pire encore que les journalistes. Et pas seulement chez les jeunes. Mickey est un ami du maire, quadragénaire d’allure bonhomme et souriante, c’est un employé de la commune. De son vrai nom, Mikhaël Ichkhanian, d’origine arménienne, sa famille s’est réfugiée en France après le génocide.

L’autre jour, Mickey a eu le tort de prendre un virage un peu brusquement avec sa voiture au sortir d’une cité: ça a suffi à le rendre suspect aux yeux d’une patrouille qui passait par là. Il était 18h, il y avait du monde dans la rue. Gyrophare, palpations, menaces de l’emmener au poste s’il n’arrêtait pas ses remarques… Mickey trouve que ces manières de faire sont inutilement vexantes et « pas toujours très républicaines ».

Elbekkay Zerouali, lui, parle d' »attitudes de cow-boys ». C’est un gars plein d’énergie, Elbekkay, 26 ans, un emploi, une « petite femme », comme il dit affectueusement, et un club de foot pour enfants dont il s’occupe avec passion. Il raconte une scène. L’an dernier, il était avec les gars de son équipe, des gosses de 13 ans, devant la boulangerie de la place Neuburger, au centre de la ville. Alors qu’un policier passe, un des enfants crache son chewing-gum à terre. A tort ou à raison, le policier se sent visé. Comment réagit-il?

– Baisse les yeux, toi, dit-il à l’enfant, et il lui donne une gifle.

Des histoires comme ça, j’en entends beaucoup. Elles témoignent d’un lourd climat de méfiance entre la police et la population. Tiens, à propos de la police, j’ai adressé une demande écrite, en bonne et due forme, à la Direction départementale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis. Pour pouvoir parler au commissaire Machet, du commissariat de Bondy, et à certains de ses hommes.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022