La police a mauvaise presse, à Bondy, pire encore que les journalistes. Et pas seulement chez les jeunes. Mickey est un ami du maire, quadragénaire d’allure bonhomme et souriante, c’est un employé de la commune. De son vrai nom, Mikhaël Ichkhanian, d’origine arménienne, sa famille s’est réfugiée en France après le génocide.

L’autre jour, Mickey a eu le tort de prendre un virage un peu brusquement avec sa voiture au sortir d’une cité: ça a suffi à le rendre suspect aux yeux d’une patrouille qui passait par là. Il était 18h, il y avait du monde dans la rue. Gyrophare, palpations, menaces de l’emmener au poste s’il n’arrêtait pas ses remarques… Mickey trouve que ces manières de faire sont inutilement vexantes et « pas toujours très républicaines ».

Elbekkay Zerouali, lui, parle d' »attitudes de cow-boys ». C’est un gars plein d’énergie, Elbekkay, 26 ans, un emploi, une « petite femme », comme il dit affectueusement, et un club de foot pour enfants dont il s’occupe avec passion. Il raconte une scène. L’an dernier, il était avec les gars de son équipe, des gosses de 13 ans, devant la boulangerie de la place Neuburger, au centre de la ville. Alors qu’un policier passe, un des enfants crache son chewing-gum à terre. A tort ou à raison, le policier se sent visé. Comment réagit-il?

– Baisse les yeux, toi, dit-il à l’enfant, et il lui donne une gifle.

Des histoires comme ça, j’en entends beaucoup. Elles témoignent d’un lourd climat de méfiance entre la police et la population. Tiens, à propos de la police, j’ai adressé une demande écrite, en bonne et due forme, à la Direction départementale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis. Pour pouvoir parler au commissaire Machet, du commissariat de Bondy, et à certains de ses hommes.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022