La crise sanitaire n’aura définitivement pas mis fin au débat sur les violences policières. La vidéo de l’homme blessé à Villeneuve-la-Garenne a agité les réseaux sociaux et provoqué la colère des jeunes des quartiers de la ville, fin avril. Le 22 mai, c’était les proches du jeune Sabri Chouhbi qui défilaient pour réclamer « la lumière » sur les circonstances de sa mort. La prise de parole de Camélia Jordana résonne avec l’actualité quand elle parle « des hommes et des femmes qui se font massacrer quotidiennement en France, tous les jours, pour nulle autre raison que leur couleur de peau ».

La chanteuse pointe le fait que ceux qui sont victimes des violences policières sont majoritairement « noirs ou arabes ou simplement ‘pas blancs’ » et que « généralement, ce sont les hommes qui se font tuer ». Pourtant dans les médias, ce sont principalement des femmes qui s’expriment. Elles s’appellent Assa Traore, Amal Bentounsi ou encore Sabine (nom d’emprunt de la fille aînée de Liu Shaoyo pour garantir la sérénité de l’enquête). Comme Camélia Jordana, elles n’hésitent pas à dénoncer les violences.

Quand on pense aux violences policières, on pense d’abord aux hommes qui en sont principalement victimes mais on ne pense pas à leurs mères, à leurs soeurs, à leurs filles, victimes collatérales qui doivent vivre avec la mort d’un proche, jugée injuste. Pour honorer la mémoire d’Adama, d’Amine, de Liu, elles multiplient les conférences, les interviews et s’engagent.

Si elles sont dans la lumière, elles œuvrent aussi dans l’ombre, mènent de longues batailles judiciaires et soutiennent leur proches en prison. Ces femmes sont donc le premier soutien des hommes victimes de la police. Mais il ne faut pas oublier qu’elles peuvent aussi subir directement ces violences.

Elles sont légitimes pour parler de la brutalité de la police. Elles aussi ont grandi au milieu des barres d’immeubles, elles aussi ont dû affronter des discriminations liées à leur couleur de peau et elles aussi perçoivent la police comme une menace ancrée dans leur quotidien. Camélia Jordana parle de son ressenti et de son expérience : « Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie. Aujourd’hui j’ai les cheveux défrisés. Quand j’ai les cheveux frisés je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France. »

En tant que femme non blanche, elle exprime le sentiment d’insécurité qu’elle éprouve à l’égard de la police, un sentiment partagé par un certain nombre d’internautes, comme le montre le hashtag #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice.

Les femmes sont à l’avant-garde de la lutte contre les violences de la police. Leur vécu, leurs expériences, leurs craintes méritent d’être entendues. Malheureusement pour une partie de l’opinion publique, Camélia Jordana devrait uniquement chanter et ne pas faire entendre sa voix pour parler de l’inquiétude grandissante des minorités face aux violences policières.

Jade LE DELEY

Articles liés

  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022