C’était il y a un an. Le 27 octobre 2005 deux jeunes adolescents meurent électrocutés dans un local technique à Clichy sous Bois. Ils revenaient d’un match de foot et pour éviter la rencontre avec une patrouille de police, ils ont traversé un terrain d’EDF. Poursuivis par les policiers, ils se sont réfugiés dans ce maudit local. Ils n’auraient rien eu à se reprocher. Ils n’y avait eu aucun délit. Ils ont simplement payé de leur vie la crainte de rencontrer des policiers.
A partir de ce jour-là, le cours des événements en France va changer de manière irréversible. Des centaines de jeunes se mettent à défier les forces de l’ordre et brûlent des voitures dans leurs quartiers, sans mot d’ordre, ni coordination. Le message n’est pas exprimé verbalement mais il paraît clair: la situation faite à la plupart des jeunes des quartiers ne peut pas durer. Pour le meilleur ou pour le pire, la banlieue s’est invitée au coeur des débats nationaux. Ce sera un enjeu central de la campagne présidentielle qui démarre.

On peut s’en inquiéter. Les acteurs majeurs de la campagne refusent de reconnaître que la vie de relégué est impossible, que cette situation est indigne de la République. Que le problème c’est d’abord que des gens sont condamnés à cumuler les handicaps. Que l’on soit nous promettent toujours plus de répression. Ils n’ont donc pas l’intention de s’attaquer aux causes du mal, éminemment sociales.

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022