Après la tempête, le calme. C’est un peu l’histoire des Champs-Elysées qui, une semaine après le violent acte 18 et ses scènes de violences urbaines, ont vécu un samedi beaucoup plus calme, marqué par une omniprésence policière. Pas d’armée à l’horizon, donc, mais la police, partout : fourgons, blindés, canons à eau… Epicentre de la colère des gilets jaunes depuis quatre mois, l’avenue des Champs-Elysées a été interdite aux manifestants pour la première fois, par arrêté du nouveau préfet de police de Paris, Didier Lallemant.

Il est environ onze heures ce samedi 23 mars quand Michel ouvre son kiosque à journaux, situé avenue de Friedland, près de l’Arc de Triomphe. Malgré le calme apparent, il se veut prudent. Et pour cause, il craint de nouveaux débordements entre certains gilets jaunes et les forces de l’ordre, comme cela avait été le cas la semaine précédente. « J’avais fermé mon kiosque la dernière fois, confie-t-il. J’ai regardé les informations avant de venir. On va voir ce que je fais aujourd’hui, ça va dépendre de la situation. »

10 stations de métro fermées, des Champs quasi-inaccessibles

Quand bien même Michel laisse son kiosque ouvert, il y a fort à parier qu’il ne va pas battre des records de fréquentation ce samedi. Et pour cause : les Champs sont vides et rares sont ceux qui s’y pavanent. Comme si chacun avait perdu l’habitude d’arpenter l’avenue le samedi. Mais ce n’est pas la seule raison. Dix stations de métro sont purement et simplement fermées toute la journée : Champs-Elysée Clémenceau, Tuileries, Concorde, Franklin D. Roosevelt, George V, Charles de Gaulle Etoile, Concorde, Assemblée nationale, Invalides, Miromesnil, Varenne. De quoi dissuader même les plus courageux.

Ils sont quand même quelques-uns à être là, à l’image de François, commercial, venu se balader. « C’est complètement à l’opposé de ce que j’ai pu voir à la télé la semaine dernière, constate-t-il. Mais est-ce que ça va être comme ça toute l’année ? C’est ça, le problème. » Bernard, médecin, n’a pas l’air franchement emballé par le visage offert ce samedi par les Champs. « Je ne me sens pas tellement rassuré par la présence des policiers, lance t-il d’emblée. Une partie d’entre eux aurait pu se rendre à Denfert-Rochereau où sont rassemblés les gilets jaunes. »  S’arrêtant un instant pour prendre en photo un bâtiment barricadé, il ne peut s’empêcher de constater les dégâts. « Ça me rend triste de voir toutes ces vitrines pétées, souffle-t-il. Ça tue le commerce. Il y a beaucoup de monde habituellement le samedi. »

Les Champs-Elysées, samedi 23 mars 2019

Je ne vois pas en quoi ça va changer les choses

Amine est venu d’Argenteuil (Val-d’Oise) pour se promener avec ses amis. Lui aussi ne se réjouit pas vraiment de ce qu’il voit. « C’est calme mais on n’est pas dans un cadre rassurant », explique l’homme d’une vingtaine d’années. A quelques mètres de là, Karim est encore plus dubitatif. « Je ne vois pas en quoi ça va changer les choses, affirme-t-il. Il y aura toujours des manifestants qui voudront en découdre avec la police. Moi, je vais à Denfert-Rochereau en solidarité avec les gilets Jaunes. Si ça commence à bouger, je m’en vais. »

Amine

La mobilisation parisienne des gilets jaunes s’est déroulée dans le calme, allant de la place Denfert-Rochereau au Sacré-Coeur. Des tensions ont cependant éclaté lors de la dispersion du cortège, ce qui a conduit les forces de l’ordre à utiliser des gaz lacrymogènes. L’interdiction de manifester devrait être reconduite dès samedi prochain sur les Champs-Elysées. Pas sûr que cela suffise à retrouver de la vie et du passage sur la « plus belle avenue du monde ».

Fleury VUADIAMBO

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021