Comme dans la plupart des quartiers, la cité des Pyramides à Évry regorge de surnoms. Des surnoms pas très glorieux, certes, mais qu’importe. Il y a ceux qui désignent la cité dans sa globalité et ceux qui servent à nommer des endroits particuliers. Pour remplacer les Pyramides, le petit nom le plus commun est « les Pyras », un diminutif. S’ensuit toute une déclinaison : « Pyracrimes », qui je crois tire son nom d’une musique de rap, d’un rappeur amateur du même quartier. De même pour « Pyragansta » qui constituait la quasi-totalité d’un refrain que les « Pyramidiens » aimaient diffuser à fond, au début de cette année.

A part ça, on localise certains endroits par des lettres, par exemple DNG, qui signifie « Da North Gang ». J’ai cherché à connaître la raison de cette appellation, mais aucun des habitants de DNG ne la connaît. Même après explication du sigle, ça reste le flou. C’est peut-être parce que le DNG est à l’extrémité de la cité, d’où « North » (Nord en anglais). No sé ! Je donne ma langue au chat. Il y a ensuite DRG, qui veut dire « dragon », un surnom plus rationnel puisque les rues au DRG s’appellent « rues du dragon ».

J-V pour Jules Vallès, aucun rapport entre le célèbre personnage et les Pyramides, mais c’est le nom de la place, où se trouvent commerces et arrêts de bus, lieux de rendez-vous aussi, toujours blindé par ceux qui, euh…, comment diras-je, lui tiennent compagnie. Les « Miroirs », c’est encore une autre partie du quartier, qui surplombe un arrêt du bus du même nom. Il y a là une place, avec des bureaux et des associations, mais on ne dirait pas, car leurs locaux ont des sortes de vitres-miroirs.

Loin d’être à l’image des précieux vestiges égyptiens, la cité a quand même son charme, si on considère qu’avoir une grande terrasse en cité, et beaucoup de verdure c’est déjà bien. Quant à son architecture, elle ressemble (en faisant un petit effort d’imagination) à de belles pyramides quand même.

Pseudo S.S.A.
Hamid-B-croit-en-acn-qui-le-fera-repartir-dans-la-vie
Mais-t-es-le-copain-a-mon-grand-frere-je-te-connais
Garcons-rappeurs-et-danseuse-orientale-a-la-fete-du-quartier
Cité-fantôme

Silvia Sélima Angenor

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021