#LESBÂTISSEURS À Lyon, quatre lycéens ont décidé de dire non à la bourse au mérite. Futurs mention « Très bien » au bac, excellents élèves issus de milieux favorisés, ils ont publié, ce mardi, une lettre chez nos confrères de Médiacités où ils annoncent qu’ils verseront les 500 euros de leur bourse au mérite à des associations. Objectif : s’opposer à la politique menée par Laurent Wauquiez dans la région Rhône-Alpes-Auvergne. Interview avec l’une d’entre eux, Emma. 

Bondy Blog : Vous avez lancé cette tribune pour refuser de toucher la bourse au mérite et ce, pour protester contre la politique de Laurent Wauquiez. Vous êtes combien derrière ce « mouvement » ?

Emma: On est 4 lycéens signataires du lycée Antoine-de-Saint-Exupéry. Lola, Jules, Robin et moi. Derrière nous il y a plus d’une dizaine de personnes.

Bondy Blog : De quel milieu venez-vous ?

Emma : On s’est connu dans la classe euro-allemand, je pense que c’est un marqueur social. On vient tous d’un milieu plutôt favorisé.

Bondy Blog : Comment savez-vous que vous allez avoir mention ‘Très bien »? À l’heure qu’il est, les résultats ne sont pas encore tombés.

Emma : On l’espère ! (rires). Au vu des résultats durant l’année, normalement on a mention « Très bien ». On pense avoir nos chances.

Bondy Blog : Pourquoi protestez-vous ?

Emma : On a appris l’existence de la bourse au mérite qui existe depuis l’année dernière. Des élèves reçoivent cette bourse de 500 euros et cela indépendamment des revenus de la famille. Alors que les subventions pour les associations, qui ont une action concrète, sont en baisse dans la région, des élèves même favorisés reçoivent cette bourse. On a trouvé ça injuste. Le coût de la bourse au mérite est estimé à 3 millions d’euros. C’est pour ça qu’on a décidé de faire cette tribune et de dire qu’on reverserait notre bourse, 500 euros par bachelier mention « Très bien », à des associations. On avait le pouvoir de faire quelque chose, on n’a pas vraiment besoin de cet argent alors que des associations qui permettent l’accès à la culture, elles, en ont vraiment besoin…

Bondy Blog : Il y a donc une idée de justice sociale ?

Emma : Totalement ! Rendre l’argent pour l’éducation, pour une éducation populaire. On avait vraiment envie de favoriser cette justice sociale. Cet argent ne nous revient pas car nous éprouvons moins le besoin que d’autres. Il sera plus utile aux associations d’intérêt général.

Bondy Blog : Comment allez-vous reverser cette somme ?

Emma : Nous reverserons nos bourses au réseau Rhône-Ain-Saône. Il rassemble les Maisons de la Jeunesse et de la Culture de l’Ain, du Rhône et de Lyon. Nous appelons les autres lycéens, futurs bacheliers mention « Très bien », à faire de même.

Bondy Blog : Quelles sont les associations qui n’ont plus de subventions en Rhône-Alpes-Auvergne ?

Emma : Toutes les associations qui agissent dans le domaine de la culture, les associations LBGT, les associations féministes, etc. Certaines sont fragiles, d’autres doivent même mettre la clé sous la porte ou licencier. Elle se sont regroupées au sein d’un collectif « Vent d’Assos ».

Bondy Blog : À qui adressez-vous votre message ?

Emma : Autant à Laurent Wauquiez qu’aux habitants. On aimerait que les gens pensent au mérite : le mérite c’est l’investissement. Pour nous, le travail, le sérieux et l’investissement d’un élève ne se mesurent pas seulement à son résultat. On voulait aussi que les gens pensent au sort des associations, qui ont un réel impact social. Quant à Laurent Wauquiez, on voulait instaurer un dialogue qui n’existait pas. Le collectif « Vent d’assos » avait déjà fait une action symbolique devant l’hôtel des régions, nous on a voulu enclencher un dialogue.

Bondy Blog : Pensez-vous que Laurent Wuaquiez a lu votre tribune ?

Emma : On ne sait pas du tout, on se disait entre nous: « Imagine, là, il la lit ». On lui a envoyé un mail à lui et son chargé de communication, mais on n’a aucune certitude.

Bondy Blog : Dans cette tribune, vous écrivez : « Les études sociologiques ont depuis longtemps montré que la réussite scolaire des élèves venant de milieux favorisés est facilitée par leur culture et environnement familiaux ». 

Emma : Oui ! Lola, une autre des signataires de la tribune, et moi sommes en filière ES. Nous avons donc étudié plusieurs thèmes de sociologie dans le cadre de nos cours. Mais cette science sociale nous a vite intéressée au-delà des enseignements au lycée. Je lis personnellement la revue Sciences humaines et nous avons été amenés dans le cadre du lycée ou par simple volonté à mieux comprendre la société, l’espace social, à lire des études, travaux ou des articles sociologiques.

Bondy Blog : Vous pensez qu’avec une autre forme de protestation, on vous aurait donné une voix ?

Emma : On aurait pu s’engager dans une association et faire passer le message autrement mais ça aurait une autre portée. Grâce à cela, notre message et notre action sont médiatisés. Jamais, ils l’auraient été sous une autre forme de protestation. C’est la première fois qu’on a autant de visibilité.

Bondy Blog : Êtes-vous politisés par ailleurs ?

Emma : Tous un peu. On a par exemple fait des recherches sur la politique budgétaire de la région. En plus, on a voté il y a quelques semaines. Deux des signataires ont voté à la présidentielle et aux élections législatives. Ça fait réfléchir. Pour nous, cette action, reverser nos bourses au mérite à des associations, c’est un acte citoyen.

Propos recueillis par Miguel SHEMA

Pour contacter le collectif : jeunesaura@gmail.com

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Français d’origine sud-asiatique : sortir de la désillusion de la représentation

    Si ces dernières années le militantisme anti-raciste tente de combattre les discriminations et les violences que subit la communauté asiatique, qu’en est-il pour ceux appelés “Hindous”, ou “Pakistanais” par raccourci. Comment ces personnes invisibilisées tentent de se définir et de trouver l’équilibre. Les jeunes Desis de France se racontent. Témoignages.

    Par Amina Lahmar
    Le 20/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021