Bouchons d’oreille, casque et scotch sur la bouche, me voilà sourde et muette pour les deux jours à venir. Ma prof principale nous avait proposé un challenge. Chaque élève devait piocher un handicap et le vivre pendant deux jours. Dans la liste, aveugle, manchot, paraplégique, sourd et muet…

Sourde et muette pendant deux jours, c’est pas la mer à boire, me disais-je. Alors j’entre dans la cour, pressée de retrouver  mes copines, mais juste après les avoir saluées, une première difficulté se dresse devant moi, impossible de leur raconter mes vacances ou de les écouter raconter les leurs ! Pour moi qui adooore raconter ma vie, ce projet s’annonce plus difficile que prévu.

La sonnerie retentit et on entre dans notre premier cours : deux heures de mathématiques !

Déjà que les maths, c’est ennuyeux mais sans rien entendre… c’est carrément insurmontable. Rester concentrée durant deux heures dans un silence de plomb, c’est très, très compliqué. Je compte alors entièrement sur le tableau pour comprendre le cours. Mais dans mon collège, les cours sont dictés pour nous préparer au lycée. Je me décide alors à suivre mon cours à l’aide des mots-clés notés au tableau. Sauf que, pour comprendre la trigonométrie, c’est carrément impossible. Le prof essayait tant bien que mal de me parler en langue des signes. C’était encore pire. Je ne connais que « bonjour » en langue des signes… Autant vous dire que ça ne m’a pas énormément servi.

Comment je suis censé entendre le top départ ?

Après deux heures (ressenties huit), le cours se termine enfin. C’était juste deux heures d’un ennui profond. Après deux autres cours tout aussi longs, la pause déjeuner arrive enfin. Je mets bien cinq minutes à expliquer au personnel de cantine quel plat j’ai choisi. J’enlève mon scotch pour pouvoir manger, mais on m’interdit encore de parler ! J’ai bien essayé de chuchoter mais j’ai tout de suite été grillée. On a du écrire sur un carnet pour discuter. C’est assez compliqué de rire ou crier par écrit, surtout quand on a un cahier pour neuf…

Une fois le repas terminé, on se réunit devant la grille du collège en attendant notre prof de sport. On fait de la course de demi-fond en ce moment. Mais au fait, comment je suis censé entendre le top départ ?

Arrivés au stade, on se change et le cours commence. Les explications des entraînements et des exercices sont totalement incompréhensibles pour moi… et je ne peux même pas poser de questions ! Alors je suis simplement les autres et la fin du cours approche à grand pas. On a fait pratiquement que du 100m. Je suis arrivée dernière à absolument toutes les courses, à cause des 2 ou 3 secondes de retard que j’ai pris au démarrage. C’était sans doute mon pire cours de sport.

Ça y est, la journée est terminée. Enfin !

Cette journée sans entendre ni parler m’a paru incroyablement longue. Ce qui m’a fait tenir c’est qu’il y avait un terme à ce projet, mais alors que dire de ceux qui ne connaîtront jamais la fin de ce calvaire ?

Mon expérience est limitée car j’étais seulement en cours, mais comment écouter de la musique ? Comment m’embrouiller avec mon frère ? Comment râler parce que mes parents m’ont pris mon portable ? Mais comment je peux encore me plaindre alors que j’ai la chance de ne pas être sourde et muette ?

Luna HAMIDI

Articles liés

  • A Aubervilliers, l’engagement pédagogique de Sophie Miguet

    #LesBâtisseurs. Educatrice de vie scolaire au collège privé Saint-Joseph à Aubervilliers, en passe d’y devenir coordinatrice pédagogique, Sophie Miguet organise bénévolement chaque semaine des sorties aux élèves de troisième. Sensibilisation au féminisme, lutte contre le racisme et visites culturelles : la jeune femme de 28 ans met du sens et de l'engagement dans son action. Portrait.

    Par Léna Cardo
    Le 06/07/2020
  • Ma rentrée au collège

    Il y a trois mois, Anissa nous racontait son dernier jour au collège, en tant que surveillante (AED), après l’annonce de fermeture des établissements scolaire et du confinement. Alors qu’elle et ses collègues ne pensaient pas revoir les élèves avant la rentrée de septembre, iels sont finalement de retour en ce début de mois de juin. Elle nous raconte cette rentrée pas comme les autres.

    Par Anissa Rami
    Le 15/06/2020
  • Goundo Diawara : deux casquettes, un engagement

    Conseillère principale d'éducation en région parisienne, Goundo Diawara est investie à double titre sur les questions d'éducation. En tant que parent, elle est également bénévole et secrétaire nationale du Front de mères, un collectif de parents d'élèves des quartiers populaires. Portrait.

    Par Sarah Belhadi
    Le 11/06/2020