Mélenchon veut accentuer le fossé

PRéSIDENTIELLES 2012 vendredi 20 avril 2012

Par Hugo Nazarenko-Sas

Dès 17 heures 30, la foule s’amasse devant l’entrée du hall des expositions. Sur le parvis, les vendeurs de brochettes cohabitent avec les supporters de Mélenchon, tous ou presque flanqués d’un drapeau ou d’un pin’s estampillé « Front de Gauche ». Ici, une centaine de manifestants contre les discriminations faites aux sans-papiers se fait entendre, armée de djembés et de porte-voix. Là, une rangée de cars déverse son flot de militants, qui vient se mêler à la foule croissante.

A l’intérieur, les militants se pressent vers la tribune, chacun essayant de se faire une place le plus près possible de l’orateur du soir. Pour la plupart, ils sont sûrs de leur choix, mais d’autres hésitent encore. Anthony est de ceux-là. Le jeune homme de 22 ans se dit volontiers socialiste, mais est venu ce soir parce qu’il est « resté sur [sa] faim avec les 20 minutes de la Bastille » (ndlr : le 18 mars dernier). Encore indécis, il conçoit que le « discours de Hollande est plus réaliste » mais attend de se laisser surprendre.

A 19 heures, la musique s’arrête. Et l’animatrice habituelle des meetings de Mélenchon de monter sur l’estrade. Se succèdent à la tribune Christian Piquet, le porte-parole du Front de Gauche, Martine Billard, la coprésidente du Parti de Gauche et Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti Communiste. La foule trépigne. S’impatiente. Il faut attendre quarante minutes pour voir apparaître Jean-Luc Mélenchon au pupitre. Une forêt de drapeaux rouges se dresse alors. A peine arrivé sur l’estrade, il contemple la foule et rit. Avant de passer à l’attaque. « Écoutez, tendez l’oreille, vous entendez ce bruit de fond ? Ce sont les rats qui quittent le navire ». Petit clin d’œil à Fadela Amara, Martin Hirsch …

Sans transition, l’actuel troisième homme des sondages félicite ses soutiens. « La victoire qui se dessine est fille des combats inlassables que le plus grand nombre a mené quand bien même étaient-ils trahis ». Une heure durant, il fait du Mélenchon, tapant tour à tour sur la finance, les grands patrons, le Front National et les nationalistes en tout genre, appelant la France à lancer un mouvement « qui ouvrira une brèche pour l’univers entier », insistant sur la nécessité d’une République « écologique », martelant ses idées de prédilection et sur lesquelles il a fait campagne, le SMIC à 1 700 euros en tête. Parfois, il est interrompu par la foule qui hurle « Résistance ». Mais il reprend à chaque fois de plus belle, interpellant ses partisans chauffés à blanc. « Vous ne devez rien, ils vous doivent tout. »

Avant de rendre le micro, Mélenchon égrène les noms des responsables du monde entier qui appellent à voter pour le Front de Gauche. En guise de conclusion, bordé par son équipe de campagne, il entonne LInternationale puis La Marseillaise, reprises en cœur par les 60.000 personnes – selon le Front de Gauche – présentes dans la salle.

Puis, il quitte l’estrade. La salle se vide. Le rideau se tire. Rendez-vous dimanche.

Hugo Nazarenko-Sas

Les réactions des internautes

  1. vendredi 20 avril 2012 16:18 Anthony

    Je suis le fameux Anthony! Et aucun doute je voterai Hollande dimanche! LOL! Le journalisme est un dur métier!
  2. vendredi 20 avril 2012 12:35 rac

    La gauche va continuer à arroser les habitants des quartiers sensibles d'allocations en tout genre, ce qui part d'une bonne intention, mais dont l'effet sera de maintenir ces populations dans l'assistanat. Elle va aussi continuer à leur tenir un discours victimaire, dont l'effet sera de persuader les jeunes arabes et noirs que ce n'est pas la peine de travailler à l'école puisque de toute façon les français sont racistes et qu'ils ne leur "donnent" pas de travail. Pendant ce temps les asiatiques votent à droite ou au FN...
  3. vendredi 20 avril 2012 12:30 Lorenzolamas

    Je constate que beaucoup ici racontent n'importe quoi (en autre sur le communisme, au passage Mélenchon est Socialiste pas communiste) mais surtout sur les mesures du front de gauche, lisez le programme, renseignez vous avant de sortir des vérités qui n'en sont pas. D'accord ou non, jugez sur le programme pas sur des on dit. Un programme est un ensemble de mesure cohérentes (par exemple, que l'augmentation du smic a 1700 euros tout seul sans rien derrière, oui ça ferai monter les prix, mais ce n'est pas seulement ça) Si vous n'avez pas envie de lire, regardez la vidéo de Jacques Genereux (Économiste) qui explique tout ça très bien: http://t.co/8J3TvYmH
  4. vendredi 20 avril 2012 11:27 hop HOPE

    Ce texte en forme de reportage m'a bien plu Je relis un commentaire ; mille sept cents euros par mois n'est-ce pas ce que l'on appelle le miroir aux alouettes..? Alors que les "patrons " font fabriquer tout ce qui nous est utile ,dans les Pays ou le salaire mensuel n'égale pas le salaire hebdomadaire d'un Francais actuellement Je leur souhaite de s'être bien "défoulés" dans ces meetings car ensuite ce ne seront que de "doux" souvenirs Je ne rêve plus les yeux ouverts depuis .. un bon ..moment Chacun d'entre eux égrène des vérités , des besoins .. etc.. et demain sera comme hier etpeut-être..au fil des jours .. bien pire.. hélas pour nous Toujours.... se préparer au pire;; en espérant le meilleur disait une institutrice il y a plus d'un demi -siècle à ses élèves dans un petit village dans la Brie
    • vendredi 20 avril 2012 12:35 matthieu

      En tout cas,l'américano-sioniste sarko va dégager la piste et c'est une grande victoire.
  5. vendredi 20 avril 2012 11:15 Corrézien

    C'est beau un drapeau rouge flottant sous la neige de Sibérie à l'entrée d'un goulag. Le Communisme n'a pas seulement ravagé la Russie. Il a aussi gaspillé le pétrole de l'Algérie. Il a enfin bousillé la banlieue française.
    • vendredi 20 avril 2012 11:33 hop HOPE

      CORREZIEN Certaines vérités sont abruptes mais utiles à rappeller merci à vous
      • vendredi 20 avril 2012 12:38 matthieu

        correzien et hope hope,vous êtes nazes tous les deux, vous êtes des extra-terrestres mais si cela vous fait plaisir.
        • vendredi 20 avril 2012 21:06 hop HOPE

          @MATTHIEU Merci d'avoir indiqué votre âge
  6. vendredi 20 avril 2012 10:19 matthieu

    C'est vrai que 1700 euros par mois,ça paraît un minimum de flouze pour vivre à Paname.
    • vendredi 20 avril 2012 10:27 commandant minos

      si les salaires augmentent, les prix augmenteront ...
      • vendredi 20 avril 2012 12:33 matthieu

        On peut les bloquer.
        • vendredi 20 avril 2012 13:26 Lorenzolamas

          Bah oui, ils n'ont pas lu le programme du FdG, si on fait une politique de "contrôle" des prix on évite l'inflation. Actuellement on fait rien pour les salaires et l'inflation est de + de 2%.
  7. vendredi 20 avril 2012 10:15 matthieu

    Le peuple français après cinq ans de sarkozisme est ratissé jusqu'à l'os.