La Marseillaise, le prof et l’étudiante

AMBIANCE, BONDY BOUILLON lundi 11 mars 2013

Par Mimissa Barberis

En cours de libertés fondamentales une étudiante fait un exposé sur un arrêt rendu le 23 décembre 2011 par le Conseil d’Etat. Dans cette affaire, une association reproche au ministre de l’éducation d’imposer le chant de La Marseillaise dans les écoles primaires. Passage en revue.

L’association considère que les phrases « Qu’un sang impur abreuve nos sillons » et « Quoi, ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers ! » sont contraires aux droits et libertés fondamentaux. Le Conseil d’Etat rejette son argumentation en disant « que ce chant symbolise, en tant qu’hymne national, les valeurs de la République ».

Le Conseil d’Etat représente le plus haut degré de la juridiction administrative. Il tranche les litiges entre les particuliers et l’administration. Mais ce qui est causasse chez lui, c’est qu’il est à la fois juge et conseiller du gouvernement dans la préparation des projets de loi. C’est dire s’il  n’a pas le cul entre deux chaises… Mais voyons un peu le débat entre le professeur et l’étudiante…

–       Cet  arrêt vous l’approuvez… sans réserve ?

–       Non… pas sans réserve. C’est vrai que remis dans un contexte actuel on peut sentir qu’il y a du racisme et qu’il y a une atteinte aux  libertés fondamentales. Mais là, c’est pas le cas.

–       Enfin… si ces propos ne sont plus dans leur contexte la solution serait de les changer tout simplement, non ?

–       Non ! Il y un passé historique. En plus, elle a valeur historique dans la constitution…

–       Valeur historique ? Euh… la Révolution française  ne date pas non plus de 2 000 ans… C’est pas les pyramides égyptiennes… en France, on a vécu très longtemps sans La Marseillaise.

–       C’est vrai… mais…elle représente le combat pour la démocratie…

–       Votre avis, le fait qu’il faille trucider le « sang impur » est un rappel nécessaire pour la démocratie ?

–       Non… mais… ça permet de rappeler que c’est pas une évidence de …

–       Non mais… Je me permets de vous interrompre si vous me permettez, parce que la discussion est quand même sérieuse. Est-ce-que vous pensez qu’à un enfant de quatre ans à qui on impose de chanter cinq fois par jour « qu’un sang impur abreuve vos sillons » est adapté à son âge ?

–       Non… non…mais c’est à l’enseignant de faire comprendre avec des mots adaptés le contexte dans lequel est née La Marseillaise. Et qu’il n’y a ni violence ni racisme…

–       Faut avoir les yeux pour le croire et les oreilles pour entendre vos propos.  Écoutez… je sais pas comment vous envisagez d’élever vos enfants un jour…mais…Qu’est-ce-que vous pensez des joueurs de football qui refusent de chanter et qu’un entraîneur a laissé entendre qu’il  sanctionnerait les réfractaires en ne les sélectionnant pas ?

–       Au niveau de la sanction, je ne suis pas très foot en soi…

–       Mais c’est un problème de droit. Vous avez dit que le chant étant inscrit dans la constitution, elle ne peut par définition être contraire aux droits de l’Homme…

–       C’est pas l’image que j’ai de la constitution française. Là, le chant fait partie de l’éducation des enfants…

–       Ah bon ? Moi je pensais que l’éducation c’était la physique… les mathématiques… l’histoire… la politesse… On a l’impression que si demain il existait un Etat islamique Aqmi au Mali on pourrait très bien reprendre la formule mais on ne parlerait pas du même « sang impur ». Qu’est-ce-que vous en pensez ?

–       Bah effectivement… là… c’est pas relié à un contexte historique comme ça peut l’être…

–       C’est vous qui le dîtes. Je me permets de vous dire que l’Islam a une ancienneté qui n’a rien à envier à celle du catholicisme et qu’il représente une population mondiale importante… donc au niveau de la démocratie l’Islam ça pèse. Je suis un peu dubitatif par rapport à ce que vous dites…

Mimissa Barberis

 

Les réactions des internautes

  1. samedi 23 mars 2013 23:40 Samia

    J'imagine que le professeur reproche qu'on utilise un terme récent pour qualifier le comportement d'individus vivant à une époque où ce terme n'était pas encore forgé. Mais j'ai du mal à voir en quoi la xénophobie, entendue comme la tendance à considérer "impure" une personne n'appartenant pas au même groupe, disparaitrait selon le contexte temporel (dire "mysoxénie" serait mieux, d'ailleurs. C'est du grec de cuisine un peu pédant, mais le terme est plus adéquat et moins pollué d'affects que "racisme" et "xénophobie"). L'argument d'anachronisme lexical me semble invalide, puisque les comportements en question préexistent aux noms qu'on leur donne aujourd'hui. Par contre, l'étudiant m'a fait rire, genre les pyramides c'était y a 2000 ans ! et 2OOO ans c'est long, alors que 2OO ans, c'est court ! Je suis étudiante en biologie, et cette tendance peut être considérée comme une expression culturelle de la concurrence intraspécifique, concurrence déjà présente au moment de l'émergence de l'ordre des primates, il y au moins 50 millions d'années. (environ) (lol) Pourquoi ne pas faire un article sur cette notion et celle de pseudospéciation élaborée par Erick Erickson ? Ca évitérait un bon nombre de débat oiseux sur l'identité et les formes de racismes en tout genres. Mais si on enlève les passages incriminés de La Marseillaise, ça changera quoi contrétement ? Les gamins auront 2 lignes de texte en moins à retenir, et on leur dira "le racisme, pas bien, faut pas chanter ça", mais ils n'en auront pas moins tendance à considérer l'autre comme une menace potentielle. Et faut vrrrrrrraaaaaaaaiment arrêter de ramener tout et n'importe quoi à l'islam, comme le fait l'élève. Je suis athée de culture musulmane et ça m'exaspère. Non seulement c'est bête (je sais pas si c'est enviable, mais le catholicisme est plus vieux que l'islam de quelques siècles + quel rapport concret avec la démocratie ?), en plus ça contribue à essentialiser les gens nés dans une culture musulmame, ce qui est exactement ce que reproche les antiracistes aux racistes. Bref, conversation de sourds !
    • dimanche 24 mars 2013 00:08 Samia

      mea culpa, je viens de me rendre compte en parcourant les commentaires les plus tl/dr, que c'est le prof qui malmène l'éleve et fait référence aux pyramides et à l'ancienneté islam/catholicisme. Comme quoi, les préjugés nous guident quand on lit trop vite ! Mais au final, je trouve ça encore plus drôle que ce soit le prof ! Sinon, je n'avais jamais eu vent de l'ironie dans l'expression de "sang impur", j'aurais appris quelque chose, j'ai toujours cru que c'était du gros 1er degrés. Je maintiens tout le reste ! :-)
  2. mardi 19 mars 2013 10:57 hop HOPE

    BRAVO aux commentateurs qui ont pris un instant pour expliquer la Marseillaise ce n'est pas du temps perdu et cela est rare Merci à vous et Bonne journée
  3. mercredi 13 mars 2013 16:12 orsomani

    tant d'incompréhension de notre hymne national s'explique . L"élève comme le maitre ne sont pas d'origine française .Leurs ancetres n'ont pas subi ce que ns ancetres ont subi sous l'ancien régime . Ils n'ont pas la meme histoire que nous
  4. mardi 12 mars 2013 17:56 BC

    chriss93 .....à l'appui de votre commentaire ,il faut signaler que la noblesse d'ancien régime (de sang pur) était soumise à des devoirs, elle devait verser son sang pour sa terre . Tout noble français qui ne respectait pas ces devoirs pouvait se voir déchu de sa condition,les soldats républicains réclamaient aussi de verser leur sang pour la terre qu'il revendiquait comme la leur )et la strophe de la Marseillaise est édifiante dans ce sens ..." aux armes citoyens ,formez vos bataillons ,marchons et qu'un sang impur abreuve nos sillons "
  5. mardi 12 mars 2013 17:48 Antoine

    "Cocasse" et non pas "caucasse". Et puis apprenez à rédiger. C'est à la limite du compréhensible.
  6. mardi 12 mars 2013 17:35 Chris93

    Dans les passage « qu'un sang impur abreuve nos sillons » chanté par les soldats républicains, il ne parlaient pas du sang des étrangers, mais du leur ! Le sang impur, c'est le sang non-royal. En l’occurrence celui qui coule de leurs blessures dans les sillons des champs pour défendre la liberté. Cette phrase ne contient nulle haine, mais symbolise le sacrifice des républicains, prêt à verser leur sang sur le champ d'honneur. Quant à « ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers ! », c'est le refus de voir les alliés du Roi restaurer l'Ancien régime. On dirait qu'il est bon de rappeler le sens des paroles de la Marseillaise.
  7. mardi 12 mars 2013 14:05 talleyrand

    je constate à nouveau le faible niveau des articles tant au niveau de l'écriture qu'au niveau des concepts. Tout l'article sent le bidonnage ! A quand des reportages sur la démocratie dans les pays où soit disant les révolutions de jasmin ont eu lieu ? A quand un article sur l'islam comme concept d'organisation de la vie publique ?
  8. mardi 12 mars 2013 13:59 looranks

    Hallucinante cette 'conversation'... encore plus hallucinant est la totale incapacité de ce 'prof' d'argumenter face a son élève...
  9. mardi 12 mars 2013 13:54 asmar

    L'hymne de l'Arabie saoudite est encore mieux. Il n'est pas joué ni chant car chanter et écouter de la musique sont haram selon le wahhabisme.
  10. mardi 12 mars 2013 13:14 Tchang

    L'hymne chinois est entrainant : " Allons au travail , fils de l'Orient, Demain à l'usine, derrière le Drapeau rouge, nous serons l'atelier du monde et nous fabriquerons toutes choses utiles pour le prix d'un bol de riz"
  11. mardi 12 mars 2013 13:10 Tataturque

    L'hymne turc est un chant d'amour à toute l'humanité : Ô croissant chéri, ne t'emporte pas, je peux donner ma vie pour toi. Souris enfin à ma race ! Pourquoi cette violence cette rage (Si tel est le cas) tu n'auras pas été digne de tout le sang qui a coulé pour toi Liberté à mon peuple! méritante et croyant au Droit Même si le monde occidental encercle mes fortifications Mes frontières sont aussi solides que ma foi et ma fierté Tu es forte, n'aie crainte ! Comment une telle foi pourrait-elle être étouffée Par ce monstre édenté que tu appelles la « civilisation » ? Qui ne donnerait pas sa vie pour cette patrie chérie ? Si tu presses cette terre, il va en jaillir des martyrs, oui des martyrs ! Qu'Allah prenne ma vie, mon amour, tout ce que je suis, Tant qu'il ne me sépare pas de ma patrie. Mon esprit est avec toi, c'est cela ta divinité, ton seul but Que ces mains étrangères ne s'approchent pas de notre temple Ces prières aux martyrs qui sont à la base de la religion Doivent pour toujours me pleurer dans mon pays. Alors s'il y en a qui peuvent s'abandonner [pour leur nation] j'exalterai De chacune de mes blessures, divinement, mon sang se vidant Jaillira de mon lieu de naissance comme un esprit unique
  12. mardi 12 mars 2013 12:42 Watan

    L'hymne national algérien est pas piqué des hannetons non plus dans le style "violence et racisme". "Ô France ! le temps des palabres est révolu Nous l'avons clos comme on ferme un livre Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes"
    • mardi 12 mars 2013 13:04 Ben Gourion

      L'hymne israëlien lui est un chant d'espérance non violent : Tant qu’au fond du cœur l’âme juive vibre, et dirigé vers les confins de l'Orient un œil sur Sion observe. Notre espoir n’est pas encore perdu, cet espoir vieux de deux mille ans être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem.
  13. mardi 12 mars 2013 12:37 saint-bernard

    On se demande bien qui est le prof , qui est l'élève dans ce dialogue.
  14. mardi 12 mars 2013 12:13 Chrys

    C'est quoi ce truc? Vous ne vous êtes même pas relu, sinon vous verriez qu'on ne comprend absolument rien. Pour commencer, qui est le prof et qui est l'étudiante dans le dialogue?
  15. mardi 12 mars 2013 11:40 Mehdi

    Rien compris à ce charabia. Je savais que les journalistes n'étaient pas très futés, mais alors les apprentis "journalistes", quelle misère...
  16. mardi 12 mars 2013 09:53 Crank

    @ Error Le sang impur a votre définition dans la Marseillaise et son contraire dans la Marseillaise des Blancs, pauvre truffe. La réalité est que la république est la mère de tout nos maux ne vous en déplaise.La république est fondé sur le massacre des chouans et des vendéens, a décapité des clochers en Bretagne, etc... Vous vous faites bouffer par les black et rebeux. Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Ne pleurez pas pour le génocide par substitution. Inculte. Vous l'avez voulu et voté...
    • mardi 12 mars 2013 10:14 Error

      Ce que vous dîtes est dénoncé par la réalité : En 1792, le beige, c'est le paysan car il travaille dehors et il bronze naturellement. Au même moment, les élites se poudrent la gueule pour avoir l'air plus blanc que blanc (c'est aussi ce qui se passe aujourd'hui en Chine, où avoir l'air bronzé, c'est connoté péjorativement car c'est ressembler aux bouseux de paysans). Donc en 1792, la France de la Marseillaise, c'est la France des "rebeus" de la terre contre les élites mondiales blanches (car poudrées) qui fuient vers l'étranger. Le débat sur la République versus Monarchie est tout autre. Je vous rappelle que la révolution n'est pas anti-monarchiste. Elle devient anti-monarchiste quand le roi donne la preuve qu'il veut trahir son peuple, les "bouseux". Les problèmes actuels en France n'ont pas grand chose à voir : vous et moi sommes responsables puisqu'on a rien dit (vous et moi pouvons gueuler, on sait très bien que dans la réalité, c'est égal à "ne rien dire") contre les élites qui depuis 40 ans vendent le pays à des étrangers tout en n'aidant pas ceux qui veulent vraiment s'intégrer au pays, et tout en ne disant rien contre ceux qui le pillent (aussi bien ceux d'en-haut, que ceux d'en-bas d'ailleurs), ceux que vous appellerez "islamo-casseurs" (ceux d'en-bas), j'imagine, mais qui ne sont pas vraiment musulmans (plutôt le résultat d'un mélange débile de sous-culture musulmane et de sous-culture américaine consumériste). Quant au problème de l'Islam, c'est là aussi un problème différent : la liberté de religion est venue après avoir cassé la gueule aux religions. Donc c'était en quelque sorte donner un droit qui ne mangeait pas de pain. Les religions qui étaient une menace pour la paix civile, catho/juif/protestant, se sont fait alternativement casser la gueule par la monarchie puis la République jusqu'au XIXème siècle. Et une fois que les religions étaient exsangues, on a dit "vous êtes libres de croire en ce que vous voulez". Comme j'essaye de vous l'expliquer, ça ne posait pas de problème tant que les religions restaient celles-ci. Puis 1960's, une nouvelle religion arrive, qui, elle, ne s'est pas faite casser la gueule car dorénavant il y'a une multitudes de textes empêchant la République de se défendre (charte des droits fondamentaux, CEDH...etc) et la paralysant. Donc la liberté de religion, dans les faits, ne s'applique par de manière égale à cette nouvelle religion puisqu'elle ne s'est pas faite casser la gueule par le pouvoir politique, ce qui était le prérequis à la liberté de religion. Alors, dans la réalité, la majorité des musulmans sont en train de copier la tiédeur des autres religions (tiédeur peut-être moins importante chez les juifs) et s’intègrent doucement (je côtoie des vieux retraités "musulmans" qui au café boivent un petit jaune.......) mais il y'a une sur-représentation de fondamentalistes musulmans (qui augmente peut-être d'ailleurs) qui s'enferment car la République n'a jamais cassé la gueule à cette religion comme elle l'a fait avec les autres. Une fois cela dit, vous pouvez effectivement contester le pouvoir politique et dire que c'est parce que nous avons une République que c'est la merde. Mais je pense que République ou Monarchie, ça ne changerait pas grand chose à la veulerie des élites. La preuve, la Belgique, la Grande-Bretagne. Vous voyez une différence avec notre République ?
  17. mardi 12 mars 2013 00:50 Goufignol

    Une étudiante... - qui ne sait pas que le "sang impur" désigne le tiers état (le peuple, pour bien me faire comprendre des mal comprenants). Preuve est faite que le prof est imaginaire sans quoi elle aurait été reprise sur le champ. Et que l'étudiante faisait la sieste lors du cours d'histoire sur la révolution française. Si elle est allé jusque là. - qui ne sait pas que les "cohortes étrangères" désignaient les soldats des voisins européens envoyés pour enrayer la révolution. Quand une flèche est lancée en l'air, l'étudiante se précipite sur la trajectoire pour se poser comme victime emblématique. Qui n'a jamais été visée. - qui nous raconte que la Marseillaise est "contraire aux droits et libertés fondamentaux". Sans explication, j'en reste perplexe. - qui détourne la conversation sur l'islam qui arrive là comme un cheveu sur la soupe, on ne comprend pas trop pourquoi. Ce qui sert à conclure - hallucinant - sur le bien fondé du doute de l'étudiante. Là on atteint le grandiose dans l'illogisme. Ah, et pour finir, on écrit "cocasse" et non "caucasse" - comme tout étudiant devrait le savoir, et Mahomet étant né environ en l'an 570 après... Jésus, votre couplet sur l'ancienneté comparée de l'islam et du catholicisme tombe à l'eau. Demandez à votre imam préféré qui confirmera. Mimissa Barberis, avouez ! Vous avez écrit cet article pour être reprise par le site des identitaires et fdesouche et déclencher quelques fou-rires ? Je n'ai pas d'autre explication.
  18. mardi 12 mars 2013 00:45 Styves

    L’inculture en étendard et un contre sens fabuleux lié à la propagande scolaire mais aussi à la perte du bon sens : Qu’un sang impur abreuve nos sillons est une ironie vis à vis du sang bleu (pur) des aristos ! Un peu de bon sens, comment des agriculteurs pourraient polluer leurs champs (sillons) avec du liquide impur ? C’est leur propre sang qui devra irriguer leurs sillons par la bravoure du peuple français qui se découvre une nouvelle identité d’un peuple « biologique ». La marseillaise est plus un chant révolutionnaire qu'un chant guerrier si ce n'est contre l'aristocratie émigrée qui devient l'étranger ! C’est la révolution qui crée l'identité nationale et la république le droit du sang (impur par ironie qui deviendra pur en1993 par la terreur) ! La monarchie oppose la noblesse à la roture, cette dernière est sujet du Roi. Son identité est le droit du sol, dans le royaume de France tout individu est Français par allégeance au Roi (droit du sol), la seule identité par le sang appartient aux nobles ! Et oui c’est la république qui a instauré l’identité nationale et le droit du sang … très pur !
  19. mardi 12 mars 2013 00:33 pierre

    je me demandais jusqu a quel point vous pouviez être débile et bien j ai la réponse. et après vous vous demandez pourquoi on vous vomit? et l hymne algerien est il contraires aux droits et libertés fondamentaux?
  20. lundi 11 mars 2013 22:22 Crocodile

    Bonjour à tous, Qu'est-ce que c'est que cet article ? Sincèrement mis à part une ignorance incroyable qui me fait avoir honte à mon éducation nationale, vous avez juste envie d'être publié dans Fdesouche ? Premier point où l'on découvre avec stupeur que l'auteur ne sait pas lire. Ce que l'association veut faire statuer, ce n'est pas sur la teneur des phrases qui serait contraire aux règlements et autres textes français comme européens, mais que des instituteurs imposent à des enfants de chanter ces phrases dont la teneur serait contraire aux règlements et autres textes français comme européens. Deuxième point où l'on découvre que l'auteur n'a pas cherché à comprendre la position du C.E. puisque les arguments sensés la défendre sont par exemple "elle a valeur historique dans la constitution". La constitution a une valeur juridique, elle dispose que l'hymne de la République Française est la Marseillaise. Elle le dispose car ses rédacteurs l'ont décidé comme ils aurait pu choisir "mon p'tit quinquin" ou "veillons au salut de l'empire". La Marseillaise en tant que telle n'a aucune valeur juridique, historique. Ce qui y est écrit n'impose rien à personne ... La valeur historique, en droit français, je ne suis pas sur que ça existe. Sauf à imaginer le retour du droit coutumier ... Troisième point, où l'on découvre que l'auteur ne sait pas ce qu'est l'Histoire. L'histoire mademoiselle n'est pas un concours de vieillerie où plus c'est vieux, plus ça a de la valeur. Les pyramides, elles ont attirées les savants puis les touristes. Que des gens soient capables de faire des gros tas de cailloux suffisant pour provoquer l’effondrement économique de leur pays devrait nous faire réfléchir. Les paroles d'un chant militaire ne sert qu'a encourager des braves vingtenaires à allez ce faire tuer pour des dirigeants qui ne jurent que par leurs idées et massacre ceux qui ne pensent pas comme eux le devraient tout autant. Mais mademoiselle, en plus de ne pas savoir lire, vous semblez ignorer l'histoire même de votre pays. Finalement vous êtes le parfait argument justifiant cet article tant conspué par cette association et vous même. Puisqu'il dispose "Elle assure conjointement avec la famille l'éducation morale et offre un enseignement d'éducation civique qui comporte obligatoirement l'apprentissage de l'hymne national et de son histoire." L'apprentissage de l'hymne et de son histoire. Connaître son histoire mademoiselle, c'est très important je vais y revenir ... Quatrième point, où on découvre que l'auteur pratique le terrorisme grammatical ! "Je me permets de vous interrompre si vous me permettez". J'espère que vous avez 17 ans. Sincèrement. A 17 ans , il n'est pas encore trop tard. Sinon je comprend l'effondrement du niveau dans nos universités et par la même l’effondrement de la presse écrite en France ... Cinquième point, où l'on découvre que l'auteur veux se faire passer pour une philiosophe capable de penser à la place de ses contradicteurs ... "Et qu’il n’y a ni violence ni racisme…" Aucun professeur ne peut tirer cette conclusion de l'apprentissage de l'hymne national. S'il vous plait, si vous n'êtes pas capable de trouver des arguments sur internet favorables à cette décision, faites une interview. Ca vous évitera de passer pour une imbécile. Sixième point, où l'auteur veux faire pleurer dans les chaumières en noyant un bébé chat. En toute franchise, cet argument : "Est-ce-que vous pensez qu’à un enfant de quatre ans à qui on impose de chanter cinq fois par jour « qu’un sang impur abreuve vos sillons » est adapté à son âge ?". Il n'est pas de vous. Dites moi qu'il n'est pas de vous. Car, l'apprentissage de la Marseillaise il n'est pas destiné aux moyennes sections de la maternelle, mais pour les écoles primaires. De plus, l'apprentissage d'un hymne et son histoire, ce n'est pas comme la prière en islam. Pas besoin de chanter cinq fois par jour pour être un bon petit français. Il suffit de savoir la réciter à la fin de l'école primaire et connaitre l'époque à laquelle elle a été écrite, pourquoi elle a été choisie par les rédacteurs de la constitution et tout ça juste pour faire plaisir à un professeur des écoles qui doit se lamenter du taux d'élève ne maîtrisant pas la lecture et l'écriture. Le septième point, où l'auteur espère que répéter une bêtise peux vous faire passer pour intelligent. "elle ne peut par définition être contraire aux droits de l’Homme". Je vous renvoie au premier point. Le huitième point, où l'auteur considère l'éducation civique comme n'étant une matière à enseigner : "Moi je pensais que l’éducation c’était la physique… les mathématiques… l’histoire… la politesse…". En vous lisant je lève les yeux au ciel. Il ne me reste que l'espérance devant une tirade de cette nature. Ou le suicide par "Guerre et Paix" de Tolstoï (très bon livre au demeurant, je vous le conseille, il y a quelque erreurs historiques, infimes, ça vous rassurera, même les plus grands peuvent se tromper). Le neuvième point, c'est le point godwin du BB, le point Ouin-Ouin-l'islam-est-opprimé (petite pensée pour les chrétiens pakistanais qui viennent de voir leur quartier entièrement rasé par 3000 musulmans souhaitant débattre de la divinité du Christ). Alors comme ça l'ancienneté de l'islam n'a rien à envié à celle du catholicisme .... hum. Quel est l’intérêt de cet argument ? Car les armées qui chantaient ce chant au moment de sa rédaction combattaient les catholique en Vendée, au profit d'un gouvernement qui venait de spolier l'Eglise catholique au profit des bourgeois et qui tuaient ou déportaient en Guyane (ce qui revenait au même) les prêtres catholiques qui refusaient de preter serment à la République, gouvernement qui transformaient les églises en "temple de la raison". République qui fichera les catholiques à la fin du XIXème siècle pour les priver d'avancement dans l'armée et les administrations, République qui expulsera 90 000 moines et bonnes soeurs en 1904 et expropriera une seconde fois l'Eglise en 1906 pour le plus grand malheur des budgets des municipalités d'aujourd'hui .... Encore une fois vous ne connaissez pas l'histoire de votre pays, mais ça ne vous empêche pas de cracher dessus. Le dernier point est celui "tartagueuleàlarécré". "’[l'Islam] représente une population mondiale importante… donc au niveau de la démocratie l’Islam ça pèse". Regardons les très grandes démocraties musulmanes que sont la Tunisie, l'Egypte, la Syrie, l'Algérie, l'Iran, le Pakistan, l'Arabie Saoudite, la Jordanie, le Qatar .... Vous voulez parler de démocratie et d'islam, de droit de l'homme et d'islam ? Faites nous un article qui explique pourquoi les pays musulmans non pas signé la déclaration universelle des droits de l'homme pour en faire une rien que pour eux. Faites nous un article pour expliquez pourquoi l'apostasie est sanctionnée par la mort selon la charia (absence de liberté de conscience). Faites nous un article pour expliquez pourquoi les minorités religieuse selon la charia ont le statut de dhimmi et doivent payer un impôts supplémentaire (inégalité entre les citoyens)... "Je suis un peu dubitatif par rapport à ce que vous dites" Moi je le suis beaucoup, et je le suis encore plus que la rédaction du BB vous ai laissé publier ceci... J'espère lire votre réponse.
    • mardi 12 mars 2013 10:39 Mimissa Barberis

      Cher Crocodile, Merci beaucoup pour ce long commentaire. J'ai tout lu. Seulement vous m'aviez lu trop rapidement. Vous aviez confondu toutes les répliques. C'est le professeur qui commence à parler. Par exemple, c'est lui qui dit "Je me permets de vous interrompre si vous me permettez" ou "Moi je pensais que l’éducation c’était la physique… les mathématiques… l’histoire… la politesse…". Aussi, je ne me permettrais pas de vous répondre à la place de l'étudiante, je ne sais pas ce qui a dans sa tête. Ce que j'ai fait c'est de rapporter une scène qui s'est passée entre un prof et son étudiante. C'est tout. Pas la peine de monter sur ses grands chevaux, hein. Cordialement. Mimissa Barberis
      • mardi 12 mars 2013 14:58 Crocodile

        Mademoiselle, Le professeur commence à parler. Dont acte. Votre texte est la retranscription d'un débat qui a eu lieu en cours. Soit. Donc vous n’apportez de réponse qu'à mon cinquième point : celui que je dois corriger au lieu de lire "aucun professeur" lisez "aucun élève". Vous avez le mérite de reconnaitre ne pouvoir penser à la place de l'élève. Ni même du professeur par conséquent (même si vous ne le dites pas expressément mais bon ...), ne vous exonèrent pas de répondre à mes neuf autres points et ma conclusion. Pourquoi ? Car c'est vous qui avez décidé de nous donner à lire un dialogue dont on ne perçoit pas le sens, le but et dont l'argumentaire le plus abouti (et le plus critiqué de ma part) est présenté comme victorieux par vous auteur de ces lignes puisqu'il conclut le dialogue par une phrase disqualifiant tout les propos de l'élève. Seriez-vous d'accord avec le professeur ? Cordialement
      • mardi 12 mars 2013 12:24 Chrys

        Donc vous prétendez qu'un enseignant a dit : "Est-ce-que vous pensez qu’à un enfant de quatre ans à qui on impose de chanter cinq fois par jour « qu’un sang impur abreuve vos sillons » est adapté à son âge ?". Vous rapportez un scène, dites-vous... Vous nous prenez pour des imbéciles?
        • mardi 12 mars 2013 14:08 Bondy blob

          Vous avez raison, ce truc pue le fake à plein nez, je dirais et heureusement. Car quelle personne se disant prof, quel prof de fac, peut se montrer autant ignare de l'histoire de France. Même le pire des idéologues crypto-communiste, endoctriné jusqu'au moindre neurone ne peut être aussi stupide. Tous ceux qui ont étudié et compris l'histoire de la révolution Française, savent ce que représentent les paroles de la Marseillaise. C'est un chant patriotique révolutionnaire, de ces gens, qui bourgeois nantis, ont fait du peuple, la pierre d'achoppement de leur prise de pouvoir. Parle t-on de sang impur, il s'agit du sang du peuple, impur par rapport à celui de l'aristocrate de sang bleu, l'ennemi, c'est ce sang impur, celui de la plèbe qui doit abreuver le sillon pour défendre la France révolutionnaire. Parle t-on de cohortes étrangères, il s'agit de celle des autres pays européens ayant accueilli leur cousins de la famille royale et autres aristocrates, et dont il ne sera pas toléré qu'il viennent interférer dans cette nouvelle "nation" issu de la révolution. Il ne s'agit en aucun cas de fustiger ni le sarrazin, ni le maure, mais l'anti-révolutionnaire aristocrate, et de ses appuis extérieur, rien de moins rien de plus. Et faire des procès d'intention, ne témoigne que d'une chose, l'inculture crasse. Et cette allusion, pour faire pleurer dans les chaumière du pauvre enfant de 4 ans obligé de chanter la marseillaise 5 fois par jour. Il n'y que dans les madrasas ou l'on oblige les enfants à psalmodier 5 fois par jour coup de trique. A l'école de la république, la Marseillaise s'apprend en CM1 à l'age de 9 ans, et il n'est pas question de la chanter 5 fois par jour, ni même une fois. Donc bidonnage grossier, encore une fois, et dans quel but, mystère.
    • mardi 12 mars 2013 09:51 lanceur

      Voila qui est dit et bien dit. L'inculture, c'est comme la bêtise, c'est ce qui il y a de plus difficile à combattre. Encore bravo pour votre commentaire. Cordialement.
  21. lundi 11 mars 2013 18:34 Crank

    L’étudiante considère que les phrases « Qu’un sang impur abreuve nos sillons » et « Quoi, ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers ! » sont contraires aux droits et libertés fondamentaux. ______________________________________________________________________________________________ Pour l'étudiante inculte, le sang impur est le sang des blancs (royalistes) et les cohortes étrangères fait référence aux familles monarchiques européennes qui, pour éviter les guerres intra-européennes s'unissaient par le mariage. Les guerres les plus sanglantes sont l'héritage de la république. Cette république dont les fondements sont les génocides de robespierre sur les Chouans et les Vendéens, l’assassinat et la décapitation de la Famille Royale (les enfants compris), merci Philippe Égalité, et la décapitation des Rois morts, des statues de Saints, etc...
    • mardi 12 mars 2013 08:39 Error

      @Crank. Vous êtes l'inculte puisque vous dîtes des bêtises plus grosses que vous. Le sang impur n'est pas le sang des royalistes. Ce "Qu’un sang impur abreuve nos sillons" est prononcé par les patriotes français et le sang impur dont ils parlent, c'est leur sang, le sang des leurs. "Impur" ? Impur par ironie car le sang pur, par opposition, a toujours été le sang des aristocrates. C'est en quelques sorte une manière ironique d'être fier de ce que l'on est, même si on est des "bouseux", des paysans. Une manière de tacler la prétendue supériorité des aristocrates qui ont fait alliance avec l'ennemi étranger pour éradiquer le peuple, cette masse de gens sales et "impurs". La récupération est ici très moderne, comme en quelque sorte une manière de retourner l'insulte et de se revendiquer comme "impur". C'est un peu comme-ci aujourd'hui, les rebeus et les blacks lançaient une "association française des racailles" pour se jouer des critiques qui leur sont adressées lorsqu'on dit que les "gens en prison sont majoritairement noirs et arabes". C'est d'autant plus facile à comprendre qu'il est difficile de croire que les révolutionnaires accepteraient de nourrir leur sol avec le sang de leur ennemi (pour vous donner un équivalent, c'est comme si je disais que je voulais nettoyer ma maison avec les excréments des mon ennemi. Vous voyez bien que logiquement, ça ne tient pas la route). C'est donc bien du sang du peuple dont il est fait mention. C'est en quelque sorte une méthode de motivation (un peu comme les motivational speeches) du peuple usant de le l'ironie : "N'ayons pas peur d’abreuver nos terres de notre "sale" sang, nous dont les aristocrates disent que nous sommes des bouseux!". Voilà la signification de ce vers. Bref, l'inculte, c'est bien vous. Doublé d'un prétentieux en plus.
      • mardi 12 mars 2013 08:55 Lucky Luke

        Vous avez dis l'essentiel, merci.
  22. lundi 11 mars 2013 18:19 Crank

    Assez d'accord avec Blanche Colombe. ___________________________________________________________________________________________________ Ceci dit je préfère La Marseillaise Blanche ou La Chanson de Roland et là, vous allez pleurer.
  23. lundi 11 mars 2013 16:15 BC

    y en a marre !.......la Marseillaise est notre hymne national ,c'est un très beau chant et beaucoup ne comprennent pas les paroles ....cela m'irrite au plus haut point et en plus terminer sur l'Islam ......c'est la totale ..........................vous le faites exprès ou quoi !
  24. lundi 11 mars 2013 14:31 Fleur

    So cool!