Le Refuge : havre pour jeunes homos bannis du domicile familial

C'EST CHAUD lundi 22 avril 2013

Par Tom Lanneau @TomLanneau93

Krystal est une jeune transsexuelle de 24 ans originaire de Marseille. Exclue par ses parents qui n’ont jamais digéré son orientation sexuelle, elle a trouvé, après des années d’errance, un toit au Refuge, où elle travaille aujourd’hui.

« Le Refuge m’a nourrie, logée, blanchie… Le président de l’association m’a aussi apporté un soutien moral conséquent dans les périodes où j’en avais besoin, dans les périodes de doute de souffrance. »  Krystal ajoute : « Dans ce cadre, ils m’ont aussi payé les médecins après mon changement de sexe, et j’ai aussi pu connaitre des personnes confrontées au même problème que le mien : être rejeté de tous, même de sa famille, à cause de son orientation sexuelle ».

Association dirigée par Nicolas Noguier, le Refufe a fêté en janvier ses dix années d’engagement. Depuis sa création, la structure a hébergé, à l’aide de ses 200 bénévoles 300 jeunes et aidé près de 1 500 autres via leur ligne d’écoute, en partenariat avec la Direction de la Police Nationale.  Avant de me mettre en relation avec Krystal, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le président de l’association. « Après avoir visionné un reportage sur une structure similaire au Royaume-Uni, j’ai contacté de nombreuses structures sociales et tous les acteurs sociaux ont été unanimes sur la nécessité d’une structure avec du personnel formé à la souffrance singulière de ces jeunes garçons et filles ». Il précise que « l’objectif du Refuge est d’offrir un tremplin aux jeunes : lutter contre leur mal-être et les accueillir dans un cadre sécurisé tout en leur donnant tous les outils pour rebondir. Les jeunes doivent d’abord s’accepter eux-mêmes avant de pouvoir affronter le difficile regard des autres. Je voudrais dire à ces jeunes qu’ils ne sont pas seuls et que les bénévoles du Refuge sont engagés pour être à leur écoute et les accompagner ».

Nicolas Noguier rebondit sur l’actualité : « Tout débat est sain au sein d’une démocratie mais la radicalisation des personnes engagées contre le mariage est responsable de la recrudescence de l’homophobie. Les appels à l’aide se multiplient. Les jeunes victimes d’insultes connaissent de fortes situations de mal-être… Donc oui, nous nous devons d’être encore plus présent en ce moment ». Je lui demande s’il peut me mettre en contact avec un jeune afin de recueillir son témoignage sur son expérience au sein des établissements du Refuge.

Après de nombreux coups de fils passés au président de l’institution, l’association me donne enfin le numéro de Krystal, la seule pensionnaire des établissements du Refuge qui accepte de raconter son histoire et son expérience. Krystal raconte alors son histoire et ses problèmes qui débutent lorsqu’elle est virée de chez ses parents alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente : « N’habitant plus chez mes parents, je me suis retrouvée à la rue, seule. J’ai dû trouver un moyen de me faire de l’argent afin de survivre. Alors j’ai fait le tapin, plusieurs années… J’en avais marre de vivre comme ça, j’étais à bout. Un ancien hébergé de l’association m’a donné le numéro du Refuge en m’incitant à tenter de les joindre. Alors j’ai appelé, l’association m’a trouvé une place dans un de leur établissement au bout de deux semaines, puis j’ai passé deux ans dans cet institut. J’ai toujours assumé mon homosexualité auprès de mes amis, je n’ai jamais eu besoin de l’avouer à mes parents… De toute façon, je pense qu’ils l’avaient remarquée ».

Elle s’interrompt puis reprend son récit : « Ce dont j’ai le plus souffert, c’est lorsque je me suis faite opérer afin de changer de sexe. Cette opération a posé un gros handicap dans ma vie professionnelle : je n’ai pas encore trouvé de patron qui m’accepte au sein de son entreprise depuis mon changement de sexe, il y a de cela deux ans… ça leur pose un problème, une sorte de barrière morale… Il ne me semble pourtant pas que ce soit l’identité sexuelle d’une personne qui détermine son efficacité ? »

Elle parle alors de sa situation actuelle après deux ans passés au Refuge « Je me sens moins seule qu’avant mon accueil au sein de l’établissement. Aujourd’hui, j’y travaille, vu que suite à mon changement de sexe, je ne pouvais être embauchée nulle part. Ma place dans l’association est d’accompagner les jeunes en leur fournissant des conseils, un soutien moral. Je m’occupe aussi de la banque alimentaire, et de la restauration de l’immeuble… Beaucoup de tâches diverses et variées. »

Beaucoup des jeunes accueillis au sein du Refuge, mineurs pour la plupart, ont été exclus très tôt de leur domicile parental, tout comme Krystal. Virés pour être livrés à la rue après avoir été livrés au regard des gens, aux railleries et aux insultes de leurs camarades. La seule raison de l’exclusion de ces jeunes de leur propre domicile familiale n’est pas un délit ou un crime, mais leur orientation sexuelle.

Tom Lanneau

Les réactions des internautes

  1. dimanche 5 mai 2013 10:07 Alain

    Trés bel article. Pour ma part, j'accueuille avec mon épouse des sans-abris. Nous avons actuellement une personne qui est gay et séro en plus. Lui aussi à connu la rupture familiale et la rue. Nous le considérons comme notre propre fils et il nous le rend bien. Je profite pour vous dire qu'avec mon épouse nous sommes prêt à accueuillir de jeune gay qui se retrouverer à la rue de par leur dévience sexuelle et même si ils sont séropositif.
  2. vendredi 26 avril 2013 20:44 eleve de paris 8

    fallait pas etre gay
    • dimanche 5 mai 2013 15:20 Olivier

      Ah bon, vous avez un jour choisi d'être hétéo? Vous vous êtes demandé si vous alliez coucher avec des hommes ou des femmes? Non. C'était évident dans votre tête. Comme pour tout le monde. Hé bien c'est pareil pour les gays. Il n'y a pas de choix à faire. On est hétéro ou gay comme on est blond ou brun, grand ou petit. Idiot ou intelligent. Reflechissez-y. Bonne journée.
  3. mercredi 24 avril 2013 23:58 Amélie

    Ce projet de loi et le zèle du gouvernement à se plier aux caprices de lobbies minoritaires va contribuer à faire monter l'homophobie, alors qu'il aurait suffit d'aménager le PACS, de créer une union civile et de consolider le rôle des beaux-parents. Hollande est aussi clivant que son prédécesseur, sur le dos des plus fragiles. France Culture a consacré un documentaire au Refuge : http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-champ-libre-«-le-refuge-des-petits-poucets-gays-»-2013-02-21
  4. lundi 22 avril 2013 20:55 La Salvetoise

    Bravo!!!! Je suis impressionnée ! J'aime la forme de l'article, beaucoup de dialogues rapportés, on dirait presque une interview et ça change de tes autres textes, c'est frais. Tu restes objectif, ne donne aucun point de vue et ne juge absolument rien, tu te contentes de rapporter, ce qui est, à mon avis, très bien quand on aborde un sujet comme celui-là en des temps pareils. Je trouve cependant dommage que tu ne t'en serves pas d'ouverture, pour faire, quand même, un lien avec l'actualité. Mais il faut toujours que je donne un bémol (si je les garde pour moi, c'pas constructif) Chapeau l'artiste !
  5. lundi 22 avril 2013 15:41 BC

    hop Hope ..;comme je partage votre point de vue ....;la souffrance de toutes ces personnes qui semblent différentes aux yeux de la majorité devrait nous faire réfléchir .....en quoi un homosexuel (ou une ) un travesti ,un bisexuel un transsexuel fait il du mal ?...il y en encore a qui pensent que l'homosexualité est une maladie contagieuse comme la grippe ....ceux là même .sont peu surs de leur sexualité ..autrement ils sauraient qu'on ne peut pas devenir homo ou hétero par choix .....;mais qu'on laisse vivre les gens comme ils le désirent !....c'est quand même malheureux que les "religieux " qui par définition sont hors sexualité arrivent encore à manipuler les esprits de nombreux cathos .......qu'ils s'occupent de spiritualité mais de grâce qu'ils ne rentrent pas dans les chambres à coucher .....(je ne parle que de ce que je connais )et quand je vois les femmes comme Barjot ,Boutin et autres à la tête de ces manifs ,elles me font honte .....une femme peut être une mère d'un enfant homosexuel et elle le rejette comme celà
    • mercredi 24 avril 2013 23:53 Amélie

      Barjot a beaucoup de défauts mais elle est gay friendly. Elle se bat pour la filiation, qui est liée, en France, au mariage (qui n'est pas une fin mais un moyen pour accéder aux revendications de certaines lesbiennes, à savoir la PMA, qui était réclamée à grand cris pas plus tard qu'hier soir devant l'assemblée et l'hôtel de Ville de Paris). Ne vous trompez pas de cible. Quant à Boutin, elle braille un peu mais n'est plus députée, sa capacité de nuisance est faible. Je vous invite à faire un tour sur le site des parents gay et lesbiens, qualifiés d'"apprentis sorciers" par un homo pourtant membre des LGTB, et à écouter les témoignages des homos du collectif Homovox, qui sont peu ou pas relayés par les médias ils ont un compte public twitter, un site et une chaîne youtube).
  6. lundi 22 avril 2013 10:06 hop HOPE

    Cela me fait venir les larmes aux yeux ; le récit du vécu de cette personne........et..les manifestations actuelles .....homophobes ...elles ...me "dégoûtent" pour le moins .....Dire que l'on est intolérant à ce point à la "différence" au point de "l'afficher " à la vue de tous !!........est extrêmement violent......."ON" ...protêge les assassins , les voleurs , les vendeurs .. de drogues de toute nature ...Pas de manifestations lorsque ...par ex...le scandale des prothèses mammaires .. des "médicaments" létaux etc.. ...ont été dénoncés ET...tant d'autres ex.. qui nuisent ou ont nui ...quant au bien-être ou à la survie des personnes ....IL est vrai que PERSONNE ne "bouge" non plus lors des manifestations pour demander plus de personnel en milieu de soins par ex.. Pourtant chacun a des "soucis" à se faire quand le personnel est en sous-effectifs ....même dans les services de haute technologie... au point de réquisitionner celui-ci "à tout va " etc..etc...Marchons-nous sur la tête ..Y a-t-il une "perte " des valeurs essentielles , fondamentales.... IL est vrai que .. des parents ...abandonnent à la naissance l'enfant ayant un handicap ...Je crois que "plus ça va" moins je me sens en "phase" avec le "fonctionnement" qui gouverne la ...conscience ....de certaines personnes Triste constatation réitérée