La gronde est dans le pré à Notre Dame des Landes

AMBIANCE mercredi 21 août 2013

Par Tom Lanneau @TomLanneau93

Les militants ne baissent pas les bras contre le projet d’aéroport à proximité de Nantes. La campagne qui prend des airs de Larzac dans les années 1970, attire de nombreux jeunes, dont ces deux étudiantes parisiennes rencontrées juste avant les vacances.

La petite ville de Notre Dame des Landes, en Loire Atlantique, n’est habitée que par 2 000 âmes. Cependant, le nom de cette commune est loin d’être anonyme pour les Français et pour cause, cette petite bourgade représente le bastion de l’un des plus grands mouvements de contestation mené contre le gouvernement actuel. En cause, le projet de « l’aéroport du Grand Ouest », envisagé depuis le milieu des années 1960 et officialisé en 2008 dans le département où Jean Marc Ayrault était alors député et maire de Nantes. D’où la fameuse tirade d’Arnaud Montebourg « tu fais chier la terre entière avec ton aéroport », à l’intention du premier ministre. Afin de lutter contre la construction de cette structure, de nombreuses personnes font face aux forces de l’ordre depuis plus d’un an, ayant même installé leurs tentes sur les terres tant convoitées.

Sophie, 19 ans, compte aller prendre part à la lutte qui se déroule à 25 kilomètres de Nantes. Bien qu’habitant à 400 kilomètres de Notre Dame des Landes, cette étudiante se sent concernée par cette mobilisation, selon elle notre rapport vis-à-vis de la nature est fondamental. « C’est la valeur qui guide mon intérêt politique. Tous les sujets qui touchent à l’écologie m’intéressent. Ce n’est pas normal que je connaisse des potes habitant en banlieue qui n’aient jamais mis les pieds dans un champ ! » Sophie me dira par ailleurs qu’elle va jusqu’au bout de la logique écolo pour se rendre sur les lieux de la contestation afin d’être « cohérente avec moi-même » : soit elle ira en covoiturage « avec une voiture pleine », ou bien en train.

Mais d’après elle, le thème de l’écologie n’est pas le seul abordé à Notre Dame des Landes : « Le sujet est beaucoup plus vaste ! Nous nous demandons si nous ne faisons pas fausse route en faisant semblant de nous complaire dans la société capitaliste… Il faudrait peut-être remettre en cause ce système de consommation pour revenir aux valeurs fondamentales telles que la nature ».

Elle ajoute que la contestation n’est pas le seul aspect qui l’attire dans les manifestations. Il y a aussi le côté humain : le fait de rencontrer des gens, de voir comment ils s’organisent, d’apprendre certaines choses, se retrouver entre amis… « De plus, d’après ce que mes amis me racontent, l’ambiance est super hétérogène: les gens partagent, quelque soit leurs origines sociales, leur âge… ils sont tous là pour le même combat ! Et puis l’ambiance semble plutôt bonne : c’est pas parce qu’on milite qu’on doit faire la gueule ! Faut donner aux gens l’envie de nous rejoindre ».

Je demande alors à Sophie pourquoi ne pas manifester sur Paris ? Il n’y aurait pas 400 kilomètres à faire et défiler dans la capitale pourrait peut-être avoir une plus grande portée médiatique. Elle me répond que non, les manifestations de soutien à Notre Dame des Landes dont elle a fait partie, ont été occulté par les médias. « En plus, le fait d’être dans les champs a permis aux manifestants de s’installer en mode camping, donc de pouvoir tenir plus longtemps et de créer une ambiance originale qui attire l’œil de la France entière ».

Nous évoquons alors le dénouement de la situation. Sophie a l’impression que le gouvernement reste indécis « comme pour la plupart des prises de position actuelles ». Cependant, elle entretient l’espoir qu’ils prennent une décision rapide afin qu’ils puissent s’attaquer à des sujets plus importants. « Je ne sais pas qui va gagner, mais s’ils lassent traîner l’affaire, ça va être néfaste pour les deux partis ».

« En plus, Valls a envenimé les choses en souhaitant mettre les militants de Notre Dame des Landes sur liste rouge. Pareil pour certaines associations antinucléaires ou anti-gaz de schiste. On serait alors surveillé au même titre que des mouvements violents d’extrême droite ! Alors en me rendant là bas, je peux être mise dans le même sac qu’un facho qui va taper sur un homo ou sur un noir alors que je ne fais pas parti d’un mouvement dangereux ! ».

Mathilde, étudiante dans le même amphi de Sophie, s’est déjà rendu à Notre Dame des Landes avec des amis. Les motivations qui l’ont poussée à s’y rendre sont à peu près les même que celles de Sophie. Elle explique qu’elle se sent concernée par la mobilisation, car elle « représente une convergence des luttes : nous ne sommes pas là bas juste pour l’aéroport, nous exprimons aussi notre mécontentement vis-à-vis du système actuel ! Et puis ce n’est pas parce que je suis parisienne que je n’ai pas le droit de lutter pour la nature. Là en l’occurrence, on compte détruire plusieurs hectares de terres fertiles pour quelques dossiers en moins à Pôle Emploi… Que représentent quelques emplois précaires contre tout un écosystème ?! »

Mathilde affirme que le moral des militants est « au max » et que l’ambiance est « géniale », car tout le monde se mélange. « Pour moi là-bas, c’est le paradis : contrairement à ici, les champs s’étendent à perte de vue, les gens s’entraident tous pour une même cause, ils cherchent à se rencontrer pour apprendre, il y a des festivals… Alors qu’on ne peut pas forcément dire que le premier mot qui nous vienne à l’esprit lorsque nous parlons de la capitale soit celui de ‘solidarité’ ! »

Elle évoque ensuite le fait que les gens viennent des quatre coins de l’hexagone et même au-delà, et que certains regrettent d’avoir à quitter les lieux, laissant les jeunes de la région et les agriculteurs lutter seuls : « Il y en a qui sont là depuis un an sans discontinuer ! ».

Mathilde revient ensuite de l’éventuelle issue de cette lutte : « Il est difficile de prévoir la fin de ce conflit, je ne m’appelle pas Akinator ! Cependant, je sais que si l’aéroport se fait, il y aura de nombreux sabotages… on ne le laissera pas se construire ! D’ailleurs, un de nos slogans était : ‘Vinci dégage, résistance et sabotage !’. Mais je ne m’attends pas à ce qu’Ayrault renonce: il a déjà signé le contrat. Il faut donc que les gens se regroupent autour des agriculteurs ».

À la fin de la conversation, Mathilde m’avoue que « ce serait dommage si l’on assistait au dénouement de cette situation ». Me voyant surpris par sa réponse, elle explique : « Bah ce serait bête, il n’y aurait plus de raison d’aller là bas ! Ça mettrait fin à une belle aventure humaine ! C’est un bon exemple que la population française reste solidaire : c’est le seul endroit que je connaisse où les jeunes aident bénévolement les agriculteurs et où les agriculteurs fournissent à ces derniers des vivres pour les remercier de combattre à leurs côtés. L’idéal serait que l’on reste même si l’on remporte la bataille ! »

Tom Lanneau

Les réactions des internautes

  1. samedi 24 août 2013 00:15 habitant_seine_saint_denis

    1) la concession à Vinci est un manque à gagner pour l’État =========================================== L’État va investir des milliards d'euros dans l'aéroport du Grand Ouest. L’État doit être propriétaire de la société de gestion de cette infrastructure. Je suis contre le partenariat public-privé et contre la concession pendant 55 ans de la gestion de l'aéroport du Grand Ouest à Vinci. 2) Si l'aéroport du Grand-Ouest ne se réalise pas, alors tant mieux pour la banlieue Nord de Paris ====================================================================== L'aéroport de Roissy Charles de Gaulle possède trois terminaux CDG 1, CDG 2 et CDG3. Un quatrième terminal CDG T4 devrait ouvrir en 2024. Si l'aéroport du Grand-Ouest de Notre Dame des Landes ne se fait pas, alors Aéroports de Paris devra agrandir l'aérogare de Roissy, avec la construction de nouvelles pistes de terminaux 5 et 6. Des emplois supplémentaires seront créés à Roissy, pour la Seine-Saint-Denis, le Val d'Oise, l'Oise et la Seine-et-Marne. Si l'aéroport du Grand-Ouest ne se réalise pas, alors tant mieux pour nous, habitants de la banlieue Nord de Paris. 3) Le chantage d'EELV fait faire aux gouvernements socialistes de grosses erreurs industrielles ===================================================================== ça me rappelle les manifestations des opposants au surgénérateur à Creys-Malville dans les années 80-90. En 1996 le réacteur à neutrons rapides Superphénix a atteint un taux de disponibilité record de 96%. Ce taux de disponibilité n'a pas été égalé dans le monde. L'arrêt du surgénérateur Superphénix fut une immense erreur industrielle. La raison du cout invoquée pour justifier son arrêt n'avait pas de sens, car un prototype coute toujours plus cher que prévu. Dix sept ans ans plus tard les écologistes exercent le même chantage électoral, pour faire prendre au Président Hollande et au Premier Ministre Ayrault à des décisions, faisant prendre vingt ans de retard à la France, en matière de politique énergétique. merci de ne pas censurer ce commentaire
  2. jeudi 22 août 2013 11:19 commandant minos

    l'Europe n'est pas la panacée, certes, mais de là à dénoncer un complot atlantico-sioniste ...
  3. jeudi 22 août 2013 08:18 commandant minos

    Sophie : "revenir aux valeurs fondamentales telles que la nature" c'est ce qu'il se passe à Marseille avec les réglements de compte. La loi du plus fort, 100% naturelle !
  4. mercredi 21 août 2013 20:11 BC

    cher Tom ,votre article est celui d'un militant ,il n'y a pas de distance et c'est ce qui me gène .....
    • dimanche 25 août 2013 15:55 Tom

      [JE NE SUIS PAS LE CHRONIQUEUR] Veuillez m'excuser mais en mettant mon pseudo je n'ai pas pensé que l'auteur avait le même pseudo... C'était pour prévenir !
  5. mercredi 21 août 2013 12:47 BC

    les militants "écolos" de ce type me laissent toujours rêveuse....... ce sont les enfants des "hippies" des années 70 avec le slogan "faites l'amour ,pas la guerre "....je me suis laissée prendre à leurs beaux discours à cette époque mais le président Mitterrand m'a ouvert les yeux avec sa phrase " les pacifistes sont à l'ouest ,les missiles sont à l'est ".... depuis je suis plutôt " si vis pacem ,para bellum " ....... on ne peut pas regarder le passé avec nostalgie comme ils le font parce que revenir aux fondamentaux de la nature ,où s'arrête t on ? ...pas d'avion ,pas d'électricité , pas de médocs ,pas de vaccinations .... si les hommes avaient laissé faire la nature ,je ne serais pas là à écrire sur un clavier .......
    • mercredi 21 août 2013 13:37 Anne-Marie

      @BC Juste comme ça, Nantes a DEJA un aéroport. Il ne s'agit pas de refuser tout progrès, mais de combattre une infrastructure inutile dévoreuse d'un bocage humide dont la qualité environnementale le mettrait légitimement candidat à un classement Natura 2000. Sur ce bocage vit une agriculture pérenne qui serait irrémédiablement détruite. De plus l'étude économique qui a été faite pour la DUP de 2008 a été biaisée, ce qu' a démontré une contre expertise réalisée en 2011 par un cabinet néerlandais. http://aeroportnddl.fr/articles.php?lng=fr&pg=422 Pour lire le livret d'argumentaire des opposants, par fiches thématiques : http://communiques-acipa.blogspot.fr/2013/03/les-fiches-techniques-en-un-clic.html Ou pour visionner le documentaire Notre-Dame-des-Landes : au cœur de la lutte :http://www.lagoradebretagne.fr/article-notre-dame-des-landes-au-coeur-de-la-lutte-le-film-102068906.html Et bien d'autres vidéos collectés ici : http://www.scoop.it/t/videos-ndl
      • vendredi 23 août 2013 11:14 Patrick

        @Anne-Marie Vous pourriez au moins préciser que vous êtes "Anne-Marie C. Vice Présidente de l'ACIPA" voilà qui serai un peu plus honnête! . Je viens de déposer plainte suite à des menaces dont je viens d'être victime pour avoir diffusé une vidéo vous représentant, vous même, avec des "zadistes" fiers de leur situation illégale. Je n'ai pas manqué de signaler votre implication personnelle dans cette affaire.
      • mercredi 21 août 2013 14:00 BC

        anne marie ..... c'est un combat de "riches " de "nantis " .... je ne dis pas que biologiquement parlant ce n'est pas inintéressant de s'occuper d'une espèce de triton qui occupe une micro mare là où serait construite la piste d'atterrissage mais à l'heure où les syriens de toute opinion (dieu reconnaitra les siens )se font gazer et les égyptiens sans parler d'autres se font massacrer ....il y a un décalage que je ne supporte plus
        • mercredi 21 août 2013 14:41 Samuel

          BC Sous prétexte que nous habitions un pays "de riches et de nantis", on devrait laisser le gouvernement saccager et bétonner nos campagnes et ne pas lutter pour sauvergarder cela??? C'est l'argument le plus ridicule qui m'est été donné de voir jusqu'à présent. Je suis smicard, donc selon ton échelle, un nanti avec les poches remplies lol. Ca me fait chier de voir les syriens et les Egyptiens se déchirer et s'entretuer, mais ne pouvant me payer un billet d'avion pour les soutenir, mon petit cul de riche va gambader en campagne du côté de NDDL afin lutter selon mes moyens... Si toi, tu oublies que c'est la terre qui nous nourrit, certains, un peu moins obtus que toi, font en sorte que ceux qui comme toi, crois que MC DO fait pousser des frites et des steacks dans des frigos, se rappellent que la Nature se respecte ;)
          • jeudi 29 août 2013 16:18 Emeline

            D'accord avec ça. Il ne faut pas bétonner nos campagnes. Je travail à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle mais je lutte contre notre dame des landes. Pour ceux que ça intéresse : http://www.aeroport-roissy-cdg.com : petit guide pratique pour se repérer à l'aéroport de Roissy CDG. Emeline
          • jeudi 22 août 2013 15:51 Bondynoise

            BC, Comme vous, j'ai vécu à la campagne, avec tous ses inconvénients à cette époque: pas d'eau courante, lessive au lavoir. Nous allions glaner, nous cueillions de l'herbe pour les lapins. La vie était dure;je crois que certains jeunes citadins devraient travailler plusieurs années dans des petites fermes d'Auvergne ou des montagnes pyrénéennes, avant de venir faire la morale aux plus anciens, comme le fait Tom:"et si tu en a marre, eh bien ne restes pas figée devant ton ordinateur et sort dans la rue pour faire bouger les choses ; comme ça tu ne pourra pas dire que tu n'aura rien fait." Que sait-il de votre vie pour parler ainsi? Que pense-t-il du "bétonnage "de Bondy? Heureusement, quelques villes du 93 font de la résistance pour conserver leurs espaces verts!
          • mercredi 21 août 2013 19:37 Tom

            BC, aujourd'hui n'importe qui fait du compost' et ce n'est pas pour autant qu'il est écolo. Je ne vois pas du tout où tu veux en venir dans tes arguments, un coup tu nous parle de "décalage", ensuite de sureau ou encore de citoyens écolos qui ne peuvent se présenter en démocratie.. Saches que le décalage que tu constate c'est en effet le cas, et si tu en a marre, eh bien ne restes pas figée devant ton ordinateur et sort dans la rue pour faire bouger les choses ; comme ça tu ne pourra pas dire que tu n'aura rien fait. En Egypte, Syrie, Liban et j'en passe, il y a des génocides, attaques chimiques, et autres massacres ; ok. Tout le monde le sait. Or qui va intervenir ? L'ONU n'interviendra avec les pays que s'il y a des sousous pas très loin, sinon à quoi bon envoyer des soldats à plusieurs millions d'euros si y-a pas un centime qui rentre dans les caisses ? Encore à plus petite échelle où ce décalage est constaté, NDDL justement ! L'Etat et les actionnaires de Vinci contournent la "Loi sur l'Eau" pour bétonner ce magnifique bocage. Cette loi doit avoir pour effet, la minimisation de l'impact des strutctures vis à vis de l'environnement. Un dernier mot, si les "écolos" comme tu dis, arrivent à faire enterrer ce projet et arrivent à enterrer d'autres GPII (Grands Projets Inutiles et Imposés) c'est que forcément après multe expertises, le gouvernement à tort.
          • mercredi 21 août 2013 15:28 BC

            allez dans wiki à "sureau ",vous verrez que c'est un arbuste très "écolo " il attire bon nombre de papillons et nourrit les oiseaux ,..... je suis très écolo aussi mais pacifiquement
          • mercredi 21 août 2013 15:25 BC

            je considère que les "ecolos" sont des lanceurs d'alerte ,au même titre que le HCI (conseil à l'intégration qui préconise le refus du voile à l'université )et le GIEC (ceux qui s'occupent du réchauffement climatique .... leur place est indispensable mais cela s'arrête là ..... qui accepterait que le HCI fasse la loi ou que le GIEC décide que tous les pays doivent réduire leur émission de CO 2 ...les pays sous développés auraient raison de crier à l'injustice .....seuls les gouvernements démocratiquement élus doivent avoir la décision ,autrement c'est n'importe quoi ,ce serait l'anarchie .......que les "écolos "de NDDL expliquent leur opposition au projet est complètement normal mais ce n'est pas à eux de faire pression pour décider dans leur sens ....force doit rester à la loi
          • mercredi 21 août 2013 15:00 BC

            samuel ... je connais la terre car comme beaucoup de mes ancêtres la travaillaient et je peux vous assurer que la mécanisation a été un immense progrès .....la terre est basse ,et il faut se courber pour faire pousser les pommes de terre,il faut s'agenouiller pour les sortir de la terre à la main ,,j'ai ramené des troupeaux à la pâture (on dit comme cela ici chez moi ) après la traite ,j'ai vu vêler des vaches , je suis allée chercher des pissenlits et des champignons ,je sais quand cueillir les fleurs de sureau .......c'est vrai qu'en ce moment ce sont les fruits ....... mes grands parents sont enterrés dans les villages qui les ont vu naître .......ne m'insultez pas ,je fais du compost mais je ne soutiendrai pas des gens qui se battent pour ..... se faire plaisir et croire qu'eux seuls savent ce qui est bien ........