Najat Vallaud-Belkacem promet de «former» les futurs enseignants démarchés par Pôle emploi

C'EST CHAUD dimanche 28 septembre 2014

Par Nassira El Moaddem

Invitée du Bondy Blog Café, Najat Vallaud-Belkacem s’est exprimée sur la polémique du recrutement de professeurs des écoles par un entretien téléphonique dans le 93. La ministre de l’Education nationale botte en touche. Article+vidéo.

La Seine-Saint-Denis et le manque criant d’instituteurs, d’enseignants, de professeurs. Une routine et une banalité pour les élèves du département depuis des années. Les histoires de ces jeunes qui ont passé des jours, voire des semaines, sans professeur d’anglais, de mathématiques, de philosophie, sont légions. Là, un professeur longuement malade, pas remplacé, ici, un collège qui ne parvient pas à trouver de professeur d’allemand ou de biologie.

Pour pallier ce manque, Pôle Emploi a démarché par téléphone des chômeurs pour recruter 300 instituteurs dans le département. Une initiative inédite. Seul critère : la détention d’un diplôme de Master 1. Aucune exigence en matière de pédagogie et d’enseignement n’est demandée.

Interrogée lors du premier Bondy Blog Café de la saison, la ministre de l’Education nationale ne nie pas le procédé et affirme que tout sera fait pour s’assurer d’une bonne formation des candidats « que l’on fasse appel à Pôle emploi pour identifier des candidatures mais ensuite derrière, on vérifie évidemment les compétences des gens en question, il y aune formation qui accompagne leur exercice». Et de mettre la responsabilité de la situation actuelle sur «la politique désastreuse de la droite en matière d’éducation».

Regardez sa réponse :

Instituteurs recrutés au téléphone par Pôle Emploi en Seine-Saint-Denis.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, invitée du Bondy Blog Café. Pour voir l’émission en intégralité, rendez-vous dimanche 5 octobre à 12h sur France Ô et 13h sur LCP.

Nassira El Moaddem

Les réactions des internautes

  1. mercredi 1 octobre 2014 07:18 Il Rève

    Le recours à pôle emploi pour le recrutement d'enseignants est un acte qui accentue la dérive de l'éducation nationale vers un type d'entreprise "comme les autres" où le rendement et les profits sont de mise. L'Etat ne parvenant plus à assurer ni un "salaire de qualité" ni une "reconnaissance à la hauteur" des SES enseignants n'a même plus de porte de sortie de la crise du recrutement et fait appel ni à l'Université, ni aux Rectorats pour y palier. Le tissus scolaire est déchiré, et les liens institutionnels et sociaux à reconstruire. Il y a urgence.
  2. lundi 29 septembre 2014 10:58 VRN

    C'est bien mais dommage, trop journalistique. La même chose que sur les chaînes d'information classiques. Le BBC perd il l'essence qui le rend unique ? : vos jeunes non pro !
  3. dimanche 28 septembre 2014 11:13 BC

    la seule question à se poser est la suivante ;"pourquoi en période de chômage est il si difficile de recruter des enseignants ? " la réponse est souvent complexe mais nous devons reconnaître qu'enseigner devant des "jeunes " (d'où qu'ils viennent d’ailleurs ) est devenu très difficile :qui peut tenir une heure devant une classe d'enfant ou d'ado et les intéresser ? que tout le monde se pose la question et on aura une partie de la réponse .
    • mercredi 1 octobre 2014 07:24 Il Rève

      "Qui peut tenir une heure devant une classe". Des milliers d'enseignants remplissent cette fonction d'enseigner pour faire apprendre. Ils ne sont pas obligés d'être "DEVANT" une classe, car celle ci (la classe en tant que composition d'élèves) s'organise(faire la classe), se structure(groupes), se gère(pauses), se module(différenciation). Car enseigner est un métier qui s'apprend, et ce n'est pas pôle emploi qui forme.
    • dimanche 28 septembre 2014 16:47 mlk 92

      Il y a d'ailleurs une prof qui as écrit sur les difficultés à enseigner dans les beaux quartiers avec les différents problèmes quelle as eu aussi bien avec les élèves et surtout avec les parents, c'est un livre très instructif.