En Seine-Saint-Denis, neige, ski et glisse comme si vous étiez (ou presque) !

AMBIANCE mercredi 28 décembre 2016

Par Yousra Gouja

Les vacances de Noël, l’occasion de s’amuser avec les boules de neige, les chutes, le ski pour celles et ceux qui ont la chance de partir à la montagne. A la patinoire d’hiver d’Aubervilliers et au stade Sadi Carnot de Pantin, c’est comme si vous étiez (ou presque) ! Le Bondy Blog vous y emmène. Reportage.

Pour commencer l’année 2017 avec force, rien de mieux que de partager ces derniers moments de l’année 2016 en famille. Ce mardi, une jeune grand-mère accompagne son fils et son petit-fils à la patinoire d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), installée durant les fêtes sur la place de l’hôtel de ville. Originaire de Roumanie, elle ne parle pas bien le français selon ses dires mais se lance en regardant fièrement ses enfants. “Je n’ai jamais essayé de patiner. Je n’ai pas le courage, c’est très bien pour les enfants. Mon petit-fils a commencé aujourd’hui. Il tient mais il a encore du mal. C’est un vrai sport!”. Le petit Octavian, emmitouflé dans son gros manteau aux couleurs militaires, rejoint son père. “Je suis tombé deux,trois fois. De la neige est entrée dans ma manche. C’est un peu dur de patiner”. Son père, Marios, l’encourage et lui annonce qu’il reviendra demain. Le prêt des patins ne coûte que 2 euros après tout.

Musique, stands de Noël et glissade sur glace

La patinoire d’hiver d’Aubervilliers sur la place de la mairie.

De l’autre côté de la piste, Madjid, la cinquantaine, est un “simple visiteur” comme il dit. “Je suis venu avec un ami et ses enfants. Les miens sont mariés, qu’est-ce qu’ils vont faire ici ? Moi, je n’ai jamais patiné, ça ne m’intéresse pas”. Mais une bière à la main et une cigarette allumée, il profite du spectacle à sa manière. Derrière lui, les inévitables et traditionnels stands : le marchand à crêpes et le vendeur de petits gadgets. C’est un bout de marché de Noël ici avec ces commerçants installés dans des petites cabanes en bois.

Capture d’écran 2016-12-28 à 09.07.13Ici, l’ambiance est festive, les tubes du moment passent en boucle et font office de fond sonore. Ils couvrent parfois les pleurs des rares enfants apeurés par cette nouvelle activité mais ne peuvent couvrir les rires aux éclats des jeunes gens. C’est l’heure de refaire la glace : les patineurs ont du mal à quitter la piste glacée, même les parents s’y mettent et sortent les derniers.

Fous, habitant de Saint-Denis et un des coordinateurs, gère les enfants en faisant sans cesse le tour de l’installation. “Là, j’enlève la neige qui s’entasse et je la mets dans le coin”. La piste réouvre enfin  ! Trois jeunes filles se démarquent. Leur mère tient son smartphone pour les filmer. “Elles sont plus courageuses que moi”, dit-elle fièrement.

Ambiance montagne et ski à Pantin

Direction Pantin (Seine-Saint-Denis) à moins d’une demi heure en transport. Une affiche indique la présence d’un chapiteau accueillant le village d’hiver. Situé à côté d’une ancienne piscine, sur le stade Sadi Carnot, les visiteurs sont accueillis par le vendeur de café, la seule chose payante de ce lieu magique.

Entrée du chapiteau d’hiver à Pantin.

Chaque enfant salue l’ours blanc imposant. Ici, bambins et plus grands ont le droit à une piste de luge, à une descente en bouée, aux mini-raquettes, à un passage en ski de fond et à une confrontation directe avec les boules de neige formées par les petits doigts des enfants émerveillés. Au stand des skis, on s’empresse de choisir son matériel.

Lana, 8 ans, s’initie au ski de fond.

Le père de Lana, 8 ans, filme sa fille avec son téléphone. Sur ses skis, la jeune fille tombe de nombreuses fois mais il n’arrête pas de filmer.”Le fait que la ville ramène la montagne près des enfants est quelque chose de positif. Cela permet à des familles, de faire du ski de fond, même si ça ne reste que de l’initiation. C’est bénéfique pour les enfants”. Prête pour poser devant mon objectif, Lana se demande pourquoi on veut la prendre en photo. Son père : “Tu vas être célèbre !”.

“Certains enfants viennent nous voir pour nous remercier”

Il est pratiquement 16h. C’est l’heure de rentrer pour le goûter. Khadija s’appuie sur la barrière en bois et cherche du regard ses enfants cachés derrière la colline de neige. “Tant pis si ma fille et mes deux fils sont trempés ! Tant qu’ils s’amusent c’est l’essentiel. J’habite à Aubervilliers. On a presque fait le tour de la patinoire. Ca leur fait une petite activité pendant les vacances”.

Stand de choix des skis et matériel de glisse.

Doriane qui passe toute sa journée à leurs côtés, travaille sur le site. Elle a l’habitude de rester sans bouger et de siffler pour se faire entendre. “On est plusieurs équipes. On tourne toutes les 1h30. Je m’assure que les jeunes déposent bien les bouées. Chacun à son petit job. On a froid, on fait un peu de surplace mais c’est marrant de voir les petits s’amuser”. Une jeune fille monte sans son signal, elle la voit et siffle très intensément pour la rappeler à l’ordre. “Il y en a qui sont plus durs à gérer mais certains viennent nous voir et nous remercient”. La magie des fêtes est encore allumée. Profitez-en !

Yousra GOUJA