Au Monoprix du Raincy, un salarié se suicide, le magasin ne ferme pas

C'EST CHAUD vendredi 6 octobre 2017

Par Nassira El Moaddem @NassiraELM

Un salarié du magasin Monoprix du Raincy (Seine-Saint-Denis) s’est donné la mort sur son lieu de travail jeudi matin. Trois heures plus tard, le magasin rouvrait ses portes malgré le choc des salariés. Plusieurs d’entre eux témoignent des conditions de travail difficiles. 

Au 4 avenue de la Résistance, au Raincy, les collègues d’Alain sont sous le choc. Le salarié du magasin Monoprix de la commune de Seine-Saint-Denis s’est donné la mort sur son lieu de travail jeudi matin. Selon nos informations, l’employé libre-service, salarié depuis 34 ans, s’est défenestré du troisième étage de l’établissement aux alentours de 7h15 après avoir pris son service à 6h.

Une enquête a été ouverte, menée par le service de l’accueil et d’investigation de proximité du commissariat du Raincy. Contacté, le parquet de Bobigny n’était disponible ni jeudi en fin de journée ni ce vendredi matin. La direction du magasin n’a pas souhaité répondre à nos questions, renvoyant au service de communication national de Monoprix. “Une cellule psychologique a été mise en place et restera active jusque samedi. Une enquête de police est en cours. C’est un collaborateur qui avait des soucis personnels”, nous indique laconiquement Marion Denonfoux, directrice de communication du groupe, sans vouloir donner plus de précision. Nous avons rencontré la famille aujourd’hui qui a souhaité que nous restions discrets sur cette affaire”.

Malgré le suicide du salarié, le magasin a rouvert : “J’ai répondu à des clients qu’il y avait eu un problème technique”

“Je suis choquée. C’était un collègue que l’on côtoyait tous les jours, témoigne Chloé*, une employée du magasin. C’était une personne sociable qui parlait à tout le monde mais qu’il fallait laisser tranquille quand il n’était pas bien”. Véronique*, salariée depuis un an et demi dans le magasin, est arrivée au magasin à 10h30 pour démarrer sa journée de travail : “Quand je suis arrivée, je suis montée en salle de pause : là, certains collègues pleuraient car ils avaient vu le corps allongé sur le trottoir”. Laurent*, un autre salarié, témoigne : “Beaucoup le connaissaient depuis des années. Depuis son retour de vacances cet été, Alain avait perdu beaucoup de poids, il ne parlait plus trop. Je sentais qu’il était beaucoup stressé. Avant, il venait facilement vers les autres mais là, il avait changé“.

Le supermarché est resté portes closes jusque 11h, heure à laquelle il a rouvert ses portes “après décision conjointe avec les salariés”, indique la directrice de communication de l’enseigne. Cette version est contredite par celle de Laurent. “On a tous été convoqués par la directrice qui a proposé de parler de ce qui s’est passé si on le souhaitait. Puis, elle nous a dit que le mieux était d’ouvrir le magasin. Il faut dire qu’il y avait des hauts dirigeants régionaux. Avec des collègues, on s’est dit ‘Mais c’est une blague !’ Et qu’il fallait mieux qu’ils ferment le magasin pour la journée. C’était la moindre des choses tout de même ! Mais personne n’a osé rien dire “.

Cette situation a obligé des salariés à affronter les interrogations des clients du magasin. “À mon poste, certains me posaient des questions sur ce qui s’était passé le matin, poursuit Laurent. La direction nous avait demandé de garder le secret, de ne pas faire de bruit pour ne pas faire peur à la clientèle. Ce n’était pas facile à gérer. Moi, j’ai répondu à des clients qu’il y avait eu un problème technique ce matin”.

“Nos conditions de travail nous détruisent physiquement et psychologiquement”

“Pourquoi Alain s’est-il suicidé et pourquoi sur le lieu de travail ?” s’interroge Chloé. À ce stade, aucun élément ne permet de l’expliquer. En revanche, plusieurs salariés du magasin Monoprix du Raincy témoignent de conditions de travail très difficiles. C’est le cas de Mathilde*, une jeune employée de caisse.” Quand je m’occupe des livraisons de courses, je rentre chez moi avec le dos cassé, surtout qu’il y a eu une phase où nous n’avions que deux roulettes à partager avec le livreur pour une vingtaine voire une trentaine de livraisons de courses à préparer par jour. Il m’est même déjà arrivé de pousser, à la main, sans roulette, des bacs de livraison remplis de plusieurs packs d’eau”.

Chloé, travailleuse handicapée en invalidité à 65 %, a fait état à de nombreuses reprises, à la direction, de son épuisement professionnel. “Je suis sur trois postes : accueil, pour le remboursement des articles par exemple, caisses et livraisons. Ce n’est pas tenable, surtout que pour tout cela je suis payée seulement 1 250 euros net, explique la salariée. Je suis épuisée. J’ai craqué de nombreuses fois. Pendant plus de 8 mois, je cumulais 9 jours de travail pour un jour de repos. J’ai même fait jusqu’à 11 jours de travail pour 1 jour de repos mais ils n’en ont rien eu à faire. À plusieurs reprises, j’ai averti de cette situation à la direction, par courrier notamment, mais ils n’y voyaient rien d’anormal. Nos conditions de travail nous détruisent physiquement et psychologiquement. Le médecin du travail a fini par intervenir. On vient enfin de me changer mes horaires avec deux jours de repos”.

Abandons de poste, arrêts-maladie, dimanches travaillés non majorés

Les salariés témoignent aussi de collègues régulièrement en arrêt maladie, d’abandons de poste, de dimanches travaillés non majorés. Ils font aussi état de conditions de travail matérielles pénibles : sièges et caisses usés que la direction ne souhaiterait pas remplacer, absence de climatisation l’été. Ces éléments ont été signalés à l’inspection du travail, témoignent les salariés qui racontent également la présence dans les rayons d’aliments périmés et de fruits non datés.

Depuis l’arrivée d’une nouvelle directrice en mai 2017, les choses commencent un peu à bouger : un préparateur de commandes a été embauché pour les livraisons, des nouveaux terminaux de cartes bancaires ont été installés, des petits chauffages, qui font aussi climatiseurs, ont été disposés à chaque caisse en attendant une climatisation générale.

C’est un magasin où tout va bien et où l’ambiance est plutôt bonne”

Face à ces témoignages, l’enseigne se dit “surprise“. “Nous nous sommes entretenus toute la journée avec les collaborateurs et la direction, assure la directrice de communication de Monoprix. Je peux vous dire que c’est un magasin où tout va bien, où les collaborateurs sont unis et où l’ambiance est plutôt bonne”.

Nassira EL MOADDEM