Ne jamais prononcer le nom de Saddam Hussein dans la rue. La consigne aussitôt transgressée par la petite sœur de Feurat Alani déclenche la colère de leur cousine qui s’empresse de les ramener vers la voiture. Feurat Alani a alors neuf ans, c’est son premier voyage en Irak et il rencontre la dictature.

Presque deux décennies plus tard, l’enfant devenu reporter et producteur nous prend par les sens et nous embarque dans son Irak ; un Irak intime fait de glace à l’abricot, de feux d’artifices artisanaux et de volutes de fumée de cigarettes. Les anecdotes tirées de son histoire personnelle offrent un éclairage précieux sur l’histoire récente de l’Irak. Une histoire complexe, chamboulée par les guerres qui s’y sont succédées presque coup sur coup, laissant un pays meurtri où est né un monstre, celui qui a envahi les 20 heures et les imaginaires collectifs : « État islamique ». 

De cette organisation terroriste, il est peu question dans le récit de Feurat Alani. Sa démarche va à contre-courant de l’actualité à mille à l’heure et des experts de salon qu’elle charrie. À la lisière du documentaire et de l’autobiographie, son témoignage prend le temps. Et pourtant, comme un pied de nez, son projet naît d’abord sur Twitter, le temple de l’immédiateté. 1 000 fois 140 signes où il nous prête ses yeux et ses sens pour raconter l’Irak. Des tweets soignés, délicats comme des haïkus, figurent désormais sur les pages d’un roman graphique, Le parfum d’Irak, et sont aussi à l’origine d’une websérie documentaire animée de 20 courts épisodes actuellement diffusée sur le site d’Arte.

L’association des talents de conteur de Feurat Alani et de ceux du dessinateur Léonard Cohen font de ces deux formats des œuvres absolument géniales. Léonard Cohen retranscrit brillamment les émotions, les souvenirs, qu’ils soient olfactifs ou visuels, de Feurat Alani. Et de souvenir en souvenir, on découvre « l’injustice de l’embargo » qui a pesé sur la vie des Irakiens, la violence de la dictature, la bêtise de l’invasion américaine en Irak et ses terribles conséquences. On découvre l’auteur au travers de destins, ceux des membres de sa famille notamment, et d’anecdotes qui sonnent comme des paraboles pour raconter et transmettre un Irak à hauteur d’hommes et de femmes. « L’Irak dont j’ai rêvé, enfant, celui que mon père a tant aimé (…) Cet Irak n’existe plus ».

Héléna BERKAOUI

Feurat Alani, Le parfum d’IrakArte éditions/Éditions Nova,

La série animée est à voir ici sur le site de la chaîne franco-allemande

Articles liés

  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022