C’est avec malice, provocation et espièglerie, qu’Antoine Desrosières remet en scène ses deux actrices phare, Souad Arsane (Yasmina) et Inas Chanti (Rim), tandem pétillant mis en lumière dans son précédent film, « Haramiste ». Dans « A genoux les gars », Rim et Yasmina sont deux sœurs adolescentes qui vivent dans un quartier en banlieue. Particulièrement complices, toutes deux découvrent ensemble la complexité des relations filles-garçons. Rim a un petit ami, Majid (Mehdi Dahman) et Yasmina entame une relation avec Salim (Sidi Mejai). Sans aucun complexe, elles se confient leurs doutes et se marrent quand elles parlent de relations sexuelles. Un sujet pourtant complètement fantasmé puisqu’elles sont toutes les deux inexpérimentées !

Le quatuor de choc paraît soudé mais les choses vont se compliquer très vite et tournent au cauchemar. Yasmina est manipulée par Salim et Majid, qui la font chanter grâce à une sextape où il est question de fellation. Sur fond de comédie, Antoine Desrosières dénonce le viol et le cyberharcèlement qui peut en découler. Et il le fait avec provocation, humour, légèreté et sans aucune vulgarité. Les dialogues sont frais et percutants, mais aussi touchants et criants de vérité.

Un message fort pour un sujet fort

En 2014, la méthode Desrosières avait déjà fait ses preuves avec le moyen métrage « Haramiste ». Le réalisateur y abordait la sexualité des adolescents par le prisme des a priori culturels et religieux. Tout aussi direct et sans tabou, on reconnaît dans « A genoux les gars » la douce insolence de ce réalisateur qui a choisi le rire pour aborder des sujets dramatiques. Il mélange tendresse et cynisme avec finesse et légèreté, un étrange cocktail qui peut mettre parfois mal à l’aise mais pour la bonne cause ! Ce film est ambitieux et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est efficace : il ne laisse pas indifférent. En une heure et trente-huit minutes, l’objectif est atteint : il pousse à réfléchir et c’est tant mieux.

Les jeunes actrices et acteurs ont participé à l’écriture du film. Et ça se ressent ! Après tout, ce sont les mieux placés pour parler d’eux-mêmes. L’équipe souhaite par ailleurs projeter ce film dans les collèges et lycées pour faire de la prévention autour de la sexualité et du cyberharcèlement.

Antoine Desrosières ne compte pas s’arrêter là puisqu’un autre projet sort demain ! Cette fois-ci, YouTube sera son nouveau terrain de jeu avec une web série. Mais ces ingrédients préférés seront les mêmes : des histoires autour de la sexualité et du cyberharcèlement avec Rim, Yasmina, Majid et Salim. Une équipe clairement à suivre !

Audrey PRONESTI

Articles liés

  • Franck Gastambide face au BB

    Un droit de réponse qui se transforme en débat enrichissant sur la création culturelle des quartiers populaires. C'est le programme proposé par cette rencontre entre Franck Gastambide et la rédaction du BB, après la publication de notre édito acide sur ses films. Rencontre.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 30/11/2021
  • Avec ‘Suprêmes’ NTM back dans les bacs

    Félix Mubenga n'a pas pu voir l'explosion du groupe de rap mythique NTM. Il n'était pas né. Mais deux décennies plus tard, il est parti voir le biopic du légendaire duo de Seine-Saint-Denis, 'Suprêmes' réalisé par Audrey Estrougo. Et c'est grand oui, pour notre contributeur qui raconte cette plongée enflammée dans une époque pas si différente de la nôtre. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 23/11/2021
  • Au nom du rap, une œuvre collective pour réconcilier tous les mondes

    'Au nom du rap' est un livre unique, entre poésie et illustrations. Un recueil de proses qui veut redonner ses lettres de noblesses à un genre musical encore trop souvent dénigré par certaines élites culturelles. Anissa Rami s'est entretenue avec Elena Copsidas à l'origine de l'ouvrage, ainsi qu'avec les artistes qui ont participé à cette oeuvre collective singulière.

    Par Anissa Rami
    Le 11/11/2021