Etudiantes, fauchées de notre état, après la dixième et dernière mensualité de la bourse, nous cherchons tout de même un bon plan (comprendre plan gratuit) pour nous  divertir en ce lundi ensoleillé du mois de juin. Après un brainstorming acharné (comprendre recherche Google «  bons plans gratuits sur Paris »), on finit par se rappeler que tous les lundis soirs, le Bordel Club s’invite sur scène. Mais le Bordel Club, qu’est-ce que c’est ?

C’est d’abord une salle un peu paumée entre les stations Blanche et Abbesses. Livrées à nous même avec des smartphones sans connexion Internet, on finit par trouver – grâce à la précieuse aide de quelques Parisiens (souriants qui plus est !) –  la toute petite rue de l’Armée d’Orient. Inutile de préciser qu’on se présente devant le théâtre, on ne peut plus en retard, accueillies avec cette charmante invitation « Allez y, entrez, allez vous faire allumer ».  Ce qui ne manquera pas d’arriver dans une ambiance bonne enfant !

Les MC sont drôles et accueillants. Ils prennent le temps de mettre à l’aise le public de  curieux qui, pour la plupart, assistent au Bordel pour la première fois. Nous ne sommes plus des anonymes perdus au milieu d’un millier de personnes dans une immense salle mais un petit public dans une petite salle à l’ambiance feutrée et chaleureuse  avec lequel les artistes font connaissance. Le temps d’une soirée, sans micro ni apparat surfait, nous rions aux éclats en oubliant qu’en ce mois de juin, il fait encore 12 degrés, on n’ pas de boulot pour l’été, on est des étudiants fauchés !

Un peu comme son homologue plus connu, le Bordel Club est une scène ouverte où s’enchaîne un peu moins d’une dizaine d’humoristes. Ils passent avec nous un bon quart d’heure, assez long pour s’attacher, trop court pour s’ennuyer ! Alors, entre gros fou rire après une vanne franchement réussie et toussotement poli quand celle-ci l’est un peu moins, les artistes testent et partagent avec nous leurs délires sans se donner de limite. Crash test du rire entrecoupé d’apparitions d’invités qui conduisent à des scènes comme celle-ci « Eh regardez y a Kyan Khojandi derrière – Hein ? Kyan je sais pas mais en tout cas y a le mec de Bref ! » Les artistes retrouvent leur public avec sourire et plaisir pour échanger sitôt le show terminé.

Alors comment remercier ces artistes pleins de talent ? Avec de l’amour ? Ils vous diront que, pour ça, ils ont des mamans ! Remplissez plutôt le « chapeau » d’argent et surtout surtout… Parlez-en !

Jihed Ben

Le Bordel Club, c’est tous les lundis au théâtre Montmartre Galabru à 21h30. Réservation sur leur page Facebook https://www.facebook.com/pages/Le-Bordel-Club/266681269314?ref=ts

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021