Etudiantes, fauchées de notre état, après la dixième et dernière mensualité de la bourse, nous cherchons tout de même un bon plan (comprendre plan gratuit) pour nous  divertir en ce lundi ensoleillé du mois de juin. Après un brainstorming acharné (comprendre recherche Google «  bons plans gratuits sur Paris »), on finit par se rappeler que tous les lundis soirs, le Bordel Club s’invite sur scène. Mais le Bordel Club, qu’est-ce que c’est ?

C’est d’abord une salle un peu paumée entre les stations Blanche et Abbesses. Livrées à nous même avec des smartphones sans connexion Internet, on finit par trouver – grâce à la précieuse aide de quelques Parisiens (souriants qui plus est !) –  la toute petite rue de l’Armée d’Orient. Inutile de préciser qu’on se présente devant le théâtre, on ne peut plus en retard, accueillies avec cette charmante invitation « Allez y, entrez, allez vous faire allumer ».  Ce qui ne manquera pas d’arriver dans une ambiance bonne enfant !

Les MC sont drôles et accueillants. Ils prennent le temps de mettre à l’aise le public de  curieux qui, pour la plupart, assistent au Bordel pour la première fois. Nous ne sommes plus des anonymes perdus au milieu d’un millier de personnes dans une immense salle mais un petit public dans une petite salle à l’ambiance feutrée et chaleureuse  avec lequel les artistes font connaissance. Le temps d’une soirée, sans micro ni apparat surfait, nous rions aux éclats en oubliant qu’en ce mois de juin, il fait encore 12 degrés, on n’ pas de boulot pour l’été, on est des étudiants fauchés !

Un peu comme son homologue plus connu, le Bordel Club est une scène ouverte où s’enchaîne un peu moins d’une dizaine d’humoristes. Ils passent avec nous un bon quart d’heure, assez long pour s’attacher, trop court pour s’ennuyer ! Alors, entre gros fou rire après une vanne franchement réussie et toussotement poli quand celle-ci l’est un peu moins, les artistes testent et partagent avec nous leurs délires sans se donner de limite. Crash test du rire entrecoupé d’apparitions d’invités qui conduisent à des scènes comme celle-ci « Eh regardez y a Kyan Khojandi derrière – Hein ? Kyan je sais pas mais en tout cas y a le mec de Bref ! » Les artistes retrouvent leur public avec sourire et plaisir pour échanger sitôt le show terminé.

Alors comment remercier ces artistes pleins de talent ? Avec de l’amour ? Ils vous diront que, pour ça, ils ont des mamans ! Remplissez plutôt le « chapeau » d’argent et surtout surtout… Parlez-en !

Jihed Ben

Le Bordel Club, c’est tous les lundis au théâtre Montmartre Galabru à 21h30. Réservation sur leur page Facebook https://www.facebook.com/pages/Le-Bordel-Club/266681269314?ref=ts

Articles liés

  • La guerre d’Algérie, par mon grand-père pour la première fois

    Amina Lahmar n'a jamais parlé avec son grand-père de l'indépendance algérienne du 5 juillet 1962. Encore moins de la guerre. Pourtant Ahmed Lahmar a eu un rôle dans la résistance pour la libération. L'homme octogénaire a accepté pour la première fois de se confier à sa petite-fille en détail. Témoignage.

    Par Amina Lahmar
    Le 07/07/2022
  • Le 5 juillet depuis Choisy-le-Roi, dans les yeux d’Antar et Rachida

    Rencontre avec Antar Ghiri, 80 ans et Rachida Benghanem, 83 ans. Des cousins originaires de Sétif arrivés en France à la fin des années 1950. Le 5 juillet 1962, ils ont vécu la proclamation de l’indépendance de l’Algérie dans le Val de Marne, après des années de lutte et de résistance du peuple algérien. 60 ans plus tard, ils racontent avec émotion. Récit de vie. 

    Par Samira Goual
    Le 05/07/2022
  • « Nos silences sont immenses », Sarah Ghoula raconte les maux de nos aïeux

    Un roman pour raconter l'Algérie colonisée, le rôle des femmes et surtout les liens familiaux et sociaux qui se jouent face à l'apparition du surnaturel. "Nos silences sont immenses", premier roman de Sarah Ghoula a plusieurs niveaux de lecture, et la fiction dépeint avec force un vécu enfoui par de nombreuses générations. Critique.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 29/06/2022