Etudiantes, fauchées de notre état, après la dixième et dernière mensualité de la bourse, nous cherchons tout de même un bon plan (comprendre plan gratuit) pour nous  divertir en ce lundi ensoleillé du mois de juin. Après un brainstorming acharné (comprendre recherche Google «  bons plans gratuits sur Paris »), on finit par se rappeler que tous les lundis soirs, le Bordel Club s’invite sur scène. Mais le Bordel Club, qu’est-ce que c’est ?

C’est d’abord une salle un peu paumée entre les stations Blanche et Abbesses. Livrées à nous même avec des smartphones sans connexion Internet, on finit par trouver – grâce à la précieuse aide de quelques Parisiens (souriants qui plus est !) –  la toute petite rue de l’Armée d’Orient. Inutile de préciser qu’on se présente devant le théâtre, on ne peut plus en retard, accueillies avec cette charmante invitation « Allez y, entrez, allez vous faire allumer ».  Ce qui ne manquera pas d’arriver dans une ambiance bonne enfant !

Les MC sont drôles et accueillants. Ils prennent le temps de mettre à l’aise le public de  curieux qui, pour la plupart, assistent au Bordel pour la première fois. Nous ne sommes plus des anonymes perdus au milieu d’un millier de personnes dans une immense salle mais un petit public dans une petite salle à l’ambiance feutrée et chaleureuse  avec lequel les artistes font connaissance. Le temps d’une soirée, sans micro ni apparat surfait, nous rions aux éclats en oubliant qu’en ce mois de juin, il fait encore 12 degrés, on n’ pas de boulot pour l’été, on est des étudiants fauchés !

Un peu comme son homologue plus connu, le Bordel Club est une scène ouverte où s’enchaîne un peu moins d’une dizaine d’humoristes. Ils passent avec nous un bon quart d’heure, assez long pour s’attacher, trop court pour s’ennuyer ! Alors, entre gros fou rire après une vanne franchement réussie et toussotement poli quand celle-ci l’est un peu moins, les artistes testent et partagent avec nous leurs délires sans se donner de limite. Crash test du rire entrecoupé d’apparitions d’invités qui conduisent à des scènes comme celle-ci « Eh regardez y a Kyan Khojandi derrière – Hein ? Kyan je sais pas mais en tout cas y a le mec de Bref ! » Les artistes retrouvent leur public avec sourire et plaisir pour échanger sitôt le show terminé.

Alors comment remercier ces artistes pleins de talent ? Avec de l’amour ? Ils vous diront que, pour ça, ils ont des mamans ! Remplissez plutôt le « chapeau » d’argent et surtout surtout… Parlez-en !

Jihed Ben

Le Bordel Club, c’est tous les lundis au théâtre Montmartre Galabru à 21h30. Réservation sur leur page Facebook https://www.facebook.com/pages/Le-Bordel-Club/266681269314?ref=ts

Articles liés

  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021
  • Sequenza 9.3 : initier et décomplexer la culture musicale dans les quartiers

    Sequenza 9.3 est un ensemble vocal lyrique qui tente de renouer le lien entre culture musicale et les populations issues des quartiers populaires en Seine-Saint-Denis. À travers de nombreuses initiatives, le collectif permet de faire découvrir le chant lyrique d’un côté, et légitimer le patrimoine culturel des habitants. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 22/09/2021