« Ici on joue à domicile », assume Djamal, l’un des co-fondateurs et humoriste de la troupe résidente au Allnay Comedy Club, nouvelle scène ouverte à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) au 4 Avenue Dumont,. Amis depuis plus de 20 ans pour certains, faire de la scène ensemble n’était pourtant pas une évidence à l’origine. Le théâtre s’est invité il y a quelques années au sein de l’association ACSA 3 quartiers où Djamal et Rédouane travaillent, quand ce dernier avait décidé de mettre en place le théâtre-forum pour les femmes.

On ne veut plus que les talents cachés soient des talents gâchés

Un spectacle de théâtre interactif avec le public qui a permis de libérer la parole et la réflexion autour d’un thème choisi. Les femmes ont ainsi pu extérioriser sur scène toutes leurs problématiques, comme par exemple les violences conjugales. Forts de cette expérience très forte, ils ont décidé de mettre en place le théâtre d’improvisation pour les jeunes et les enfants. « Le théâtre d’improvisation est un incroyable outil de développement personnel », souligne Rédouane. « Le stand-up était la suite logique, c’est un nouveau challenge » ajoute Djamal. 

Un lieux chaleureux qui commence déjà à faire du bruit dans la ville.

Une scène pour développer les talents de Seine-Saint-Denis

Inauguré le 18 octobre dernier, le Allnay Comedy Club est une scène créée pour permettre aux habitants d’Aulnay et de Seine-Saint-Denis d’avoir un lieu où monter sur scène mais aussi où apprendre l’art du stand- Up via le « Club d’improvisation et de Stand up ». « ‘All’nay c’est pour signifier que tout le monde le est bienvenu, que l’on soit du 93 ou d’ailleurs », précise d’ailleurs Djamal.

Il y a tout ce qu’il faut pour les faire réussir ici.

Pour Mohamed, ami d’enfance et propriétaire du restaurant Refresh où se trouve le comedy club, il était naturel de mettre à disposition le sous-sol de son restaurant. Une petite salle aménagée chaleureusement avec une capacité d’accueil d’une vingtaine de personnes. Pour lui le but c’est aussi de ne pas laisser les talents partir d’Aulnay. « Il y a tout ce qu’il faut pour les faire réussir ici. On est maintenant autonomes, on a la possibilité d’avoir nos propres équipements et notre propre salle ». Il ne doute pas une seule seconde du potentiel aulnaysien et celui des quartiers populaires.« On ne veut plus que les talents cachés soient des talents gâchés. On veut que ces talents cachés deviennent les rois du stand up de demain ». 

À lire : avant le Allnay Comedy Club, la même équipe a lancé le festival de court-métrage Hallnaywood 

Mick J William, jeune trentenaire, continue d’apprendre la comédie, et le Allnay Comedy Club est une nouvelle étape d’apprentissage. Cela fait aussi moins d’un an qu’il fait du stand-up et a déjà eu l’occasion de jouer au « Chat noir ». Ancien ambulancier, il est aujourd’hui attaché commercial pour une société de nettoyage. Enfant il était extrêmement timide et c’est Eddy Murphy qui lui a donné envie de faire ce métier : « Je voulais lui ressembler ».  Le natif de Drancy a fait de la musique et du théâtre classique au conservatoire de sa commune. Mais après avoir acquis les bases du théâtre classique, il a arrêté car ce qu’il voulait c’était faire rire. C’est ainsi qu’il s’est mis au stand-up pour ressembler à son artiste.

On veut faire grandir nos évènements et nos artistes.

Même si l’objectif est de révéler des talents au public, la démarche du Allnay Comedy Club est avant tout humaine. « Nous voulons leur faire prendre confiance en eux et leur faire prendre conscience de leur potentiel » insiste Mohamed. Larif est le producteur de la bande. C’est un ami d’enfance du groupe, il est originaire de la cité des 3000 comme Mohamed. Ex-producteur de Kenza Farah, il travaille aujourd’hui également dans la production au cinéma et l’accompagnement d’artistes de stand-up avec pour mission de suivre les talents de A à Z : dénicher les talents, les former, les accompagner en leur donnant les outils nécessaires : « On veut faire grandir nos évènements et nos artistes. Il nous tient à cœur de donner un aspect humain aux artistes pour ne pas les utiliser comme des valeurs marchandes. On veut les accompagner dans leur projet jusqu’au bout. »

Au micro, les talents s’enchainent face à un public connaisseur et bienveillant.

La passion du rire en partage

En plus d’être initiateurs du projet, Djamal et Rédouane se prêtent au jeu du stand-up et présentent leurs  vannes au public pour la première fois. Djamal a toujours aimé les stand-Up mais n’avait jamais songé à en faire. « Quand j’ai commencé l’improvisation il y a quelques années, le stand up est venu naturellement par la suite », confie le co-fondateur du comedy club. « En impro, on est ensemble sur scène. Là on se retrouve tout seul c’est un autre exercice. Et il y a tout le travail d’écriture en amont », ajoute Djamal.

Rédouane a travaillé de façon acharnée pendant un mois et demi. Il a écrit et s’est entrainé à la maison ou en voiture avec sa femme et son fils de 13 ans, ses premiers supporters dans cette aventure. Et c’est lors de l’inauguration du 18 octobre dernier que le public a découvert un résultat bluffant où les rires étaient au rendez-vous. Une soirée où les talents autodidactes se sont enchainés.

Adel, est le plus expérimenté du groupe. Il joue depuis 3 ans, notamment au Panamart Café et Barbes Comedy Club. Il a commencé les cours de Stand-Up avec Alex Nguyen pendant 6 mois. Ses premières scènes étaient au Sonar à Pigalle. Il a également fait 2 ans d’improvisation. C’est lui qui chauffe la salle, mais le stress il l’a toujours un peu. Malgré tout, il enchaine les vannes, taquine beaucoup le public. « Dans ce milieu pour être programmé, il faut montrer que tu es motivé, que c’est vraiment ce que tu veux faire dans ta vie et pas être un artiste éphémère. » 

Le Allnay Comedy Club a pour vocation de faire jouer ses humoristes sur scène au moins une fois par mois. Toutes les actualités et contacts sont à retrouver sur leur page ALLNAY COMEDY CLUB.

Samira Goual

Articles liés

  • Avec ‘Suprêmes’ NTM back dans les bacs

    Félix Mubenga n'a pas pu voir l'explosion du groupe de rap mythique NTM. Il n'était pas né. Mais deux décennies plus tard, il est parti voir le biopic du légendaire duo de Seine-Saint-Denis, 'Suprêmes' réalisé par Audrey Estrougo. Et c'est grand oui, pour notre contributeur qui raconte cette plongée enflammée dans une époque pas si différente de la nôtre. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 23/11/2021
  • Au nom du rap, une œuvre collective pour réconcilier tous les mondes

    'Au nom du rap' est un livre unique, entre poésie et illustrations. Un recueil de proses qui veut redonner ses lettres de noblesses à un genre musical encore trop souvent dénigré par certaines élites culturelles. Anissa Rami s'est entretenue avec Elena Copsidas à l'origine de l'ouvrage, ainsi qu'avec les artistes qui ont participé à cette oeuvre collective singulière.

    Par Anissa Rami
    Le 11/11/2021
  • Karim Ben Khelifa : « le regard neutre n’existe pas »

    De la Palestine au MIT de Boston, en passant par l’Afghanistan ou Vénissieux, le photographe Karim Ben Khelifa pose son regard là où la déshumanisation est devenue partie intégrante du décor. De l'argentique à la réalité virtuelle, le Belgo-Tunisien continue d'explorer les possibilités pour mieux raconter l'horreur de la guerre ou encore l'exploitation des hommes avec son dernier projet Seven Grams. Une enquête en réalité augmentée sur les abus de l'extraction minière au Congo pour la production des smartphones. Portrait.

    Par Eugénie Costa
    Le 05/11/2021