« Les gens ont répété à l’envi que je n’ai pas cédé ma place ce jour-là parce que j’étais fatiguée, mais ce n’est pas vrai. (…) S’il y avait bien une chose qui me fatiguait, c’était de courber l’échine. » Figure du mouvement des droits civiques, Rosa Parks a effectivement été enfermée dans un rôle d’icône muette. Comme si, sans le faire exprès, elle avait joué un rôle, refusant un jour sur un coup de tête de céder sa place dans un bus. Comme si, elle n’était pas capable de ressentir, de penser et de se révolter contre le racisme institutionnalisé qu’elle subissait depuis son enfance. Le fait qu’il a fallu attendre 26 ans pour que son autobiographie, Mon histoire, soit traduite en français est signifiant et on ne peut que saluer les Éditions Libertalia d’avoir publié ce livre.

Écrit en 1992 avec le journaliste noir américain Jim Haskins, le témoignage de Rosa Parks est essentiel pour comprendre le quotidien de la ségrégation et comment se construisait l’engagement politique d’une femme noire dans ces années-là.

Rosa Parks a été élevée en Alabama, dans une famille où le père est absent et où la mère, institutrice, s’est démenée pour qu’elle puisse accéder à des études. Dès son enfance se dessinent déjà les traits d’une personnalité forte : un jour où elle se rebelle contre un enfant blanc, sa grand-mère la sermonne, redoutant qu’avec un tel comportement elle se fasse lyncher avant ses 20 ans. Mais Rosa Parks est dans son bon droit, déjà elle le sait. Cette certitude influe sans doute sur le rapport qu’elle entretient avec la non-violence, marqueur de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), association dans laquelle elle milite. Si elle reconnaît à la stratégie de Martin Luther King une efficacité certaine, quelque chose en elle résiste : Rosa Parks n’est pas une partisane inconditionnelle de la non-violence.

Une anecdote permet d’ailleurs de la cerner : avant que l’épisode du bus n’arrive, la NAACP, où elle est secrétaire, a déjà déposé des pétitions pour lutter contre la politique de ségrégation dans les bus. Une pétition que Rosa Parks n’a pas signée. « Pour ma part, j’avais décidé que je n’irais pas trouver les blancs avec un bout de papier à la main pour leur demander quelque faveur. »

À la lecture de cette autobiographie, sa droiture, sa force et son humilité s’imposent. Mais une question demeure : pourquoi la figure et le geste de Rosa Parks ont-ils été dépolitisés ? Le sexisme qui règne alors peut l’expliquer en partie. Rosa Parks raconte par exemple comment elle a été mise de côté durant la grande marche de Washington en 1963 : « Les femmes n’étaient pas autorisées à jouer un grand rôle dans cette manifestation. » Pourtant c’est sans compter ses heures qu’elle a œuvré pour la NAACP et c’est avec bravoure qu’elle a affronté les nombreuses attaques et le harcèlement auxquels elle a dû faire face après l’affaire du bus.

On peut également se demander si le fait de réduire  Rosa Parks à un symbole lisse et dépolitisé n’est pas un moyen, consciemment ou non, de prétendre que le racisme aux États-Unis est un problème résolu. C’est d’autant plus dommage que notre époque peine encore à faire sortir les figures féminines fortes et inspirantes des oubliettes de l’histoire.

Héléna BERKAOUI

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021