emptyL’organisation humanitaire « Human Appeal » a organisé, hier, aux Docks de Paris (Plaine Saint-Denis), un concert dont l’argent récolté a été entièrement reversé à Gaza. Ce concert fait partie d’une tournée intitulée « Sound of light » et qui s’est déroulée dans deux autres villes : Lyon et Marseille. Khalid Belrhousi, Mesut Kurtis et Maher Zain, trois chanteurs connus dans le monde arabe ont participé à cette action.

Il est 17 h. C’est l’ouverture des portes. Pas de retard, tout est en ordre. Le concert doit commencer à 18 h, mais la queue débute déjà dès 16 h sous une pluie battante. Tous sont là pour la bonne cause, mais aussi profiter de la présence de trois chanteurs de renommées internationales dans le monde arabe : Khalid Belrhousi (français), Mesut Kurtis (d’origine macédonienne) et Maher Zain (d’origine libanaise). Leurs chansons reposent essentiellement sur des messages de paix, d’amour et sur la religion musulmane. Ces chanteurs sont là aussi bénévolement afin de soulever des dons pour Gaza. Malika, une spectatrice qui fait la queue, connait Maher Zain plus pour sa renommée. Elle est venue essentiellement pour soutenir Gaza « avant tout je suis citoyenne française et je suis là pour la bonne cause. Je suis une maman de cinq enfants et je me sens directement concernée par la situation en Palestine en fait. Je trouve que c’est une grande injustice, ça a toujours été à l’État palestinien, ça n’a jamais été à l’État israélien. Il y a eu ingérence quelque part, ils sont entrés en force… »

Certains font d’une pierre deux coups ; soutenir la bonne cause et venir apprécier des chanteurs qu’ils n’ont la chance de découvrir qu’à travers leur album, en particulier Maher Zain. C’est le cas de Nadia, 25 ans « je suis venue ici aussi parce que je connais Maher Zain, un chanteur que j’ai connu par une amie. Quand j’ai vu la cause, ça m’a donné envie de venir, sinon je ne pense pas que je serai venue. D’autant qu’on sait que l’argent que l’on va verser va directement dans une bonne cause ». Son amie Sanaa, 24 ans l’accompagne « je suis venue ici parce qu’effectivement je connais les chanteurs, donc je voulais passer un bon moment avec mon amie, mais c’est aussi principalement pour la cause ». Ben Youness, lui, est passé par là tout à fait par hasard, il a vu du monde autour des docks et a demandé ce qu’il se passait. Quand on lui a expliqué le principe, il a tout de suite acheté sa place et s’est installé.

IMG_5251

Mesut Kurtis

Le concert commence vers 18 h 30 avec Khalid Belrhousi, un chanteur français . Le public chante un peu avec lui et se met dans l’ambiance. Il est ensuite suivi de Mesut Kurtis, le public a l’air de connaître un peu plus. Lors de notre entretien, il explique sa motivation première qui est de supporter « ses frères et sœurs à Gaza. Faire connaître la situation. Mais aussi connaître mes fans ici et promouvoir mon travail artistique ». Il est aussi sensible en tant que Turc de Macédoine, car il a beaucoup d’amis qui viennent de cette région et qui ont dû la quitter pour les pays limitrophes comme la Jordanie ou dans d’autres pays d’Europe. « Nous avons aussi beaucoup de nouvelles de là-bas, et nous sommes vraiment tristes de cette situation. Nous essayons de notre mieux en tant qu’artistes de les aider. En faisant ce genre de concert par exemple ». Le chant est sa principale activité, il n’a pas le temps de faire autre chose. À travers le monde (Europe, Australie, Moyen-Orient, Maghreb…), il chante ainsi en trois langues : turc, anglais et arabe. Ce qui lui donne à toucher un public assez large.

Après les derniers chants accompagnés du public, Kamel Zine, directeur de Human Appeal France, monte sur scène. « Human Appeal est une association humanitaire qui n’a pas pour vocation de créer des évènements. Mais ceci est un moyen de sensibiliser (…). Humant Appeal a pour slogan ‘Sauver des vies à Gaza’ » explique Kamel Zine. Il conclut « c’est le moment de passer de la parole aux actes. On a les moyens de faire et d’aider nos frères et nos sœurs à Gaza ». Son discours est suivi par Youssef Hachmaoui, un conférencier engagé. Il récapitule la situation à Gaza qui ne change pas « Il y a quelques semaines, on disait pourvu que cela cesse, mais l’être humain oublie vite. Et la situation est de pire en pire (…). Il y a une deuxième mer morte qui se situe à Gaza, la deuxième mer la plus salée au monde après la mer morte. Mais les Palestiniens la boivent par nécessité ». Il rappelle une situation qui se dégrade et les différents accompagnements fournis aussi bien au niveau médical que professionnels pour diriger les Palestiniens vers une autonomie financière. Youssef Hachmaoui donne l’exemple de l’achat d’un pouce-pouce, cette petite « brouette à trois roues avec un moteur » qui est offert à un Palestinien pour faire vivre sa famille. Ils ont aussi permis le relogement d’une centaine de famille par la construction de mobil-home. Le discours est applaudi et suivi de promesse de dons.

IMG_5255

Dédicace des artistes

Le concert s’achève avec le non moins attendu Maher Zain. Acclamé par la foule, ses chansons sont scandées. Il est la star de la soirée et ainsi difficile à approcher. Tout le monde se lève, filme, prend des photos et chante à tue-tête les chansons de ses différents albums. Il est plusieurs fois disque de platine, notamment pour son album « Incha Allah ». Ainsi va la notoriété de ce chanteur qui lui aussi chante en trois langues voire quatre : anglais, arabe, français (et même l’ourdou dans une de ses chansons). Le concert se termine en dédicace et photos avec les trois chanteurs. Une longue queue se forme à l’entrée, quand d’autres quittent la salle.

L’évènement aura mobilisé une centaine de bénévoles, comme Yacine, 29 ans, qui raconte son engagement « j’ai connu l’association par un SMS. Enfin, je connaissais déjà sur Facebook. J’avais déjà suivi ce qu’ils faisaient sans vraiment connaître le contenu de cette association, c’était courant 2014. Pour cet événement, c’est via un SMS de la part d’amis, je me suis dit, voilà pourquoi pas m’inscrire ». Il explique sa principale motivation ainsi « ça fait pas mal de temps que je suis dans le milieu associatif, et c’est surtout la motivation de l’évènement autour de Gaza. À notre niveau, on essaie de faire ce qu’on peut. Ce n’est pas évident, ça peut être n’importe quoi, un concert pour récolter des fonds… du coup voilà, je pense que c’est quelque chose de très bien et d’honorable. Voilà pourquoi j’ai participé à l’évènement que j’ai rejoint il y a trois semaines. J’espère avoir apporté ma pierre à l’édifice, à mon niveau ».

En tout le concert aura généré 93 700 € de dons (dont 55 000 € en promesse de dons) et 2 800 entrées au prix unique de 20€  (soit 56 000 €). Une somme d’argent importante, qui permettra probablement de continuer de mettre une pierre à l’édifice d’un monde meilleur à Gaza.

 Chahira Bakhtaoui.

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021