Quand on pense à l’Inde, on pense tout de suite Bollywood, ses films musicaux, ses danses, ses couleurs. J’ai visionné pas mal de DVD, scotchée devant mon écran et les saris chatoyants. J’ai aussi vu ce film : Slumdog millionnaire. Dans cette œuvre de Danny Boyle,  Jamal Malik, un orphelin de 18 ans ayant grandi dans les taudis de Mumbai (Bombay), est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission Qui veut gagner des millions ? Une histoire poignante qui lève le voile sur les bas fonds des rues indiennes.

Ces images sont restées gravées dans ma mémoire. Boolywood et Slumdog, deux  clichés de l’Inde qui m’ont accompagnée lors de mon voyage sur la terre de Gandhi, Bouddha et Shahrukh Khan. Trois amies et un mois de préparation suffisent et l’Inde est à portée de main. Ma mission d’intérim terminée, je suis prête pour le grand voyage. Mon premier choix est la Thaïlande, mais mon amie Fatima me suggère que nous allions faire un petit tour du côté du Taj Mahal. Suggestion faite, suggestion acceptée. Quand j’en parle à ma famille ou à mon entourage, tous s’étonnent : « Qu’est-ce que tu vas faire en Inde? ». C’est vrai, il n’y a pas les cocotiers (sauf à Goa) et la pauvreté y est visible partout. Mais de là à dire qu’il n’y a rien à faire en Inde c’est une belle bévue!

Après s’être bien assurées d’être à jour au niveau des vaccinations recommandées, c’est la course aux médicaments. Notamment la Malarone ou la Savarine, à prendre pendant tout le séjour pour se prémunir contre le paludisme. Visa en main, nous planifions notre parcours, ce sera d’abord la capitale : Delhi. Puis en route pour le Rajasthan en passant par Jaipur, Ajmer, Udaipur, Jodhpur et Jaisalmer. Retour ensuite sur Delhi pour finir par le meilleur : Agra où séjourne le magnifique Taj Mahal. Mais avant de passer par toutes ces villes magnifiques et hautes en couleurs, je décide de tester le CouchSurfing. Une belle idée : aller à la rencontre des familles du pays tout  en étant hébergé. Idéal pour faire des rencontres.

Mon inscription faite, je visionne tous les profils qui correspondent à nos villes de destination. Je sélectionne, je contacte, je note les adresses. Et voilà ! Avec Fatima et Assia, nous sommes fin prêtes pour commencer notre aventure en Inde.

Arrivées dans le pays, Bashir sera notre premier hôte. Il est commerçant, originaire du Cachemire. Il vit à Delhi mais possède aussi une maison au « Bled ». J’appréhende un peu, le CouchSurfing c’est un grand saut dans l’inconnu. Les commentaires sur son profil sont tellement élogieux que cela me met définitivement en confiance. Un coup de fil et c’est fait : lundi matin nous seront ses invités..

Départ un dimanche avec escale, le voyage est rude. Nous arrivons à 6h du matin à Delhi avec décalage horaire de quatre heures par rapport à la France. En sortant de l’aéroport, nous prenons un taxi fou. La voiture est rétro, le rétro est cassé, la ceinture de sécurité aussi. Course folle dans la ville avec feux brûlés, klaxon à tout va… bienvenue  dans la chaotique Delhi!

Arrivées à destination, nous voilà accueillies chaleureusement par les employés de Bashir. Nous sommes éreintées et n’espérons qu’une bonne couche où dormir. Notre espoir est vain, notre nuit blanche commence. Il est 7h et Mubashir, le neveu de Bashir, sort les albums photos de leur région natale, le Cachemire. Les photos sont magnifiques mais nos paupières sont lourdes…

Bashir arrive enfin, nous prenons notre petit déjeuner ensemble. Nous échangeons, nous rigolons et c’est comme si l’on faisait partie de la famille. A 10h, nous sommes toujours debout. Il est temps d’aller nous coucher car pleins de visites nous attendent dans les jours qui suivent. Notre « chambre » est prête. Il s’agit du salon où un lit deux places et un matelas au sol nous attendent. Juste ce qu’il faut de confort pour attaquer, le lendemain, la visite de l’Inde dans les meilleures conditions…

Chahira Bakhtaoui

A suivre…

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022