A la City University, les salles de prière ouvertes à une association d’étudiants musulmans a été interdite d’accès par l’administration pour prêches du vendredi « trop virulents ». Reportage.

Rien n’aurait pu les empêcher de prier. Ni le vent glacial, ni la légère pluie qui s’abat sur la capitale britannique. Les étudiants de la City University s’arrêtent pour regarder avec étonnement leurs camarades musulmans installer leurs tapis sur la place devant le bâtiment principal et entamer leur prière. Dans le culte musulman, la prière du vendredi est un élément très important de la pratique religieuse.

En France, les étudiants musulmans sont priés d’aller exercer leur foi à la mosquée, mais la conception britannique de la laïcité est tout autre. Au Royaume-Uni, laïcité n’est pas synonyme d’exclusion totale de la religion de la sphère publique. Les différents cultes y ont au contraire une place égale, étant tous acceptés par l’administration.

Les organisations étudiantes confessionnelles organisent souvent des événements prosélytes en tout genre, de l’invitation de personnalités au simple goûter-discussion autour des principes du bouddhisme par exemple. Il est fréquent que les universités offrent à leurs étudiants une salle de prière, autorisant par ailleurs le port de signes religieux.

A City University, le conflit entre les responsables de l’association du culte musulman et l’administration ne date pas d’hier. Au cœur du conflit, le caractère trop radical des sermons des prédicateurs du groupe. Ces derniers ont déjà été épinglés il y a trois ans lorsqu’un think-tank surveillant l’extrémisme a rendu publics des enregistrements de ses prêches.

Dans l’un d’eux, on peut entendre : “L’Etat islamique nous apprend à couper la main du voleur. Oui il le fait. Et il nous apprend aussi à lapider le coupable d’adultère (…) en nous disant cela, il nous apprend aussi à tuer l’apostat ». En 2009, le gala annuel de l’association a eu lieu dans deux salles de l’université, une pour les femmes, une pour les hommes. Parmi les invités, un clérique extrémiste, Anwar al-Awlaki, était annoncé en grande pompe. Ce dernier s’était exprimé par vidéo, étant interdit de séjour sur le sol britannique, notamment suite à ses nombreux appels au djihad armé.

Après ces nombreuses affaires, l’université a constamment demandé à  l’association de communiquer le contenu des prêches pour pouvoir vérifier l’absence de tout discours extrémiste. Wasif Sheikh, qui dirige le groupe, a choisi la confrontation en n’acceptant  pas les conditions de l’administration. Cette dernière a donc pris les devants et fermé l’accès des salles de l’université aux fidèles. Sur les tracts que les membres de l’association distribuent, un avertissement : “Nous reviendrons tous les vendredis”.

Plus loin, je retrouve Yasin Sooden, un étudiant d’origine mauricienne et de confession musulmane. Depuis son arrivé à Londres il est vraiment choqué par le radicalisme des jeunes musulmans, souvent originaires d’Inde, du Pakistan ou des banlieues défavorisées. Pour lui, la prière du vendredi se fera à une mosquée voisine, distante de 800 mètres, où au moins Yasin pourra, comme beaucoup d’autres croyants, “pratiquer ma religion tranquillement sans qu’on me demande de porter la barbe et de couper des mains…”

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Le « dégoutage » : bien plus qu’un spleen à l’algérienne

    En Algérie, le phénomène du “dégoutage” persiste depuis des décennies. Le terme existait bien avant le hirak, (révolution pacifique citoyenne algérienne). Parmi la population, les jeunes, mais aussi les personnes âgées vivent ce sentiment qui n’a pas de définition dans le dictionnaire français.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/09/2022
  • « Au Canada, deux mondes se croisent et doivent cohabiter » : réflexions sur la Justice restaurative

    Au Canada, les porte-paroles des premières nations se battent contre la surreprésentation des populations autochtones dans les prisons. Face à un système juridique, parfois opposé aux valeurs de ces peuples, les militants se battent pour tenter d'endiguer le phénomène. Adéline Basile, étudiante en droit à l’université d’Ottawa et vice-cheffe de la Première nation Ekuanitshit en fait partie. Interview.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/07/2022
  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022