En 2019, alors que j’étais encore au collège nous discutions deux de mes camarades et moi, de tout et de rien. Quand l’un des deux me dit : « être clair c’est mieux, parce que noir foncé on ne te voit pas la nuit. »

Puis ils se sont mis à comparer leurs deux couleurs de peau (des peaux noires) en se disputant sur lequel des deux avait la peau la plus claire. Le premier interlocuteur se vantait de sa couleur de peau « métisse » mais ses deux parents étaient noirs.

Ils venaient en fait de hiérarchiser la beauté de leurs couleurs de peau, c’est ce qu’on appelle le colorisme. Imaginez une pyramide où tout en haut se trouverait le blanc et tout en bas le noir.

Je me suis rendue compte que les personnes qui plaisaient le plus étaient de couleur claire / blanche.

Pour vous rendre compte de l’envergure du colorisme dans cette société, un autre type d’exemple : en vous promenant sur YouTube, vous avez sûrement déjà vu des vidéos du type « smash or pass » où le concept est de proposer des photos de personnes connues ou non et si la personne nous plaît (physiquement), dire « smash » et si au contraire elle ne nous plait pas dire « pass ».

Critères de beauté et préjugés

Je me suis rendue compte que les personnes qui plaisaient le plus étaient de couleur claire / blanche et celles qui plaisaient le moins étaient noires, foncées, ou ne se rapprochaient pas d’un modèle typique de femme européenne/occidentale.

La majeure partie des critères de beautés sont basés sur des « attributs » occidentaux : traits fins, fine bouche, cheveux ondulés voir lisses, teint clair… Ce type d’idéologie, guidé par des réflexions coloristes, est un fléau qui rejette la beauté des femmes/hommes noirs.

Si vous êtes noire, plus tôt dans votre scolarité, vous avez sûrement déjà entendu ou été victime de termes comme :  « niafou », « F.F.F : Fédération de Fatou Flingué/ Fâché ». Des termes très péjoratifs et réducteurs qui désignent en premier lieu des femmes noires foncées de peau et beaucoup d’autres facteurs dégradants (cris dans le bus, perruque gâtée, langage et accoutrement vulgaire etc).

Malheureusement les propos coloristes sont très ancrés en Afrique subsaharienne. Dans plusieurs pays comme le Sénégal, Mali, ou la Côte d’Ivoire se blanchir la peau à l’aide de crèmes éclaircissantes ou se défriser les cheveux est devenue banale pour se reprocher le plus possible de « l’idéal noir ».

Pour plaire en étant noire, il faut être noire… Mais pas trop.

Kadidiatou Fofana

Articles liés

  • Je revendique le droit d’exister, pour moi et les invisibles

    Alors que les évacuations violentes de camps d'exilés continuent à Calais, les associations rivalisent d'ingéniosité ces dernières semaines pour alerter l'opinion sur la politique des pouvoirs publics concernant le sort réservé à ces populations en pleine pandémie. Kab Niang, contributeur au BB et acteur de la vie associative, prend la parole en tant qu'exilé, pour laisser échapper sa colère face à un système, ses représentants politiques et leur hypocrisie. Billet.

    Par Kab Niang
    Le 13/04/2021
  • Ma première année de Covid-19

    Il y a quelques jours, beaucoup d’entre nous commémorions un évènement particulier : la première année du confinement amorcé le 17 mars 2020. Depuis l’année dernière, la Covid-19 s’est immiscée dans nos vies et a totalement bousculé nos habitudes. Ainsi, face aux nouvelles annonces de Jean Castex, notre jeune contributrice Mara a voulu revenir sur ce que la pandémie a changé dans sa vie de la terminale à sa première année d’études. Rétrospective.

    Par Mara Lutonadio
    Le 23/03/2021
  • Ma vie de stressée de la vie

    Il y a un phénomène qui touche beaucoup d'entre nous, notamment dans cette période : le stress. Sauf que quand celui-ci n'arrive pas à être canalisé, la panique prend le pas sur le quotidien, pour des aventures dont on se serait bien passé. Si vous êtes dans le même cas, rassurez-vous, vous n'êtes pas seuls. Billet.

    Par Myriam Moussaoui
    Le 01/03/2021