Valérie Pécresse, Présidente du conseil régional d’Ile-de-France, est l’invitée du Bondy Blog Café pour ce mois de février.

Quand on revient au Bondy Blog Café c’est un peu comme lorsqu’on va se servir une deuxième fois au self à la cantine. On n’a pas toujours le temps, mais on y retourne, par gourmandise. Valérie Pécresse avait déjà participé à l’émission en juin 2014, mais elle n’est pas contre un petit peu de rab. Ça tombe bien, les blogueurs ont encore des tas de choses à lui dire, à lui demander. Ce mois-ci c’est Inès El Laboudy, Mathieu Blard et Mohamed Mezerai qui ont préparé le repas.
Depuis sa première au Murat, Valérie Pécresse est devenue Présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France. Cette instance est en charge de la construction, de l’entretien et du fonctionnement des lycées, des transports, de la répartition d’un grand nombre des ressources économiques sur ce même territoire. L’argent, l’éducation, les transports, les inégalités territoriales : des thématiques essentielles au Bondy Blog.
Lors de sa venue en juin 2014, Valérie Pécresse racontait qu’à chaque fois que l’occasion se présentait, elle n’hésitait pas à prendre les transports en commun « pour voir si ça marche ». Visiblement, cette habitude n’a pas changé puisqu’elle explique être venue en RER cette fois-ci aussi. Avec un petit peu de chance, elle a emprunté la ligne 13 et a constaté que ça ne marche justemement pas très bien.
Au bar, elle discute de son actualité politique avec Nordine Nabili. Une fois son Perrier citron terminé, elle rejoint les blogueurs en salle. Avant d’attaquer le plat de résistance, la maison offre généreusement deux petits entremets : la conférence de rédaction et l’édito de Latifa Oulkhouir.
« Vous allez avoir ici en Seine-Saint-Denis, la plus belle bibliothèque d’Europe »
Retour plateau. Les blogueurs interrogent la présidente de région sur ses priorités économiques : « Quand on sait que nos universités tombent en ruine, construire des bibliothèques toutes neuves, c’est vraiment une priorité ? » s’interroge Mohamed. Inès donne l’exemple de Paris VIII : « je me suis ouvert le tibia à cause d’un siège défaillant », Mathieu quant à lui raconte avoir passé la moitié de ses années universitaires sur les escaliers des amphithéâtres de Paris X. La présidente de région prend des notes.
Quant à ses préférences concernant les candidats aux primaires de son parti politique — Les Républicains — Madame Pécresse laisse entendre que son soutien irait davantage vers François Fillon. En 2014, lors de l’élection pour la présidence du parti (qui s’appelait encore UMP), elle apportait clairement son soutien à Nicolas Sarkozy. Qu’elle soit à droite ou à gauche, Valérie Pécresse estime que « la primaire doit être une bataille d’idées et non une bataille d’égos ». Concernant la place des femmes au sein de ces élections, l’invitée ne pèse pas ses mots : « on a fait trois bonds en arrière ».
Et sur les transports, à quand les trois bonds en avant ? Leur paiement, les contrôles, les amendes, les blogueurs parlent en connaissance de cause. L’élue explique que le tarif francilien est le moins cher de France. Sur la fraude, elle maintient que les contrôles seront désormais plus fermes, décidée à mettre fin aux amendes qui reviennent à l’expéditeur en raison de l’identité erronée de la personne arrêtée, méthode ancestrale.
Multiples sont les entreprises qui s’installent en banlieues parisiennes. Pourtant, ces territoires sont victimes d’un taux de chômage dépassant la moyenne. « Que fait-on de ces entreprises qui s’installent en banlieue, mais ne recrutent pas les populations de ces territoires ? » demande Inès. Pour la présidente de région, la solution passe en partie par l’apprentissage. La situation d’état d’urgence est amorcée par un abécédaire avec le mot « urgence ». Madame Pécresse, qu’on pourrait presque appeler Valérie puisqu’elle appelle tout le monde par son prénom en plateau, se sent « responsable et anxieuse de la sécurité des jeunes ».
Le reportage de Pénélope Champault permet à chacun de reprendre son souffle. Pénélope s’est rendue dans un écoquartier situé en banlieue parisienne. Les constructions répondent à des critères environnementaux, les bâtiments sont plutôt beaux à regarder, la verdure semble envahir l’espace, mais la réalité sociale n’est visiblement pas plus rose. Une habitante résume : « je ne vois pas ce qu’il y a d’écologique en fait dans ce quartier ».
La bouffée d’oxygène est terminée. Il est temps pour Madame Pécresse de répondre aux questions de Nassira El Moaddem, de payer l’addition. Celle-ci se montre plutôt salée. Nassira interroge la présidente de région sur des faits relativement précis et les réponses sont floues, parfois inexistantes.
En guise de dessert, Valérie Pécresse reçoit un livre de Jean-Pierre Mignard ainsi qu’un numéro spécial de la revue XXI. Enfin Nordine lui rappelle que « La Vache » de Mohamed Hamidi, cofondateur du Bondy Blog, est en salle depuis ce mercredi 17 février, dans le cas où elle trouve le temps d’« aller se fendre la poire ».
Sarah Ichou
Diffusion samedi 20 à 10h05 sur LCP et 18h40 sur France Ô

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021