De nombreux déçus de la gauche sont venus voter ce dimanche dans un bureau de vote du quartier des Mainguy, à Bondy (Seine-Saint-Denis), pour le premier tour de la primaire à droite en vue de l’élection présidentielle de 2017. Reportage.

Pour voter, c’est très simple. Il suffit de payer deux euros, signer la charte qui précise que l’électeur partage les valeurs de la droite et du centre et ensuite passer à l’isoloir. Objectif : choisir le candidat qui représentera la droite pour la prochaine élection présidentielle.

A Bondy, beaucoup de gens rencontrés beaucoup avouent ne pas connaître le programme de leur candidat : la grande majorité d’entre eux est incapable de citer une ou deux mesures des candidats de leur choix. Peu leur importe : le plus important pour eux est de voter d’une part pour une personnalité et d’autre part de voter à droite. Donc de ne pas voter à gauche, trop déçus. C’est le cas d’Emmanuel Malaurie, 58 ans, cadre, ex votant de gauche, « séduit par la personnalité de François Fillon« . « C’est une personne réfléchie, observatrice et serein contrairement aux autres qui brassent de l’air ». Pourtant, il est incapable de citer un projet de mesure de l’ancien Premier ministre. Il sait seulement qu’il a fait le choix de ne pas voter pour Nicolas Sarkozy en raison de cette proposition :  la dégressivité des allocations chômages. Et sur ce point, Emmanuel Malaurie pense que François Fillon « n’est pas aussi catégorique que cela ».

Les questions liées à la politique fiscale du gouvernement reviennent sans arrêt au fil des discussions avec les gens. Murielle Hie, une femme de 52 ans, contrôleuse de gestion, est particulièrement en colère contre François Hollande pour avoir augmenté les impôts sur le revenu.« Je paye 1 000 euros de plus d’impôt sur le revenu et forcément derrière, il y a les les impôts locaux qui augmentent alors que mes revenus n’ont pas changé. Même Nicolas Sarkozy n’avait pas fait cela ». Même constat pour son fils, smicard. « Il paye 400 de plus. Lui, qui était à gauche, il ne l’est plus du tout », dit-elle.

Remontée à bloc, elle ajoute qu’elle ne supporte plus entendre François Hollande, elle qui avait voté socialiste lors de la précédente élection présidentielle  et affirme « ne peut plus voir la gauche en pâture ». Elle votera Nicolas Sarkozy et qu’importe « qu’il ait été mis en examen ». Ajoutée à cette affaire, les accusations portées par l’homme d’affaire franco-libanais Ziad Takieddine qui affirme avoir des preuves sur le financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Il ressort des discussions que les affaires judiciaires dans lesquelles sont ou ont été impliqués des candidats à la primaire, ne seront pas une raison pour voter contre ces candidats. Et sur ce point, Mourad Cherif, un Bondynois de trente-huit ans, dit que ce qui l’importe « c’est l’expérience, c ‘est la raison pour laquelle j’ai voté pour Alain Juppé ».

Mélissa BARBERIS

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022