A Noisy-Le-Sec, un goût de plat réchauffé réveille les papilles de la « Gauche rassemblée, écologiste et citoyenne » menée par Alda Pereira Lemaître (photo: 2e à partir de la droite), la tête de liste socialiste pour les municipales. Dans un discours onctueux, livré le 11 janvier au soir lors de l’inauguration de son local de campagne, la candidate a dit son objectif : « rassembler les divers courants politiques de la gauche » et « s’ouvrir au monde associatif » – un steak-frites électoral qui, sur le coup, passe toujours bien.

Autour de la même table politique, Dominique Voynet, sénatrice Vert de la Seine-Saint-Denis et candidate à la mairie de Montreuil, restée sur sa faim aux dernières présidentielles, réitère dans le même micro son envie de « rallier les différentes familles de la gauche ».  

Partageant le même credo, le rassemblement, Elizabeth Guigou, députée PS de la circonscription Bondy-Noisy-Le-Sec-Romainville, et Christiane Taubira, députée PRG (Parti radical de gauche) de Guyane, se relaient au micro. La seconde, éloquente et délicieuse, prend plaisir à critiquer le gouvernement qui, selon elle, ne parvient pas à s’accorder sur la pertinence de politiser ou non les élections municipales. 

Quand quelqu’un l’invite à dire ce qu’elle pense de l’action de Nicole Rivoire (UDF-Modem), qui, dans cette campagne, fait cause commune avec l’UMP, la députée de Guyane balance l’exemple de la Maison de la culture, laissée à l’abandon : « Les jeunes Noiséens ont besoin d’espaces pour se rencontrer et construire la ville. »

Et Alda Pereira Lemaître, investie du label de la « Gauche rassemblée, etc. », peut-elle gagner à Noisy ? Elisabeth Guigou a une réponse aux petits oignons : l’élue de Seine-Saint-Denis affirme que la candidate noiséenne « s’est engagée à faire son travail de maire à plein-temps. Elle ne pratiquera pas le cumul des mandats. Elle est aux côtés des victimes de la pauvreté, de la précarité et des discriminations, dans un travail collectif avec une gauche rassemblée. »

Cette « Gauche rassemblée, écologiste et citoyenne », mijotée dans une vieille cocotte en fonte, se laisse manger, ma foi. Entre deux bouchées, élus et militants des différents partis s’embrassent, se tapent sur l’épaule, nouvelle année oblige.

Les candidats y vont tous de leur potion pour la France périphérique. Alda Pereira Lemaître entend « mutualiser les nombreux talents et énergies que contient la banlieue ». Elle veut générer des emplois durables dans les métiers du lien social, créer une « Maison des parents » et des lieux de prévention sur la santé. Pas mal. Mais de bons ingrédients ne font pas toujours une bonne recette.

Nadia Boudaoud

 

 

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022