Il habite le quartier populaire de la Caravelle depuis 32 ans. Il se déclare musulman pratiquant. Sa couleur politique est le bleu du libéralisme économique. Rencontre avec Laïd Kadry, numéro 21 de la liste de gauche de Villeneuve-la-Garenne. Son engagement pour la vie de la cité a commencé, comme pour de nombreux jeunes du quartier, sur la voie de l’animation avec les adolescents.

Animateur puis responsable de centres de loisirs de la région, mais jamais dans sa ville, il rattrape le coup en agissant pour la communication des associations du quartier, depuis 2001. Mais il n’a « plus envie de faire dans l’associatif car [il a] été vraiment déçu par le passé ». Au monde associatif il reproche un « manque de transparence et de contrôle », et propose pour y remédier « une brigade policière qui pourrait contrôler systématiquement leur fonctionnement et la gestion de leur budget ». Quand il s’agit d’argent public, le candidat se montre intransigeant. « 170 associations pour une ville de 22 000 habitants, c’est un peu beaucoup. Pour qu’elles travaillent plus efficacement, il faudrait les regrouper, propose-t-il. » Il a par ailleurs sollicité Alain-Bernard Boulanger, le maire UMP, pour réunir l’ensemble des acteurs associatifs du quartier une fois par trimestre. « Aucune réponse à ce jour », déplore-t-il.

Insatisfait du bilan de la majorité sortante, il a choisi le camp adverse en interpellant la tête de liste PS, Arnaud Péricard, lors de sa visite entre les barres d’immeuble de la Caravelle. « Content de pouvoir m’appuyer sur un ancien de la Caravelle représentatif de la diversité de la ville et de ses quartiers, j’ai tout de suite accepté », confie Arnaud Péricard.

Laïd Kadry a un combat prioritaire : la défense du projet de construction de la mosquée. Il affiche sans détour sa volonté de représenter les musulmans au conseil municipal. La mosquée a acquis avec l’aide de la Ville un terrain pour l’édification d’un nouveau lieu de culte. Mais le financement de sa construction reste incertain. Faut-il un représentant pour chaque groupe religieux au conseil municipal ? Laïd Kadry : « Si les communautés se sentent sous-représentées, alors oui, elles ont besoin d’un conseiller pour faire entendre leur voix. »

On lui rétorque alors que la prise en compte des doléances de chaque groupe culturel, sociologique ou ethnique risque de fractionner la vie publique villénogarennoise. « Je ne me reconnais pas dans la laïcité rigide à la française », affirme-t-il. Il lui préfère la version communautariste anglaise. « En France, on est trop à cheval sur la laïcité. En Angleterre, les gens n’ont aucun problème avec les religions. Chacun vit sa foi comme il le veut (…) Je ne comprends pas qu’on interdise à une femme de porter son voile. Personnellement, je trouve son visage plus joli [entouré d’un voile]. » Puisqu’on en est au sexe dit faible, quid de la présence des filles dans la vie du quartier ? « Elles sont assez sous-représentées dans le monde associatif. Elles sont moins reconnues dans leur démarche pour s’en sortir. »

Jeunesse et événementiel sont les deux autres domaines pour lesquels il souhaite s’investir. Ancien commercial, négociateur immobilier, il se dit « à l’aise dans les activités liées au relationnel », mais fait le coquet quand il s’agit de prendre la pose pour la photo.

A la jeunesse, il lui refusera toute posture victimaire. « Beaucoup de jeunes issus de l’immigration sont rejetés lors d’un entretien d’embauche parce qu’ils ne sont pas compétents. Et ils vont souvent le justifier par leur couleur ou leur origine. » Selon lui, les jeunes manquent d’ambitions et de repères professionnels. « À la Caravelle, je connais de nombreux jeunes entrepreneurs qui ont réussi. Malheureusement, pour eux, la réussite c’est de monter un taxiphone, un restaurant ou un garage, mais jamais ils pensent qu’ils pourraient être expert-comptable ou créer un cabinet de management. » Pour mettre un terme à cette autocensure, il souhaiterait remplacer les éducateurs par des « formateurs, pour déceler le potentiel des jeunes et les orienter vers des formations adaptées ».

Et pour qu’elle reprenne confiance en elle, la jeunesse a aussi « besoin d’une ville active et attractive. Très bien desservie par les transports en commun, Villeneuve fait partie du département le plus riche de France. Elle doit servir de vitrine pour le département ». Côté événementiel, Laïd Kadry souhaite donc développer des salons de l’emploi et autres manifestations pour dynamiser la vie économique de la ville.

Une chose est sûre, avec Laïd Kadry sur sa liste, la gauche s’est ouverte à d’autres courants de pensée. Aurait-elle visé trop large ?

Bouchra Zeroual

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021