On attendait un duel serré entre le maire sortant Didier Vaillant (liste de gauche) et Sylvie Noachovitch (liste d’union, UMP et Modem). Rien de cela ne s’est produit. La gauche a triomphé dés le premier tour avec un score sans appel de 62 % contre 38 % pour son adversaire. Dans la nuit, tard après l’annonce des résultats, le QG du maire était en effervescence, les militants stressés et inquiets durant la campagne, criaient leur joie devant une si belle victoire.

Au même moment, l’abattement régnait à la permanence de l’UMP. Les militants n’imaginaient pas une défaite aussi cinglante, surtout après la campagne de folie de leur candidate. La stratégie de Sylvie Noachovitch pouvait sembler gagnante au départ : celle-ci a été très réactive aux événements de Villiers-le-Bel. Il a joué la carte du clientélisme envers les différentes communautés de la ville, s’est unie avec le Modem dont le chef de liste, Ali Menzel, est une figure locale, a critiqué la médiatisation de la vague d’arrestations 18 février, pris la défense d’une des personnes arrêtées, médiatisé sa campagne, utilisé son image people de vue à TF1, intégré des personnes issues de la diversité dans sa liste, s’est gardée d’afficher son appartenance à la droite.

Face à elle, Didier Vaillant a opté pour la discrétion, ce qui a d’abord inquiété beaucoup de ses partisans, en particulier Ali Soumare, secrétaire du PS de la ville, au point qu’il en a quitté la liste tout en continuant à militer pour le maire sortant, auquel on a reproché sa gestion des émeutes en novembre. Il s’avère aujourd’hui que Didier Vaillant avait raison puisque c’est lui qu’il l’emporte.

Les Beauvillésois ont préféré reconduire un maire discret et non médiatisé, à une candidate aimant les sunlights, tout droit sortie de l’émission « Sans aucun doute », qui joue avec le populisme. Les citoyens de la commune veulent retrouver l’anonymat, ce qui ne leur était pas garanti avec la médiatique Sylvie Noachovitch. La modestie préférée aux paillettes, voilà qui démontre que les électeurs de Villiers-le-Bel ont su résister aux promesses à tout-va.

La plus grave erreur de Sylvie Noachovitch est d’avoir considéré les habitants de Villiers-le-Bel comme un ensemble de communautés. Elle a pensé qu’il suffisait de promettre à chaque ethnie telle ou telle chose, pour pouvoir l’emporter. Elle n’a pas apparemment pas compris que les habitants de cette commune sont des citoyens qui votent en leur âme et conscience, ils ne communautarisent pas leur vote.

A l’heure de la discrimination positive et de la diversité dans chaque liste, il est présomptueux et dangereux de croire qu’il suffit de mettre « un Arabe » ou « un Noir » sur une liste, ou de promettre un temple aux bouddhistes, pour remporter une élection. Les citoyens réclament du respect et de la considération, ils ne sont pas dupes.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022