Le juge Michael Obus vient d’abandonner les poursuites qui pesaient sur Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, accusé par Nafissatou Diallo de l’avoir agressée et violée un midi d’été dans une suite d’un grand hôtel à New York. Ainsi se termine la saga pénale de ce triste feuilleton qui avait poussé des milliers de femmes en France et dans le monde à sortir dans la rue pour crier leur révolte et leur écœurement devant le traitement médiatique de ce fait divers et les propos machistes et insultants qui avaient été tenus à cette occasion sur les femmes violentées. Cet épisode avait montré la face sombre et machiste de nos démocraties, pourtant promptes à dénoncer la violence faite aux femmes en terres orientales.

Dominique Strauss-Kahn est aujourd’hui libre car l’accusatrice, affirme le juge, manque de crédibilité. Elle a menti dans son passé. Dont acte, pourtant à entendre ce verdict, il subsiste un malaise profond quand on sait que ce non lieu ne repose en rien sur la négation des faits mais sur la personnalité et le passé de l’accusatrice.

Pour toutes les femmes attachées à la dignité et à la justice,  ce verdict jette le trouble car en aucun cas, il n’affirme clairement l’innocence de Dominique Strauss-Kahn, ses avocats reconnaissant eux mêmes un « acte déplacé ».  Faudra-t-il désormais pour une femme victime de violence, présenter un casier  judiciaire vierge et un passé sans histoire pour être prise au sérieux et soutenue ?

Pour les militantes de la cause des femmes, cette affaire est loin d’être classée. Nous resterons plus que jamais vigilantes pour le procès en civil qui s’annonce fasse désormais la lumière sur la réalité des faits, et non plus sur la personnalité de l’accusatrice.

Fadila Mehal
Présidente-Fondatrice
www.lesmariannedeladiversite.org

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021