[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Pour ce deuxième tour, le BondyBlog s’est rendu au centre Jean Lurçat, l’un des 13 bureaux de vote de Montreuil, pour rencontrer les électeurs. Comme pour le premier tour, la mobilisation est importante dans une ville historiquement ancrée à gauche. Reportage.

Sur la devanture du centre Jean Lurçat de Montreuil, une affiche appelle les électeurs à voter pour le second tour de la primaire de gauche. Dans l’étroit hall d’entrée, une file d’électeurs mobilisés commence à se former. Assis derrière une table disposée près des isoloirs, deux assesseurs les accueillent, heureux de constater que la mobilisation du week-end dernier se confirme. Un engouement qui n’étonne pas Laetitia, professeur des écoles de 38 ans, venue voter sans la moindre hésitation. « Montreuil est une ville historiquement de gauche. Moi-même, je suis une gauchiste primaire », s’amuse-t-elle, le sourire aux lèvres.

En tout, 13 bureaux de vote ont été ouverts à Montreuil. Pour la primaire de la droite, seul un établissement, certes plus grand, avait été réquisitionné. « Nous avons compté 594 bulletins de vote pour le premier tour, affirme Olivier Stern, le président de ce bureau du centre Jean Lurçat. Ce taux de participation est supérieur à la moyenne nationale. Par conséquent, cette semaine encore, on s’attend à une forte participation. Des attentes confirmées par les premiers chiffres : 213 personnes avaient voté à 12h40 contre 186 à 13h la semaine dernière.

Un suffrage favorable à Benoît Hamon ?

Parmi eux, Olivier Madaule professeur de mathématiques et physique en lycée professionnel, venu voter Benoît Hamon. Séduit par les « propositions du candidat, comme par exemple la légalisation du cannabis », il partage ses analyses « concernant la mécanisation du travail ». En colère contre Manuel Valls, il semble écœuré par « les promesses en l’air du gouvernement. (…) Il avait dit qu’il autoriserait le droit de vote des étrangers. Et rien. Au lieu de cela, il a proposé la déchéance de nationalité dont personne ne voulait ». Autant de déceptions qui l’ont conduit vers Benoît Hamon, « un vrai homme de gauche » qu’il rêverait de voir s’associer à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

Comme lui, Laetitia a été convaincue par les idées du grand vainqueur du premier tour. « Son programme me semble juste et en phase avec les valeurs de la gauche. Par exemple, je partage complètement sa vision de la laïcité, justifie-t-elle. Pour moi, il est encore plus à gauche que Jean-Luc Mélenchon ». Cette adhésion en faveur de Benoît Hamon se retrouve dans les chiffres. Lors du premier tour, l’ancien ministre de l’Education a remporté 336 voix au centre Jean Lurçat, contre 103 pour Manuel Valls et 76 pour Arnaud Montebourg (sur 594). Dans l’ensemble de la ville de Montreuil, il a obtenu 54% des suffrages, soit son plus haut score en Seine-Saint-Denis, contre 18% pour Manuel Valls et 13% pour Arnaud Montebourg.

Un scrutin mieux organisé

Autre clé de la réussite de ce second tour : les conditions d’organisation du scrutin. « La semaine dernière, de nombreuses personnes s’étaient trompées de bureau de vote. Il fallait les réorienter et cela créait de longues files d’attente », affirme Olivier Stern, rassuré à l’idée que « cette semaine, les électeurs [n’aient] pas fait la même erreur ».

Seules quelques personnes sont venues au mauvais endroit ou ont oublié leur carte d’identité. Une jeune femme s’est également rendue au centre Jean Lurçat avec un billet de vingt euros, espérant que les assesseurs pourraient lui rendre la monnaie (le vote coûte un Euro par tour). Malgré ces légers incidents, le scrutin s’est déroulé dans de bonnes conditions. Verdict des urnes ce soir à 21 heures.

Maéva LAHMI

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022