[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Le jour de premier tour de la primaire de la gauche correspond au jour de marché pour les Argenteuillais. Beaucoup ne sont pas motivés pour aller voter durant ce scrutin compte parmi ses candidats Manuel Valls, ancien adjoint au maire communiste de la ville dans les années 1990. Reportage.

Le général Hiver n’a pas empêché  plusieurs centaines de personnes de se déplacer au marché d’Argenteuil ce dimanche matin. Ici, familles, célibataires, personnes âgées et leurs caddies à la main, bravent le froid et tentent, dans certaines allées, de se frayer un chemin. Pas facile d’ailleurs de trouver une place pour se garer en ce dimanche matin où c’est la foule des grands jours.

Situé sur le boulevard Héloïse, avec en arrière-plan le soleil levant, la Seine et le port de Gennevilliers, le marché d’Argenteuil est un des plus fréquentés d’Ile-de-France où convergent tous les dimanches des habitants de la commune du Val-d’Oise mais aussi d’autres villes alentours.

Historiquement ancrée à gauche et ancien bastion de la « banlieue rouge » durant la seconde moitié du XXe siècle, la troisième ville la plus peuplée d’Ile-de-France – après Paris et Boulogne-Billancourt -, a opéré un virage à droite depuis 2001. Georges Mothron en est devenu maire maire avec une parenthèse entre 2008 et 2014 lorsque le député socialiste Philippe Doucet a été élu premier édile de la commune.

« Aujourd’hui, je fais mon marché mais je n’irai pas voter. On a été vraiment déçu par la gauche »

C’est d’ailleurs cet élu socialiste qui a été désigné par Manuel Valls comme un de ses porte-paroles pour la primaire de la gauche. Pourtant, dans les allées du marché, la Primaire aiguise peu la la curiosité des badauds, c’est le peu de le dire. Il suffit de voir la défiance de celles et ceux sollicités par le Bondy Blog pour répondre aux questions sur ce que le Parti socialiste a appelé « la Belle alliance populaire ». Signe aussi du désenchantement que la gauche de gouvernement a créée. « Aujourd’hui, je fais mon marché mais je n’irai pas voté. On a été vraiment déçu par la gauche« , assène Mostefa Charef, un habitant d’Argenteuil. Une déception partagée par plusieurs commerçants interrogés. « Moi, je n’ai plus d’espoir dans les politiques », tranche Sylvain Dhellemme, pâtissier. Cela a le mérite d’être clair.

« On ne peut pas mettre de l’espoir sur Manuel Valls. Il n’a pas fait grand-chose pour nous pendant cinq ans »

Cette primaire ne trouvait guère grâce à leurs yeux. « J’ai plus suivi la primaire de la droite que celle de la gauche. La gauche, je n’ai pas suivi du tout parce que je n’ai pas l’impression qu’ils ont un programme cohérent », estime Mostefa Charef. Parmi les badauds, les critiques sont générales à l’égard des candidats. « Leurs propositions ne sont pas assez réalistes. Ils disent des choses mais ne savent pas où ils vont ramener l’argent, comment ils financent. », fustige-t-il. « Il n’y a eu aucun changement », conclut Sylvain Dhelleme, amer contre ces candidats à la primaire déjà présents sur la scène politique du temps des mandats de François Mitterrand. Mais il garde une dent à l’endroit de Manuel Valls, qui a connu ses premiers mandats locaux à Argenteuil, dans les années 1990. « Valls a le bilan de François Hollande. On ne peut pas mettre de l’espoir sur une personne comme ça, qui n’a pas fait grand-chose pour nous pendant cinq ans », juge-t-il.

« Je ne vote pas. Je suis de gauche jusqu’à la mort mais on est trop déçu! »

Au marché d’Argenteuil en ce dimanche matin, c’est en réalité la tristesse qui prédomine. Celle de voir la gauche éliminée au premier tour de l’élection présidentielle  avec un duel entre François Fillon et Marine Le Pen. « Je ne vote pas non plus. Je suis de gauche jusqu’à la mort mais on est trop déçu. Ce qu’on voit là, c’est malheureux ! », lâche, fataliste, Brahmi Zoubir, commerçant dans les vêtements. « Ce n’est plus la gauche de Mitterrand. C’est chacun pour soi, là ! », ajoute-t-il, irrité par le comportement des candidats de la primaire, mais aussi par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, candidats en-dehors du scrutin. D’ailleurs, le candidat de la France Insoumise ne fait pas grandement plaisir à Mostefa, qui s’affirme de gauche. « Mélenchon ne me convient pas ! Il fait des propositions, à mon avis, un peu farfelues », selon lui.

« Après cinq ans de gauche, ça va être compliqué pour celui qui va sortir premier« , estime Sylvain Dhellemme. « Je ne les vois même pas au second tour si ça se bagarre comme en ce moment. Ce n’est pas possible », présuppose Brahmi Zoubi. À croire que le fatalisme est aussi prenant que la température, en ce dimanche hivernal.

Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022