[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Alors que Benoît Hamon et Manuel Valls espèrent mobiliser pour bénéficier d’une forte légitimité à l’élection présidentielle, le Bondy Blog s’est rendu au marché de Montreuil, ville historiquement ancrée à gauche, à la rencontre de ces sympathisants de gauche qui ont fait le choix de ne pas se déplacer aux urnes ce dimanche.

« Deux euros les clémentines, deux euros ! » Sur le marché de Montreuil, clients et commerçants semblent plus préoccupés par les affaires que par le deuxième tour de la primaire de gauche. Sur les étals, fromages, jouets, vêtements, fruits et légumes séduisent les promeneurs du dimanche, en solo ou en famille.

Ici, les habitants discutent, s’apostrophent, négocient, plaisantent mais évitent de parler politique. Et beaucoup ne prêtent aucune attention au bureau de vote qui se trouve sur le trottoir d’en face, le centre de quartier Jean Lurçat, rue de la Solidarité.

Déçu par le quinquennat, Roger « ne croit plus en la gauche »

rachid

Rachid, 55 ans : « J’ai honte de dire que j’étais de gauche ».

Parmi les badauds, quelques électeurs de gauche ont décidé de ne pas se rendre aux urnes. Beaucoup d’entre eux expliquent avoir été désabusés par le quinquennat de François Hollande. Roger, un retraité de 68 ans, avoue « avoir voté socialiste en 2012 ». Il est aujourd’hui désabusé. « Tout ça pourquoi ? Hollande n’a pas tenu ses promesses et n’a pas su relever la France ». Écœuré par « une succession de mesures, du CICE à la loi El Khomri », il refuse de donner sa voix à un parti « qui le décevra à nouveau ». Même désillusion chez Mohamed, étudiant en histoire de 22 ans. « Voter ne sert plus à rien, estime-t-il. À chaque fois, on soutient un candidat avec l’espoir qu’il changera les choses, mais la déception est toujours la même ».

« Les politiques ne sont pas à la hauteur, résume Rachid, 55 ans, vendeur d’épices au marché de Montreuil. Avant, je votais par conviction. Aujourd’hui, j’ai honte de dire que j’étais de gauche ». Agacé, il évoque plusieurs décisions polémiques du gouvernement qui l’ont conduit à désormais s’abstenir.

« J’aimerais voter mais pour qui ? »

Le marché de Montreuil

Les allées du marché de Montreuil, dimanche 29 janvier

Quelques mètres plus loin, devant un stand de fromages, Amina, institutrice de 44 ans, considère que « ne pas voter est un nouveau mode d’expression. Cela signifie clairement que je refuse de contribuer au système politique tel qu’il est. (…) Un vote blanc signifie que l’on n’a pas été convaincu par un candidat mais que l’élection nous intéresse quand même, ce qui n’est pas mon cas ». A ses côtés, Pierre, son compagnon, partage son avis. « Tout le monde critique l’abstention et répète qu’il faut voter. Mais l’abstention peut aussi avoir un sens. Refuser de se déplacer pour soutenir telle ou telle personnalité politique, ce n’est pas anodin », soutient-il. Et d’ajouter que « beaucoup de ses proches ont choisi l’abstention pour signifier leur dégoût de la politique ».

Devant le stand de vêtements à l’entrée du marché, les avis semblent moins tranchés. Youssef, commerçant de 50 ans, affirme avoir eu « envie de voter et s’être intéressé aux débats ». Pour autant, il n’a été convaincu « par aucun candidat à l’élection présidentielle, sauf peut-être Macron, qui a au moins le mérite de renouveler le paysage politique ». Aline, infirmière de 32 ans, s’interroge. « J’aimerais voter mais pour qui ? Certes, les idées de Benoît Hamon sont plutôt intéressantes, mais elles sont irréalisables. Et Valls est l’héritier du quinquennat Hollande ». Thomas, son frère, étudiant en Lettres, ajoute en avoir « assez de voter contre, de choisir le moins pire ». Il se rendra à nouveau aux urnes « le jour où un candidat lui donnera à nouveau foi en la politique de sorte que voter devienne un plaisir et non plus un effort ».

Maéva LAHMI

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021